rss

Déclaration sur le rapport du mécanisme d’enquête conjoint sur Khan Cheikhoun et Oum Housh

English English, العربية العربية, Русский Русский

Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 27 octobre 2017

 
 

Le 26 octobre 2017, le mécanisme d’enquête conjoint (JIM) de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques et de l’Organisation des Nations unies a publié son dernier rapport, concluant que le régime d’Assad avait eu recours au sarin, une arme chimique, lors de l’horrible attaque du 4 avril 2017 qui a fait des dizaines de morts à Khan Cheikhoun, en Syrie. Le rapport a également déterminé que le groupe extrémiste de Daech était responsable de l’utilisation de gaz moutarde, une autre arme chimique, lors des attaques des 15 et 16 septembre 2016, à Oum Housh, en Syrie.

Ce nouveau rapport confirme sans équivoque ce que les États-Unis et de nombreux membres de la communauté internationale disent publiquement depuis de nombreux mois, à savoir que le régime d’Assad a perpétré l’attaque abominable du 4 avril, faisant environ 100 victimes innocentes parmi les civils syriens, dont de nombreux enfants, et des centaines d’autres blessés.

Le Conseil de sécurité doit envoyer le message clair qu’aucun recours aux armes chimiques ne sera toléré et doit soutenir pleinement le travail des enquêteurs impartiaux. Comme l’a souligné l’ambassadrice Haley, les pays qui ne se soumettent pas à cet impératif ne valent guère mieux que les dictateurs ou les terroristes qui ont recours à ces armes terribles. En essayant de saper et d’éliminer le JIM, la Russie a démontré une fois de plus que protéger son allié, le régime d’Assad, avait bien plus d’importance à ses yeux que de mettre fin au recours monstrueux aux armes chimiques. Le mépris flagrant de la Syrie pour les normes et les standards internationaux devrait être condamné et sanctionné par tous les membres de la communauté internationale.

Le recours continu de la Syrie aux armes chimiques et son refus de mettre fin à l’intégralité de son programme d’armes chimiques constituent des violations flagrantes des obligations du pays en vertu de la Convention sur les armes chimiques et de la résolution 2118 du Conseil de sécurité des Nations unies. Nous condamnons dans les termes les plus vifs quiconque, quel que soit l’endroit et quelles que soient les circonstances, qui a recours aux armes chimiques, et réitérons notre engagement à faire en sorte que les responsables répondent de leurs actes.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous