rss

Communiqué de presse : l’ambassadrice Haley sur les décès de manifestants pacifiques en république démocratique du Congo

Facebooktwittergoogle_plusmail
English English

Mission des États-Unis auprès des Nations unies
Service de presse et de diplomatie publique
Pour diffusion immédiate
Le 9 janvier 2018

 

La fin de l’année 2017 a vu une augmentation de la répression violente de manifestations pacifiques organisées par des églises en république démocratique du Congo (RDC), entraînant la mort d’au moins cinq personnes. Les forces de sécurité du gouvernement ont fait un usage excessif de la force contre leurs propres citoyens, en utilisant des balles réelles contre les manifestants et des gaz lacrymogènes à l’intérieur des églises, et en arrêtant des civils – y compris des enfants de chœur. Comme cela a été évoqué au Conseil de sécurité plus tôt dans la journée, les forces de sécurité congolaises ont refusé au Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’homme l’accès aux morgues, aux hôpitaux et aux centres de détention, alors qu’il tentait de déterminer l’ampleur de la violence.

« Entendre parler de telles brutalités et cruautés à l’encontre de civils et d’enfants innocents dans le plus sacré des lieux est vraiment horrifiant. Le président Kabila doit faire en sorte que ses forces de sécurité soient tenues responsables, respecter les droits humains de ses ressortissants et honorer sa promesse de démission, conformément à la constitution de la RDC, après la tenue d’élections crédibles en décembre 2018. Les États-Unis et la communauté internationale suivront la situation de près et continueront de se battre pour le peuple congolais et sa démocratie », a déclaré l’ambassadrice Haley.


Voir le contenu d'origine: https://usun.state.gov/remarks/8250
Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Recevoir les mises à jour par e-mail
Pour vous inscrire aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d’abonnement, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous.