rss

Intervention sur la situation en Haïti lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU

English English

Ambassadrice Michele J. Sison
Représentante permanente adjointe des États-Unis auprès des Nations unies
Mission des États-Unis auprès des Nations unies
New York
Le 18 juillet 2017

Merci, M. le président. Et merci à vous, Mme Honoré, Représentante spéciale, pour votre présentation. Associée au rapport du Secrétaire général, il montre clairement que la MINUSTAH est en train de réussir ses opérations de départ et que la MINUJUSTH est bien partie pour la remplacer à la date du 16 octobre.

Je voudrais commencer par exprimer notre reconnaissance à la Représentante spéciale, Mme Honoré, ainsi qu’aux pays qui ont contribué en fournissant des contingents militaires et policiers, pour leur soutien à la mission de l’ONU pendant ces 13 dernières années. Grâce à vos compétences de leader et au dévouement des hommes et des femmes qui ont servi dans la MINUSTAH, Haïti a fait un grand pas vers la démocratie et la stabilité.

Premièrement, je voudrais souligner à quel point il est important d’assurer une transition progressive entre les deux missions, la MINUSTAH et la MINUJUSTH. Nous sommes satisfaits de constater que des progrès importants ont déjà été réalisés en ce sens. À ce jour, la moitié du contingent militaire ainsi qu’une des 11 unités de police constituées se sont retirées d’Haïti sans incident. En fait, on a rapporté une diminution des taux de criminalité et de manifestation. Nous applaudissons le transfert de taches de l’armée vers la Police nationale d’Haïti dans le Nord et dans certaines des zones de Port-au-Prince les plus sensibles en termes de sécurité. Nous louons également le transfert de tâches de la MINUSTAH au gouvernement hôte et à l’équipe pays de l’ONU.

Deuxièmement, je voudrais insister sur le fait que le travail entrepris par la MINUSTAH n’est pas encore achevé. Les missions centrales de la MINUJUSTH seront de renforcer l’état de droit, de développer la police ainsi que de veiller au respect des droits de l’homme. Le système judiciaire tout entier, y compris le système carcéral et la magistrature, a besoin d’être réformé en profondeur : se concentrer sur l’état de droit est particulièrement crucial à ce stade. Étant donné que la police et la justice travaillent main dans la main, il est indispensable de renforcer les compétences de ces deux secteurs afin d’enraciner l’état de droit en Haïti et de s’attaquer à des problèmes aussi urgents que les taux élevés de détention provisoire et la surpopulation carcérale. Nous lançons également un appel pour que davantage d’attention soit portée à la situation économique d’Haïti et aux défis de la préparation du pays aux crises humanitaires et aux désastres naturels. Cette préparation devrait être une priorité afin qu’Haïti soit à même d’affronter la prochaine crise de cette nature.

Les États-Unis se tiennent prêts à aider le pays dans la mesure de leurs possibilités. Depuis plus de 30 ans, nous sommes un des partenaires internationaux les plus importants d’Haïti. En collaboration avec le gouvernement d’Haïti et la communauté internationale, nous continuons à soutenir le renforcement de la sécurité globale en Haïti, le développement de la démocratie ainsi que la croissance économique.

Merci, M. le président.

###


Voir le contenu d'origine: https://usun.state.gov/remarks/7901
Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous