rss

Déclaration conjointe sur les armes chimiques en Syrie de Boris Johnson, secrétaire aux Affaires étrangères,Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, ministre des Affaires étrangères et Rex Tillerson, secrétaire d’État

English English, Русский Русский

Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 8 novembre 2017

 

Le 26 octobre, le Mécanisme d’enquête conjoint de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques,organisme établi par décision unanime du Conseil de sécurité des Nations unies, a conclu que le régime Assad était responsable dans l’utilisation degaz sarin à Khan Cheikhoun le 4 avril 2017. Nous avons entièrement confiance dans les résultats du Mécanisme d’enquête conjoint et sommes convaincus de son professionnalisme et de son indépendance. Le régime syrien a violé la loi internationale, y compris la Convention sur l’interdiction des armes chimiques. Nous condamnons cet acte abominable et exigeons que le régime syrien cesse immédiatement toute utilisation d’armes chimiques et déclare à l’OIAC toutes les armes chimiques en sa possession.

Le Mécanisme d’enquête conjointa aussi découvert que Daech avait perpétré une attaque au gaz moutarde à l’encontre de la ville d’Um-Houshdeux jours de suite en septembre 2016. Nous condamnons également cet acte odieux et sommes unis dans notre détermination à vaincre cet ignoble mouvement terroristeune fois pour toutes. Nous condamnons l’utilisation des armes chimiques par quique ce soit, où que ce soit.

Nous reconnaissons qu’il est indispensable que la communauté internationale continue de mener l’enquête sur les cas de recours aux armes chimiques en Syrie. Nous prions donc instamment le Conseil de sécurité des Nations unies de maintenir la capacité d’enquête du Mécanisme d’enquête conjoint. Nous appelons également leConseil exécutif de l’OIAC à agir sur base du rapport du Mécanisme d’enquête conjoint afin de clairement envoyer le signal que les personnes responsables de l’utilisation d’armes chimiques seront tenues responsables.

Ce n’est malheureusement pas le premier rapport qui identifieles responsables de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie. En 2016, le Mécanisme d’enquête conjoint avait conclu que le régime syrien était responsable de l’utilisation de chlore comme arme chimique dans au moins trois attaques commises en 2014 et 2015 et que Daech avait utilisé dugaz moutarde en 2015.

En outre, le travail du Mécanisme d’enquête conjoint n’est pas terminé. L’OIAC a maintenant fait état d’uneattaque au gaz sarin ayant «fort probablement» eu lieu à Al-Lataminah, en Syrie, à 15kilomètres du lieu del’attaque au gaz sarin deKhan Cheikhoun et seulement une semaine avant cette dernière. L’attaque décrite porte les marques du régime syrien.

Une réaction vigoureuse de la communauté internationale est maintenant essentielle afin que soit assuréela reddition de comptes des responsables, que justice soit faite pour les victimes de ces attaques abominables et que de telles attaques ne se reproduisent plus. Suite à un tel rapport, le Conseil de sécurité et tous ses membres ont la responsabilité commune de protéger le régime international de non-prolifération et de se montrer à la hauteur des engagements déjà pris


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous