rss

Le président Donald. J. Trump adopte une approche responsable et humanitaire face à la question des réfugiés

Русский Русский, English English, العربية العربية, हिन्दी हिन्दी, اردو اردو

La Maison-Blanche
Bureau du porte-parole

Le 29 septembre 2017

 

 

« Le maintien de frontières fortes est un élément vital de toute politique de sécurité et une approche responsable face à la question des réfugiés a pour objectif leur retour dans leurs pays d’origine à terme, afin qu’ils puissent contribuer à la reconstruction de leurs propres nations. » – Le président Donald J. Trump

Programme d’accueil des réfugiés « L’Amérique d’abord » : le président Donald J. Trump a fixé le plafond annuel du nombre de réfugiés entrant aux États-Unis à un niveau qui ne compromet pas la sécurité des Américains.

*   Le président Trump a déterminé qu’un maximum de 45 000 réfugiés peuvent être admis aux États-Unis au cours de l’exercice fiscal 2018.

*   Cette décision est prise tous les ans après consultation du secrétaire d’État, du secrétaire à la Sécurité intérieure et de l’équipe de sécurité nationale.

*   Avec ce nouveau plafond, les États-Unis continueront à réinstaller plus de réfugiés à titre permanent que tout autre pays et nous continuerons à offrir une protection aux plus vulnérables, en particulier ceux qui ont été persécutés en raison de leur race, leurs convictions politiques, leur nationalité, leur religion ou leur appartenance à un groupe social donné.

*   Le nouveau plafond est conçu pour prendre en compte les procédures de contrôle supplémentaires actuellement en cours d’examen qui permettront au département de la Sécurité intérieure (DHS), au FBI, à la CIA, au département de la Défense, au Centre national de lutte contre le terrorisme (NCTC) et à d’autres organismes de traiter les demandes des réfugiés en profondeur et en toute sécurité de manière à détecter tout risque éventuel pour la sécurité publique et nationale.

*   Cette décision est motivée par la nécessité de concentrer des ressources limitées sur les quelque 270 000 étrangers qui ont présenté une demande d’asile mais n’ont pas fait l’objet d’un contrôle approprié et sont déjà présents sur le territoire des États-Unis.

*   Conformément à l’article 6 du décret présidentiel 13780 intitulé « Protéger la nation contre l’entrée de terroristes étrangers aux États-Unis », les États-Unis adoptent des mesures supplémentaires pour améliorer le contrôle des candidats à l’entrée sur le territoire en tant que réfugiés pour renforcer la sécurité des États-Unis. Bien que l’examen requis par l’article 6 du décret présidentiel 13780 soit toujours en cours, les organismes concernés ont déjà commencé à renforcer le processus de contrôle du programme d’accueil des réfugiés.

Renforcement de la sécurité nationale : le président Donald J. Trump adopte l’approche responsable dans le souci de la sûreté du peuple américain.

*   Certains réfugiés admis aux États-Unis ont présenté des dangers pour la sécurité nationale et publique.

*   En février 2017, plus de 300 personnes initialement admises aux États-Unis en tant que réfugiés faisaient l’objet d’enquêtes du FBI en raison de leurs liens potentiels avec des terroristes présumés.

*   Depuis 2011, au moins 20 réfugiés ont été arrêtés et expulsés des États-Unis à la suite d’enquêtes de lutte contre les terroristes.

*   En 2016, un réfugié somalien a attaqué 11 Américains à l’université Ohio State de Columbus, dans l’Ohio.

*   Depuis les attentats terroristes du 11 septembre, environ une vingtaine de personnes admises sur le territoire des États-Unis en tant que réfugiés ont été expulsées ou arrêtées et reconnues coupables d’actes liés au terrorisme. En février, le président a reçu des shérifs locaux à la Maison-Blanche pour écouter leurs préoccupations, en particulier en ce qui concerne les réfugiés réinstallés dans leurs collectivités sans que la population locale n’ait été consultée.

*   Le président Trump croit en l’intensification des efforts actuels de travail en étroite collaboration avec les responsables des États fédérés et des collectivités locales, pour susciter la confiance de la communauté envers les initiatives de réinstallation des réfugiés  alors que l’on détermine les meilleures modalités de réinstallation des réfugiés aux États-Unis.

Considérations financières : un nombre croissant de réinstallations de réfugiés intensifie la pression financière sur les Américains, alors que la meilleure politique consiste à faire en sorte que les réfugiés restent dans leur région d’origine dans la mesure du possible.

*   Un objectif essentiel de la politique des États-Unis  en matière d’accueil des réfugiés est de leur permettre, à terme, de repartir chez eux, où ils pourront retrouver leurs amis et leur famille et contribuer à la reconstruction de leur communauté.

*   Pour le coût de la réinstallation permanente d’un réfugié aux États-Unis, il serait possible de réinstaller 12 réfugiés dans des zones sûres à l’étranger, plus près de leur pays d’origine, selon le Centre pour les études sur l’immigration (Center for Immigration Studies).

*   Le département de la Santé et des affaires sociales (HHS) a dépensé plus de 96 milliards de dollars dans le cadre de programmes d’assistance aux réfugiés ou à leur bénéfice entre 2005 et 2014.

*   Des enquêtes du HHS sous l’administration Obama ont montré que 45 % des réfugiés arrivés entre 2011et 2015 recevaient une assistance financière, 49 % des prestations d’assurance médiale publique Medicaid et que près de 75 % d’entre eux bénéficiaient de prestations du programme d’assistance en nutrition supplémentaire SNAP.

*   Dans le cadre de la législation en vigueur, une fois qu’une personne est admise sur le territoire des États-Unis en tant que réfugiée, elle est immédiatement autorisée à y travailler.

Leader mondial de l’aide humanitaire : les États-Unis restent chef de file du monde entier dans le domaine de l’assistance aux réfugiés, à la fois en ce qui concerne les contributions financières et la réinstallation.

*   Tel qu’indiqué dans la Déclaration des leaders du G20, « nous nous engageons à répondre aux besoins distincts des réfugiés et des migrants, en particulier à proximité de leur région d’origine et, le cas échéant, pour leur permettre de rentrer chez eux en toute sécurité ».

*   Les États-Unis sont les premiers contributeurs au HCR  (Agence des Nations unies pour les réfugiés), auquel ils ont fait don d’environ 1,2 milliards de dollars cette année. Et nous restons le principal bailleur d’autres agences qui offrent une assistance vitale aux réfugiés et aux victimes de conflits, en particulier le Programme alimentaire mondial, le mouvement de la Croix rouge et l’UNICEF.

*   Depuis 1975, les États-Unis ont accueilli plus de 3 millions de réfugiés en provenance du monde entier, et admettent chaque année en général près des deux tiers des réfugiés du monde qui sont réinstallés dans un troisième pays, plus que tous les autres pays combinés.

*   Chaque année, les États-Unis octroient un titre de séjour permanent à plus d’un million d’immigrants de plus de 150 pays et accordent la nationalité américaine à un demi-million de personnes.

*   Le principal objectif de la politique des États-Unis en ce qui concerne les réfugiés est de contribuer à les protéger et à faciliter l’offre de solutions durables pour eux, leur permettant, en particulier, de rentrer chez eux en toute sécurité.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous