rss

Principales issues des priorités des États-Unis lors de la 36e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

English English, العربية العربية

Fiche d’information
Bureau du porte-parole

Le 3 octobre 2017

 

 

Lors de la 36e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui s’est tenue à Genève du 11 au 29 septembre, les États-Unis ont mené de manière active et efficace les mesures de réorganisation de la réponse internationale face aux situations d’urgence pour les droits de l’homme. Sur de nombreuses résolutions et actions couvrant des sujets ou des thèmes particuliers pour un pays donné, l’engagement des États-Unis a protégé certaines de leurs valeurs essentielles, a apporté un éclaircissement sur les situations particulières de certains pays donnés et a conduit à des issues favorables sur des problèmes difficiles.

Yémen : les États-Unis ont mené les négociations jusqu’à une résolution adoptée par consensus pour la prise en charge de la situation des droits de l’homme au Yémen. La résolution met en place un groupe d’experts imminents internationaux et régionaux, mécanisme le plus fort pour l’examen et le signalement de la situation des droits de l’homme au Yémen à ce jour. La résolution poursuit également l’assistance technique et le renforcement des capacités de la Commission nationale d’enquête de la république du Yémen.

Venezuela : le 11 septembre, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a affirmé qu’il était possible que des crimes contre l’humanité aient été commis au Venezuela. Lors de son allocution devant le conseil plus tard dans la journée, le ministre des Affaires étrangères du Venezuela a tenté de détourner l’attention portée aux violations continues des droits de l’homme commises par le régime de Maduro. Les États-Unis ont dénoncé cette allocution et ont fait référence à la déclaration conjointe du groupe de Lima datant du 12 septembre condamnant la désintégration continue de l’ordre démocratique et les violations des droits de l’homme au Venezuela.

Burundi : les États-Unis ont coparrainé une résolution présentée par l’UE pour le renouvellement du mandat de la commission d’enquête sur les droits de l’homme au Burundi. Cette résolution a été adoptée par un votre de 22 contre 11, avec 14 abstentions. Les États-Unis ont voté contre une résolution concurrente rédigée par le Burundi seul parce qu’elle peignait un portrait incorrect de la situation des droits de l’homme et ne renouvelait pas le mandat de la commission d’enquête. Au contraire, cette résolution, parrainée par le Groupe africain et adoptée avec 23 voix contre 14 et 9 abstentions, exige uniquement du bureau du Haut-Commissaire aux droits de l’homme (HCDH) qu’il nomme un expert pour renforcer les travaux du bureau du HCDH au Burundi.

République démocratique du Congo (RDC) : les États-Unis ont voté contre la résolution rédigée par la RDC seule, qui a été adoptée malgré un libellé débordant d’éloges inappropriées décrivant les efforts de la RDC visant à tenir pour responsables ceux qui ont commis des infractions et des abus des droits de l’homme, et malgré un appel édulcoré demandant à la RDC de respecter ses obligations et engagements en matière de droits de l’homme. Les États-Unis ont émis une déclaration forte en soutien aux travaux en cours du groupe d’experts opérant dans la région des Kasaïs et ont fait appel au gouvernement pour lui demander de coopérer pleinement avec le groupe.

Soudan : les États-Unis ont coparrainé une résolution, présentée par le Groupe africain, pour le renouvellement du mandat de l’expert indépendant sur le Soudan pour une année de plus. La résolution a été adoptée par consensus. Bien que reconnaissant quelques développements positifs au Soudan depuis un an, la résolution a également souligné de sérieuses préoccupations qui persistent. Elle encourage également le Soudan à intensifier ses activités de prise en charge des besoins humanitaires dans les zones affectées par le conflit.

Situations dans d’autres pays : les États-Unis ont coparrainé une résolution sur les violations et abus des droits de l’homme en Syrie, particulièrement sur l’impact de la guerre civile sur les enfants. Les États-Unis ont soutenu le renouvellement du mandat des experts indépendants sur la Somalie et la République centrafricaine, ainsi que l’extension du mandat de la mission d’enquête pour la Birmanie pour une année de plus. Les États-Unis ont signé des déclarations conjointes sur la situation des droits de l’homme en Crimée et aux Philippines. Nous nous sommes joints au consensus sur une résolution renouvelant le mandat du rapporteur spécial sur le Cambodge pour deux années de plus.

Résolutions thématiques : les États-Unis ont coparrainé une résolution pour l’extension du mandat des rapporteurs spéciaux sur la vérité, la justice, la réparation et les garanties de non‑répétition. Les États-Unis se sont joints à un consensus sur des résolutions concernant des représailles à l’encontre de ceux qui ne coopèreraient pas avec l’ONU, les droits des personnes autochtones, les femmes, les Objectifs du développement pour le millénaire (ODD) et le renouvellement du mandat du groupe de travail sur les disparitions forcées et involontaires.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous