rss

Point de presse sur les mesures prises par les Etats-Unis pour lutter contre le Hezbollah

Facebooktwittergoogle_plusmail
English English

Département d’État des États-Unis
Nathan A. Sales
Ambassadeur itinérant et coordinateur de la lutte contre le terrorisme

Le 10 octobre 2017

 

Extraits

Il y aura eu vingt ans le week-end dernier que les États-Unis ont désigné le Hezbollah comme une organisation terroriste étrangère. Avec le soutien de son commanditaire, le régime iranien, le Hezbollah reste l’un des groupes terroristes les plus dangereux du monde ; il continue de commettre des attaques terroristes et de se livrer à d’autres activités déstabilisantes dans le monde entier.

La menace que le Hezbollah pose à ce pays a été mise en évidence en juin, avec l’arrestation par le FBI de deux de ses opérateurs présumés dans les États de New York et du Michigan. Ces hommes auraient opéré au nom du groupe terroriste international du Hezbollah. Le Hezbollah a véritablement une portée mondiale. Au cours des dernières années, nous avons vu le groupe mener à bien une attaque en Bulgarie. Nous l’avons vu comploter deux attentats distincts à Chypre. Nous l’avons vu accumuler de grandes caches de matériel militaire au Koweït et au Nigéria. Et nous l’avons vu envoyer des agents terroristes au Pérou et en Thaïlande. Ces exemples ne laissent aucun doute sur la vraie nature et les intentions du Hezbollah. Il continue de construire son infrastructure terroriste mondiale pour jeter les bases de futures attaques.

La lutte contre le Hezbollah est une priorité absolue pour l’administration Trump. Aujourd’hui, j’annonce des récompenses pour deux hauts responsables du Hezbollah dans le cadre du Programme de récompenses pour la justice du département d’État. Tout d’abord, le département d’État offre une récompense allant jusqu’à 7 millions de dollars en échange d’informations qui mèneraient à la localisation, à l’arrestation ou à la condamnation de Talal Hamiyah, dans quelque pays que ce soit. Hamiyah a été lié à plusieurs attaques terroristes, à des détournements et à des enlèvements visant des ressortissants américains. Hamiyah est à la tête de l’unité terroriste internationale du Hezbollah, l’organisation dite de sécurité extérieure, chargée de planifier et de mener des attaques terroristes en-dehors du Liban. Ces attaques ont principalement visé des Israéliens et des Américains.

Nous offrons également une récompense allant jusqu’à 5 millions de dollars en échange d’informations qui mèneraient à la localisation, à l’arrestation ou à la condamnation de Fu’ad Shukr dans quelque pays que ce soit. Shukr est un commandant militaire de haut niveau des forces du Hezbollah au Liban ; il est également membre du plus haut organe militaire du Hezbollah, le Conseil du Jihad. Shukr joue un rôle clé dans les opérations militaires du Hezbollah en Syrie et a aidé à planifier et à lancer l’attaque de 1983 contre la caserne du Corps de Marines des États-Unis à Beyrouth, qui avait fait 241 morts parmi les Marines.

Je tiens à être bien clair : sur ces dix dernières années, ce sont les premières récompenses des Programmes de récompenses pour la Justice qui sont liées au Hezbollah. L’annonce d’aujourd’hui n’est qu’une partie des mesures que nous prenons pour contrer les activités terroristes du Hezbollah. Jusqu’à ce que Hezbollah cesse d’avoir recours au terrorisme et à la violence pour atteindre ses objectifs, les États-Unis et leurs alliés viseront de manière agressive son infrastructure terroriste et ses réseaux de soutien financier.

Permettez-moi de décrire certaines des autres mesures que nous prenons dans la lutte contre le Hezbollah. La désignation ‘organisation terroriste étrangère’, (Foreign Terrorist Organization ou FTO), a été un outil clé pour mettre à mal les réseaux associés au groupe. Depuis sa désignation en 1997, environ 21 affaires contre des membres du Hezbollah aux États-Unis ont fait l’objet de procédures judiciaires. Le gouvernement américain a également désigné plus de 100 personnes et entités associées au Hezbollah dans le monde, sous diverses instances. Celles-ci incluent les facilitateurs financiers, les auteurs des attentats de 2012 en Bulgarie et les hauts responsables de l’organisation. Elles comprennent également Shukr et Hamiyah, désignés respectivement en 2015 et 2012. Les récompenses d’aujourd’hui constituent une étape supplémentaire pour augmenter les pressions exercées sur eux et sur le Hezbollah.

Les États-Unis ne sont pas le seul pays à bien saisir la vraie nature du Hezbollah. Au cours des dernières années, le Conseil de coopération du Golfe et la Ligue arabe ont désigné le groupe Hezbollah comme une organisation terroriste, comme l’avaient déjà fait les États Unis, l’Union européenne, l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande.

Bien que des progrès considérables aient été réalisés, beaucoup de travail reste à faire. Le Hezbollah n’est pas assujetti aux sanctions de l’ONU. Il n’est pas non plus sanctionné au niveau national ou régional en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie du Sud-Est – autant de régions où le groupe opère. En outre, certains pays ont choisi de ne désigner que la branche militaire du Hezbollah, laissant complètement de côté sa branche dite « politique ». Mais c’est une fausse distinction. Qu’on ne s’y méprenne pas : le Hezbollah n’a pas de branche politique. Il ne s’agit que d’une seule organisation – une organisation terroriste – et elle est pourrie jusqu’à la moelle. Ces lacunes ne sont pas simplement symboliques ; elles limitent la capacité des autres gouvernements de geler les actifs du Hezbollah, de fermer ses sociétés écrans, d’éliminer ses capacités de financement et de recrutement et de poursuivre les réseaux associés au Hezbollah.

Les États-Unis auront besoin d’alliés dans ce combat. Nous félicitons les pays qui ont déjà sanctionné le Hezbollah d’avoir franchi cette étape importante, et nous les exhortons à perturber encore davantage les activités du groupe. Quant aux pays qui ne l’ont pas encore fait, nous les invitons à intervenir et à nous aider à faire face à cette menace commune. Nous exhortons tout particulièrement nos partenaires à rejoindre le groupe de coordination entre les organes chargés de l’application de la loi des États-Unis et ceux d’Europol (Law Enforcement Coordination Group ou LECG). Le LECG fournit une plate-forme pour une forte collaboration entre plus de 25 pays confrontés à la menace du Hezbollah.

Avant de conclure, il est important de rappeler que le Hezbollah n’a pas développé ses capacités militaires et terroristes seul. Il est devenu la menace mondiale actuelle que nous connaissons pour une raison: l’aide considérable et constante de Téhéran. Le régime iranien a fondé et financé le Hezbollah pour alimenter l’instabilité dans toute la région et à travers le monde. Il l’a fait aux dépens du peuple iranien – dont les ressources sont détournées pour soutenir la cause sanglante du Hezbollah – et aux dépens du Liban, qui a souffert gravement du partenariat mortel entre l’Iran et le Hezbollah. Le peuple iranien et le peuple libanais méritent mieux que cela.

L’annonce de ce jour sur la récompense pour la justice est une autre étape importante dans notre campagne actuelle pour contrer les activités terroristes de grande envergure du Hezbollah. En collaborant avec nos partenaires, nous affronterons le Hezbollah dans le monde entier, nous lui nierons les ressources qui lui sont nécessaires pour mener à bien ses attaques mortelles, et nous traduirons ses dirigeants et ses agents en justice.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Recevoir les mises à jour par e-mail
Pour vous inscrire aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d’abonnement, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous.