rss

Discours du président Trump avant la rencontre trilatérale avec le président Moon de la république de Corée et le Premier ministre du Japon M. Abe

English English, Русский Русский, Español Español

La Maison-Blanche
Bureau du porte-parole

Le 21 septembre 2017

New York

 

 

J’annonce aujourd’hui un nouveau décret présidentiel que je viens de signer et qui étend de façon significative notre autorité sur les individus, les sociétés et les institutions financières qui financent et facilitent les échanges commerciaux avec la Corée du Nord.

Ainsi que je l’ai souligné dans mon discours devant l’Assemblée générale des Nations unies, le développement par la Corée du Nord d’armes et de missiles nucléaires constitue une sérieuse menace pour la paix et la sécurité de notre monde. Et il n’est inacceptable que d’aucuns continuent d’apporter un soutien financier à ce régime voyou et criminel.

Dans sa brutalité, le régime nord-coréen ne respecte ni son propre peuple ni la souveraineté des autres nations. Ce nouveau décret présidentiel permettra de couper les sources de revenu qui financent les actions de la Corée du Nord visant à développer les armes les plus létales que connaisse l’humanité.

Ce décret renforce l’autorité du département du Trésor pour cibler tout individu ou toute entité se livrant à des échanges importants de biens, de services ou de technologie avec la Corée du Nord. Et je suis très fier de vous annoncer que, comme vous l’avez peut-être entendu il y a quelques minutes, la Chine et sa banque centrale ont demandé aux autres banques – ce qui représente un système bancaire immense – d’arrêter immédiatement de faire des affaires avec la Corée du Nord. Cela vient de se produire. Nous venons de l’apprendre.

En outre, ce que nous ferons sera d’identifier les nouvelles industries, notamment les textiles, la pêche, les technologies de l’information et les activités manufacturières, auxquelles le département du Trésor appliquera de lourdes sanctions. Le secrétaire Mnuchin représente le département du Trésor ; il est ici aujourd’hui.

Pour éviter de pouvoir échapper à ces sanctions, ce décret comprend également des mesures destinées à perturber les principaux réseaux de commerce et de transport maritime nord-coréens. Cela fait bien trop longtemps que la Corée du Nord a été autorisée à ne pas respecter le système financier international pour faciliter le financement de ses programmes d’armes nucléaires et de missiles.

Cela fait plus de vingt-cinq ans que des dirigeants américains travaillent sur ce problème ; ils n’ont rien fait. C’est la raison pour laquelle nous sommes aujourd’hui confrontés au problème que nous connaissons, mais aussi, franchement, parce que d’autres pays n’ont pas fait ce qu’ils auraient dû faire.

La tolérance envers ces pratiques honteuses doit prendre fin maintenant. Notre nouveau décret donnera au département du Trésor la possibilité de sanctionner, à son entière discrétion, toute banque étrangère qui mènerait ou faciliterait sciemment des transactions importantes liées à des échanges avec la Corée du Nord. Une fois encore, je tiens à le dire, j’adresse mes remerciements au président chinois Xi pour la mesure courageuse qu’il a prise aujourd’hui. C’était une mesure plutôt inattendue et très appréciée.

Cette nouvelle autorité dans ce domaine s’applique à toute activité suivant ma signature de ce décret présidentiel, que je viens en fait tout juste de signer. Les banques étrangères font désormais face à un choix clair : faire des affaires avec les États-Unis ou faciliter le commerce avec le régime sans foi ni loi de la Corée de Nord – et cela ne représente pas des échanges aussi importants.

Ce nouveau décret met à notre disposition de nouveaux outils puissants, mais je tiens à être clair, ce décret ne vise qu’un seul pays, et ce pays est la Corée du Nord. Son régime ne peut plus compter sur les autres pour faciliter ses échanges et ses activités bancaires.

De nombreux pays travaillent avec nous pour accentuer les pressions économiques et diplomatiques sur la Corée du Nord. Mais je réitère mon appel à toutes les nations responsables pour qu’elles appliquent et mettent en œuvre les sanctions des Nations unies et imposent leurs propres mesures semblables à celles que je viens d’annoncer aujourd’hui.

Je dois préciser que ce que nous recherchons, c’est une dénucléarisation totale de la Corée du Nord. La communauté internationale ne peut plus accepter cette situation. Dans quelques minutes, le Premier ministre Abe, le président Moon et moi-même allons discuter de ce que nous pouvons faire de plus ensemble. Nous avons entretenu une relation très, très étroite. Je pense que nos nations se sont rapprochées en raison de cela.

Je sais que ça va être une très bonne rencontre. Notre alliance avec la Corée du Sud et le Japon n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. Nous partageons l’engagement de créer un monde où des nations fortes et indépendantes honorent leurs peuples, respectent leur souveraineté et la souveraineté des autres nations, et encouragent la paix.

Je vous remercie. Et pour commencer, je demanderai au président Moon de dire quelques mots, je vous en prie.

[Le président Moon et le Premier ministre Abe s’expriment par la voix d’interprètes.]

LE PRÉSIDENT TRUMP : Merci à chacun. Nous allons également discuter des échanges commerciaux avec le Japon et la Corée du Sud, ce qui sera une discussion très importante. Mais c’est là de toute évidence un point qui aura la priorité.

Merci donc à tous d’être ici. Nous apprécions votre présence. Nous vous verrons plus tard. Merci.

QUESTION : M. le président, le dialogue est-il encore possible avec la Corée du nord ?

LE PRÉSIDENT TRUMP : Pourquoi pas ?


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous