rss

Discours du vice-président Pence aux soldats de l’opération Enhanced Forward Presence et aux soldats estoniens

Español Español, Русский Русский

La Maison-Blanche
Bureau du vice-président
Pour diffusion immédiate
Le 31 juillet 2017

Quartier général des Forces de la défense en Estonie
Tallinn, Estonie

Le VICE-PRÉSIDENT : Président Kaljulaid, président Vējonis et président Grybauskaitė, Général Terras, Colonel Ridland, membres des forces armées des États-Unis d’Amérique, membres des forces armées d’Estonie, du Royaume-Uni et de France, c’est un grand honneur pour moi d’être ici au siège des Forces de la défense de la grande nation d’Estonie.

Et à vous tous, je transmets les salutations du leader du monde libre, le président des États-Unis d’Amérique, le président Donald Trump.

Le président m’a personnellement envoyé ici et maintenant pour remercier tous ceux qui ont eu le courage d’intervenir pour protéger cette alliance, protéger nos valeurs et qui se tiennent sur la brèche pour préserver notre mode de vie.

Devant moi aujourd’hui se tient la Enhanced Forward Presence, véritable incarnation de l’OTAN, alliance de peuples libres venant de nations libres, vivant ensemble comme frères et sœurs d’armes.

Le Livre saint nous dit, « rendez à tous ce qui leur est dû : à qui le tribut, le tribut ; à qui l’honneur, l’honneur ; à qui le respect, le respect ».

Et je me tiens aujourd’hui devant vous pour rendre ce tribut de gratitude, d’honneur et de respect à chacun d’entre vous, au nom du président des États-Unis d’Amérique et du peuple américain.

Vous êtes les meilleurs d’entre nous, héros parmi les héros.

Et vous êtes ici aujourd’hui, y compris les Américains parmi vous, si loin de chez vous, parce que les États-Unis et l’Europe sont liés par l’histoire, par une alliance de longue date et par le serment durable des lois de l’amitié, et surtout, car nous sommes liés par notre dévotion commune à la liberté.

Sous le président Trump, la politique des États-Unis d’Amérique est de placer la sécurité et la prospérité de l’Amérique d’abord (America first). Mais comme le président l’a dit clairement, et comme le montre ma présence ici aujourd’hui, l’Amérique d’abord ne signifie pas l’Amérique seule.

Lors de ma rencontre d’aujourd’hui avec les dirigeants des pays baltes, je leur ai délivré le même message que celui que je délivre ici à chacune et chacun d’entre vous : les États-Unis sont avec vous. Les États-Unis se tiennent aux côtés des nations et des peuples des États baltes, et nous le ferons toujours.

Nous sommes solidaires de nos alliés de l’OTAN dans notre engagement envers votre sécurité.

Et sous le président Trump, les États-Unis d’Amérique défendent les valeurs intemporelles qui unissent l’Amérique et l’Europe dans en Occident : la liberté, la démocratie et l’état de droit.

Comme le président l’a exprimé dans son discours historique à Varsovie le mois dernier, ces valeurs sont, selon ses propres termes, « les liens inestimables qui nous définissent en tant que nations, en tant qu’alliés, et en tant que civilisation ».

La civilisation occidentale est une belle mosaïque de nations et de peuples libres et diversifiés, chacun ayant sa propre histoire, unique et spéciale, ses cultures, ses langues et ses traditions, qui méritent d’être reconnues, chéries et protégées.

Et l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie sont d’excellents exemples de vitalité et d’attachement à la liberté de notre civilisation.

L’année prochaine marquera le 100e anniversaire de la naissance de la liberté dans les pays baltes. Vous vous êtes, depuis, battus pour défendre ce droit imprescriptible, même contre ceux qui voulaient vous en priver.

Pendant la majeure partie du siècle dernier, vos nations se sont retrouvées prisonnières du rideau de fer. Ce régime communiste incarnait tout ce que les peuples libres rejettent. Il a cherché à éradiquer votre identité, vos traditions, votre langue, l’essence même de ce que vous êtes, à savoir les liens de la famille et de la foi qui vous sont si chers.

Mais pendant toutes ces décennies d’occupation brutale, c’est avec fierté que je peux dire que les États-Unis d’Amérique n’ont jamais accepté les revendications illégitimes de l’Union soviétique concernant vos trois pays baltes. Votre persévérance a inspiré des nations libres du monde entier, et c’était un honneur pour nous que d’être à vos côtés.

Ce n’est ni une coïncidence ni un accident de l’histoire si c’est ici-même, à Tallinn, que certaines des premières fissures sont apparues dans le rideau de fer.

Vous aviez conservé votre souvenir du passé comme fondement de votre avenir, sans éteindre la flamme de la liberté dans votre cœur.

C’était il y a seulement 30 ans : plus de 300 000 Estoniens ont commencé à se rassembler pour chanter les chansons de votre pays et de votre peuple, comme à l’époque d’Ézéchias, quand les « chanteurs chantaient. »  Et bientôt, votre culture et votre nation renaissaient. Peu après, vos frères et sœurs de Lettonie et de Lituanie ont rejoint le chœur d’une révolution chantante.

Et en 1989, vous avez unis vos efforts et emprunté la voie balte (l’union immuable d’une volonté immuable) regroupant Tallinn, Riga et Vilnius. Si fortes étaient vos voix, si ferme votre poignée de main, que l’Union soviétique s’est effondrée sous vos pieds, vous permettant de retrouver votre liberté sur les cendres du communisme.

Et depuis ce jour, les peuples d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie se donnent la main, célébrant leur amitié avec l’Europe et les États-Unis ; et aujourd’hui, nous sommes tous ensemble et unis.

Les États-Unis et l’Europe sont plus forts ensemble que séparés ; et dans cet esprit, il y a de cela seulement 13 ans, nous avons accueilli les pays baltes dans l’Organisation du traité de l’Atlantique nord, l’alliance de défense mutuelle la plus réussie de l’histoire du monde.

Les pays baltes incarnent l’esprit de notre alliance ; votre engagement envers la défense commune de l’OTAN est une source d’inspiration pour tous.

Lors du sommet du pays de Galles en 2014, chaque membre de l’OTAN s’est engagé à s’approcher d’une dépense minimum de 2% de leur produit intérieur brut pour le budget de la défense au cours de la prochaine décennie.

Le président Trump a exprimé clairement que chaque membre de l’OTAN devait, selon ses propres termes, « contribuer enfin à sa part équitable et à ses obligations financières ».

En ce moment précis, je suis fier de me trouver au cœur de l’un des cinq membres de l’OTAN qui répondent à cette exigence de base. L’Estonie, tout comme les États-Unis, le Royaume-Uni, la Grèce et la Pologne, atteint ou dépasse ses obligations pour notre défense commune. Et je suis heureux de vous annoncer que d’ici la fin 2018, la Lettonie et la Lituanie rejoindront ces nations pour s’acquitter de leur promesse, et le président Trump attend de tous nos Alliés de l’OTAN qu’ils suivent votre exemple.

Le président et moi-même sommes reconnaissants envers le leadership et l’exemple des dirigeants baltes ici réunis. Et envers l’Estonie, tout particulièrement : sachez que sous votre présidence du Conseil de l’Union européenne, vous avez le soutien sans réserve des États-Unis dans votre appel à une sécurité intérieure plus forte en Europe, à des frontières extérieures plus solides, à un partenariat plus solide entre l’UE et l’OTAN et à une augmentation des dépenses européennes pour la défense.

Au cœur de notre alliance repose la promesse solennelle qu’une attaque contre l’un représente une attaque contre tous. Mais ce serment exige des actions, et chaque membre de l’OTAN doit renouveler son engagement envers notre défense commune, et le renouveler dès à présent.

Aujourd’hui plus que jamais, depuis l’effondrement du communisme il y a un quart de siècle, l’existence d’une OTAN forte et unie est nécessaire. Les adversaires auxquels nous sommes confrontés sont plus nombreux, plus sophistiqués et plus asymétriques que jamais auparavant.

À notre époque, les menaces autrefois lointaines sont devenues des menaces locales pour les nations et les communautés du monde, et toutes les nations libres doivent désormais faire front commun pour les affronter et les surmonter.

En ce moment-même, notre alliance s’attaque à la lutte contre le terrorisme islamique radical sous nos conditions, sur leur sol (et nous ne nous reposerons pas et ne jouirons d’aucun répit jusqu’à ce que nous traquions et détruisions Daech à sa source), afin qu’il ne puisse plus menacer notre peuple, nos alliés ou notre don sacré de la liberté.

Les pays baltes sont membres de la campagne mondiale de lutte contre Daech, et les États-Unis et nos peuples vous sont reconnaissants pour votre intervention. Vos trois nations participent en Afghanistan à la mission de l’OTAN Resolute Support, au sein de laquelle nos concitoyens servent ensemble et se sacrifient depuis de nombreuses années.

Le peuple des États-Unis pleure les citoyens estoniens, lettons et lituaniens qui ont donné leur vie pour la cause de la liberté. Ils sont des héros, et leurs noms seront à jamais gravés dans le cœur du peuple américain.

Mais le terrorisme n’est pas le seul adversaire auquel nous sommes confrontés. La semaine dernière, notre alliance et le monde entier ont vu la menace grave et grandissante posée par les capacités de missiles des régimes dangereux que sont la Corée du Nord et l’Iran.

Sur une période de 24 heures, chacun des deux régimes a conduit des lancements provocateurs. Leurs actions menacent de plus en plus nos partenaires dans leur région respective, notre alliance transatlantique et la patrie américaine elle-même.

En ces temps d’élargissement des menaces et des provocations, nous restons unis pour la défense de notre alliance et de tout ce que nous chérissons. Nous avons tous une mission cruciale, chaque nation de cette alliance ayant son rôle à jouer dans le grand opéra de la liberté. Il n’y a pas de petits alliés pour les États-Unis.

Aujourd’hui, nous nous trouvons à la rencontre de l’Est et de l’Ouest, à la grande frontière de la liberté. Et aucune menace n’occupe une place plus grande dans les pays baltes que celle du spectre de l’agression de votre voisin imprévisible à l’est.

En ce moment même, la Russie continue de chercher à redessiner les frontières internationales par la force, à saper les démocraties des nations souveraines et à dresser les unes contre les autres les nations libres d’Europe.

Le président Trump a appelé la Russie à cesser ses activités déstabilisatrices en Ukraine et ailleurs et à mettre fin à son soutien de régimes hostiles comme ceux de la Corée du Nord et de l’Iran.

Et sous le président Trump, les États-Unis continueront à tenir la Russie responsable de ses actions ; et nous demandons à nos alliés et amis européens d’en faire de même.

Comme preuve de notre engagement, le président Trump signera très bientôt une législation visant à renforcer et à codifier les sanctions américaines contre la Russie.

Les États-Unis préfèreraient une relation constructive avec la Russie, fondée sur une coopération servant nos intérêts communs. La Russie a aussi mentionné qu’elle souhaiterait une normalisation de ses relations avec les États-Unis. La semaine dernière, malheureusement, la Russie a pris des mesures drastiques limitant la présence diplomatique des États-Unis dans son pays.

Le président Trump l’a clairement fait savoir : les États-Unis sont ouverts à de meilleures relations avec la Russie. Mais le président et notre Congrès sont unifiés dans leur message : une meilleure relation et la levée des sanctions exigent de la Russie qu’elle revienne sur les actions qui ont provoqué les sanctions en premier lieu.

Nous espérons des jours meilleurs et de meilleures relations avec la Russie, mais comme je le disais plus tôt aujourd’hui, les récentes actions diplomatiques prises par Moscou n’affaibliront pas l’engagement des États-Unis envers notre sécurité, celle de nos alliés et celle des nations éprises de liberté dans le monde entier.

Soyez-en sûrs : les États-Unis rejettent toute tentative d’utiliser la force, les menaces, l’intimidation ou une influence diffamatoire dans les États baltes ou contre l’un de nos alliés du traité ; et sous le président Donald Trump, les États-Unis d’Amérique maintiendront fermement leur engagement envers l’Article 5 concernant la défense mutuelle ; et la présence des forces armées américaines ici aujourd’hui en est la preuve.

Comme le président l’a dit en Pologne, nous avons démontré notre engagement envers la défense commune, non pas avec de simples mots, selon ses propres termes, « mais par nos actions. »

Il suffit de regarder le rôle de leadership des États-Unis dans l’initiative Enhanced Forward Presence, celle qui nous réunit ici aujourd’hui.

L’opération Enhanced Forward Presence est le plus grand renforcement de défense collective de l’alliance de la génération actuelle.

Ici, les troupes du Royaume-Uni et de France sont coude à coude avec les forces estoniennes. Au sud, en Lettonie et en Lituanie, l’Allemagne et le Canada assument des rôles de leadership dans des groupes de combat supplémentaires. Et les États-Unis conduisent fièrement les groupements prêts à s’engager au combat, stationnés à proximité de la Pologne.

Mais l’engagement des États-Unis ne se limite pas à cette initiative. Nous avons déployé une équipe complète de combat de brigade blindée en Europe centrale et de l’Est, par le biais de l’European Reassurance Initiative.

Et dans toute la région, les forces américaines effectuent des exercices visibles avec nos alliés et partenaires, tels que BALTOPS et Saber Strike.

Nos actions prouvent notre détermination sans faille, et elles améliorent la capacité de notre alliance à se battre résolument pour la liberté et à faire face à n’importe quel scénario.

Sous le leadership du président Trump, les États-Unis feront de la plus grande force de combat de l’histoire du monde une force encore plus forte. Comme le président l’a déclaré il y a quelques jours seulement, « la puissance américaine est sans pareille, et elle devient plus grande, plus forte et meilleure chaque jour ».  Et le monde le sait.

Le président a déjà signé la plus forte augmentation des dépenses militaires depuis près d’une décennie. Et nous avons appelé le Congrès à passer l’un des investissements les plus importants en termes de dépenses liées à la défense depuis l’époque de la guerre froide.

Aujourd’hui, donc, les États-Unis appellent tous leurs alliés et tous ceux qui chérissent la liberté, à renouveler leur engagement envers le renforcement de notre alliance et leur attachement à cette cause. Nous devons, tous ensemble, rester puissants. Nous devons, tous ensemble, nous montrer fortement résolus. Mais surtout, nous devons fermement appuyer notre conviction que notre cause est juste et que la liberté au cœur de notre mode de vie vaut qu’on la défende.

Alors que la portée des défis à relever s’accroît, le président Trump nous a aussi puissamment rappelé que notre combat, selon ses propres termes, « commence dans nos esprits, nos volontés et nos âmes. »

Alors bâtissons des esprits d’acier, renforçons nos volontés et ranimons nos âmes ; car ainsi, comme l’a promis notre président Trump, « l’Occident ne sera jamais, jamais brisé. Nos valeurs l’emporteront. Notre peuple s’épanouira, notre civilisation triomphera. »

Voilà donc notre cause, voilà pourquoi l’OTAN existe, pourquoi l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie se sont unies à l’Europe. Et pourquoi les États-Unis sont à vos côtés, aujourd’hui et pour toujours.

Les États-Unis sont maintenant, et pour toujours, votre meilleur allié et votre plus grand ami.

Et j’ai foi… j’ai foi en la notion que notre alliance va se renforcer et que notre amitié va s’approfondir, car j’ai foi en l’idée que nous n’avançons pas seuls.

En ces temps de défis extrêmes, je demande instamment au peuple de l’Estonie et des pays baltes et à tous ceux qui chérissent la liberté, d’avoir cette foi.

Car comme le Livre saint nous le dit : « Là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. »

Mes amis, nous sommes liés par un avenir commun, un avenir de sécurité, un avenir de prospérité, et nous sommes liés par un avenir commun de liberté dans ce grand « concert des nations » réunies en Occident.

Et donc, aujourd’hui, je le dis en toute confiance : grâce au courage des peuples d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie, au partenariat avec l’ensemble de nos alliés, aux forces armées des États-Unis d’Amérique et à notre commandant en chef, le président Donald Trump, et grâce à une foi infaillible en Dieu tout-puissant, je sais que l’avenir de la liberté sur ces terres, ainsi que dans le monde entier, est plus brillant que jamais auparavant, et que nous embrasserons ce futur tous ensemble.

Merci. Que Dieu vous bénisse. Que Dieu bénisse l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie. Et que Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique. (Applaudissements).

###


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous