rss

Déclaration du sommet extraordinaire du Conseil de coopération pour les États arabes du Golfe (CCG) et des États-Unis d’Amérique

Español Español, العربية العربية, Português Português

LA MAISON-BLANCHE
Bureau du porte-parole
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
Le 23 mai 2017

  1.   Sur l’invitation du Gardien des Deux Saintes Mosquées, le roi Salmane Bin Abdulaziz Al-Saud, les dirigeants du Conseil de coopération pour les États arabes du Golfe (CCG) et des États-Unis ont assisté à une réunion à Riyad le 21 mai 2017 pour réaffirmer le partenariat stratégique entre les deux parties.
  2.  Lors de cette réunion, des questions régionales et internationales d’intérêt commun ont fait l’objet d’une discussion. Les parties se sont accordées sur l’importance d’efforts concertés afin d’atteindre la stabilité, la sécurité et la prospérité.
  3.   Les dirigeants ont examiné les importants progrès réalisés depuis le précédent sommet d’avril 2016, y compris les mesures adoptées pour le renforcement de la coopération et l’approfondissement du partenariat stratégique entre les deux parties.
  4.   Les dirigeants ont exprimé leur engagement à s’attaquer aux causes profondes des crises au Moyen-Orient, ainsi qu’à adopter des mesures plus urgentes permettant l’intensification des efforts pour vaincre Daech (également connu sous le nom d’État islamique d’Iraq et de Syrie ou EI) et Al-Qaïda, pour une opposition aux interférences malveillantes de l’Iran, apaiser les conflits régionaux et y apporter des solutions.
  5.   Les dirigeants ont souligné le besoin de renforcer la capacité qu’ont les pays du CCG à faire face aux menaces, quelle qu’en soit l’origine, à confronter les activités déstabilisatrices de l’Iran et à travailler ensemble dans le but de réduire le sectarisme et les tensions régionales qui alimentent cette instabilité.
  6.   Les dirigeants se sont félicités de l’accord conclu prévoyant la création d’un centre de ciblage du financement des activités terroristes à Riyad, ouvrant la porte à d’autres pays qui souhaiteraient s’y joindre à l’avenir.
  7.   Les dirigeants ont examiné les accomplissements des groupes de travail mixtes créés pour la mise en œuvre des résultats du premier sommet Golfe/États-Unis dans les domaines de la défense contre les missiles balistiques, les transferts d’armes, la formation, la lutte contre le terrorisme, la sécurité maritime, la cybersécurité et la protection des infrastructures, ainsi que sur la manière de faire face à l’ingérence iranienne malveillante dans la région.
  8.   Les dirigeants ont affirmé leur engagement envers la poursuite d’une coordination étroite entre les pays du CCG et les États-Unis sur les questions d’intérêt commun par le biais d’entretiens bilatéraux entre des ministres des Affaires étrangères et de la Défense.
  9.   Les dirigeants ont demandé aux groupes de travail mixtes de se réunir au moins deux fois par an pour accélérer le partenariat, notamment dans les domaines de la lutte contre le terrorisme et de la facilitation du transfert de capacités de défense sensibles, de la défense contre les missiles balistiques, de la préparation militaire et de la cybersécurité afin d’assurer la continuité de ces activités et accélérer la mise en œuvre des décisions contenues dans la déclaration conjointe du deuxième sommet Golfe/États-Unis du 21 avril 2016.
  10. Les dirigeants ont chargé leurs gouvernements respectifs de renforcer leurs cadres de partenariat, y compris pour le « Forum de coopération stratégique entre les pays du CCG et les États-Unis ».
  11. Les dirigeants ont souligné leur intérêt commun à préserver la sécurité et la stabilité de la région et à travailler ensemble pour faire face à toutes les menaces de sécurité auxquelles sont confrontés les pays de la région, y compris les menaces posées par les organisations terroristes.
  12. Les États-Unis ont réaffirmé leur engagement envers la sécurité des États membres du CCG contre les menaces extérieures. Les dirigeants se sont engagés envers une coopération en matière de sécurité et un partage des responsabilités pour parer aux menaces auxquelles est confrontée la région. Les dirigeants ont discuté d’une vision commune pour traiter les conflits les plus urgents dans la région.
  13. Ils ont affirmé leur soutien de principes communs, y compris le fait qu’il n’existe pas d’autre solution aux conflits civils armés dans la région que de solutions axées sur les moyens politiques, le respect de la souveraineté des États, la non-ingérence dans leurs affaires intérieures, la nécessité de protéger les minorités et le respect des droits de l’homme dans les pays dévastés par le conflit.
  14. Les dirigeants ont renouvelé leur détermination à poursuivre leurs efforts communs de lutte contre le terrorisme, à éliminer ses organisations, à faire la guerre à ses membres et à tarir ses sources de financement.
  15. Ils ont également souligné l’importance de travailler ensemble pour faire face aux menaces terroristes et lutter contre le financement du terrorisme, avec davantage de mesures, y compris la protection des infrastructures et le renforcement de la sécurité aux frontières et de l’aviation. Les États-Unis se sont félicités de la création de l’Alliance militaire islamique de lutte contre le terrorisme, fondée par l’Arabie saoudite, dans le cadre de la lutte mondiale contre le terrorisme.
  16. Les dirigeants ont salué les efforts de la coalition mondiale dirigée par les États-Unis contre Daech, en Syrie et en Iraq, et ont souligné la nécessité d’efforts concertés visant à fournir une assistance humanitaire aux réfugiés iraquiens et syriens et aux personnes déplacées.
  17. Les dirigeants ont exprimé leur rejet total de l’ingérence persistante de l’Iran dans les affaires intérieures des États du CCG et de la région ; ils ont appelé à un respect total des règles du droit international et de ses bases, fondements et principes fondamentaux, basés sur le bon voisinage, le respect de la souveraineté des États et l’abstention de profération de menaces d’usage de la force. Ils ont appelé l’Iran à adopter des mesures concrètes et pratiques pour instaurer plus de confiance et pour qu’il règle les différends avec ses voisins par le bais de moyens pacifiques.
  18. Ils ont exprimé leur condamnation de l’ingérence de l’Iran dans les affaires intérieures des pays de la région, en violation de la souveraineté des États du CCG, et de sa tentative de faire régner la division et pour attiser les conflits sectaires entre leurs citoyens, y compris dans le Royaume de Bahreïn, en soutenant des extrémistes violents, en formant des intermédiaires, en faisant passer des armes et des explosifs, en incitant les conflits sectaires et en faisant à différents niveaux des déclarations qui sapent la sécurité, l’ordre et la stabilité.
  19. Ils ont également insisté sur la nécessité pour l’Iran de se conformer à l’accord nucléaire et ont exprimé leur profonde préoccupation quant aux tirs continus de missiles balistiques de l’Iran, en clair mépris des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.
  20. Les dirigeants se sont engagés à travailler ensemble pour parvenir à une paix globale entre Israéliens et Palestiniens. Ils ont convenu de faire tout leur possible pour promouvoir un environnement propice à la progression de la paix.
  21. Les dirigeants ont affirmé leur position ferme en matière de préservation de l’unité, de la stabilité et de l’intégrité territoriale de la Syrie ; ils ont exprimé leur soutien aux efforts de l’envoyé du Secrétaire général des Nations unies pour trouver une solution politique basée sur le communiqué de Genève 1 et sur la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies ; ils ont aussi souligné la nécessité de la levée du siège des villes syriennes assiégées, d’une aide humanitaire aux zones affectées et aux civils assiégés, d’une cessation des bombardements des zones civiles et de la libération des détenus.
  22. Les dirigeants ont affirmé leur engagement total envers l’unité du Yémen, le respect de sa souveraineté et de son indépendance et le rejet de toute ingérence dans ses affaires intérieures. Ils ont également souligné l’importance d’une solution politique qui s’inscrive dans l’Initiative du Golfe et son mécanisme d’application et dans la mise en œuvre des décisions du Conseil de sécurité des Nations unies. Ils ont exprimé leur gratitude pour les efforts de l’envoyé spécial des Nations unies au Yémen pour la reprise des consultations entre les parties yéménites en vue d’arriver à une solution politique.
  23. Les dirigeants ont affirmé leur engagement consistant à travailler avec la communauté internationale pour empêcher l’approvisionnement continu d’armes aux milices houthistes et à leurs alliés. Ils ont également souligné la nécessité d’efforts collectifs pour lutter contre les affiliés d’Al-Qaïda et de Daech dans la péninsule arabique.
  24. Les dirigeants ont exprimé leurs préoccupations quant à la poursuite de la confiscation par la milice houthiste du matériel humanitaire et de secours, qui a contribué à la détérioration de la situation humanitaire et économique au Yémen ; ils se sont félicités des résultats de la conférence des donateurs de Genève du 25 avril 2017, soulignant la nécessité d’une mise en application rapide des engagements pris par les pays donateurs. Les dirigeants sont impatients de travailler ensemble pour rétablir la sécurité et la stabilité, pour réhabiliter l’économie yéménite et pour restaurer les services publics après être parvenus à une solution politique.
  25. Les dirigeants ont exprimé leur espoir quant au fait que le processus de libération de Mossoul entraînera le retour des personnes déplacées dans leurs villes et villages et permettra de mettre en place un processus de réforme politique global qui rassemble le peuple iraquien sans exclusion ni dispersion, afin de répondre aux aspirations de ce même peuple.
  26. Les dirigeants ont convenu de renforcer et de soutenir les relations économiques dans divers domaines, y compris le commerce et l’investissement, l’énergie et les énergies alternatives, l’industrie, la technologie, l’agriculture, les transports et le développement des infrastructures, conformément aux visions de développement adoptées par les pays du CCG.
  27. Les leaders ont convenu de se réunir une fois l’an sous ce même format pour examiner les progrès réalisés sur toutes les initiatives convenues lors du sommet et pour rechercher d’autres moyens de renforcer le partenariat stratégique entre les pays du CCG et les États-Unis.

###


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous