rss

Désignation de groupes affiliés à Daech et de hauts dirigeants de Daech comme terroristes par le département d’État

Facebooktwittergoogle_plusmail
हिन्दी हिन्दी, English English, العربية العربية, Português Português, Русский Русский, Español Español, اردو اردو

Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 27 février 2018
Communiqué de presse

 
 

Le département d’État a désigné trois groupes affiliés à Daech (l’État islamique en Afrique de l’Ouest ou EIAO, Daech-Philippines et Daech-Bangladesh) comme terroristes mondiaux spécialement désignés (Specially Designated Global Terrorist ou SDGT) en vertu de l’alinéa 1(b) du décret présidentiel 13224 et comme organisations terroristes étrangères (Foreign Terrorist Organizations ou FTO) en vertu de l’article 219 de la loi sur l’immigration et la nationalité.

En raison de ces désignations, il est généralement interdit aux ressortissants américains de se livrer à des transactions avec l’EIAO, Daech-Philippines et Daech-Bangladesh. Tous leurs avoirs et participations à des avoirs assujettis à la juridiction des États-Unis sont bloqués. En outre, c’est un crime au regard de la loi de fournir sciemment, ou de tenter de fournir, ou de conspirer, pour fournir un soutien substantiel ou des ressources à ces organisations.

Le département a également désigné comme SDGT quatre autres groupes affiliés à Daech et deux dirigeants affiliés à Daech en vertu de l’alinéa 1(b) du décret présidentiel 13224. Les groupes sont Daech-Somalie, Jund al-Khilafa en Tunisie, Daech-Égypte et le groupe Maute ; les dirigeants sont Mahad Moalim et Abu Musab al-Barnawi.

Cette désignation impose de strictes sanctions aux ressortissants étrangers caractérisés comme ayant commis des actes de terrorisme ou posant un risque considérable d’en commettre et qui menacent la sécurité de ressortissants américains ou la sécurité nationale, la politique étrangère ou l’économie des États-Unis. Entre autres conséquences, tous leurs avoirs et participations à des avoirs assujettis à la juridiction des États-Unis sont bloqués, et il est, en principe, interdit aux ressortissants américains de se livrer à des transactions avec ce groupe.

En annonçant ces désignations, le coordonnateur de la lutte contre le terrorisme, M. Nathan Sales, a souligné que « ces désignations ciblent des groupes et des dirigeants affiliés à Daech en dehors de son califat déchu en Iraq et en Syrie. Les actions d’aujourd’hui sont une étape critique dans les efforts visant à affaiblir le réseau mondial de Daech et à priver ses affiliés des ressources nécessaires pour planifier et mener des attaques terroristes. »

L’État islamique en Afrique de l’Ouest (EIAO) et Abu Musab al-Barnawi

En mars 2015, le dirigeant du groupe Boko Haram (désigné comme FTO et SDGT) a prêté allégeance à Daech et a changé le nom du groupe en EIAO pour État islamique en Afrique de l’Ouest. Daech a accepté son serment d’allégeance. En août 2016, en raison de luttes intestines, l’EIAO s’est scindé en deux factions. Daech a nommé Abu Musab al-Barnawi à la tête de l’EIAO et l’autre faction, qui était restée fidèle au dirigeant de longue date Abubakar Shekau, est revenue au nom précédent de Boko Haram. Al-Barnawi est le fils du fondateur de Boko Haram, Mohammed Yusuf. Avant sa nomination à la tête de l’EIAO, al-Barnawi était le porte-parole de Boko Haram. Sous le commandement d’al-Barnawi, l’EIAO a mené de nombreuses attaques au Nigeria et dans la région du lac Tchad.

Daech-Philippines et le groupe Maute

En juin 2016, Daech a publié une vidéo où des militants philippins prêtaient allégeance à Daech. Dans la vidéo, les militants encourageaient d’autres musulmans à rejoindre le groupe terroriste et à soutenir Daech dans la région sous le commandement de l’ancien terroriste spécialement désigné, Isnilon Hapilon (reconnu par Daech comme le leader de Daech‑Philippines). Le groupe Maute a déclaré son allégeance à Daech en 2014 et fait partie intégrante de Daech-Philippines. Le groupe Maute est responsable du siège de la ville de Marawi aux Philippines, qui a débuté en mai 2017, du bombardement du marché de Davao en septembre 2016, qui a fait 15 morts et 70 blessés, et de la tentative d’attentat à la bombe en novembre 2016 près de l’ambassade des États-Unis à Manille.

Daech-Bangladesh

En août 2014, un groupe de Bangladais a prêté allégeance à Daech. Le groupe a lancé ses opérations en septembre 2015 lorsque des hommes armés appartenant à ce groupe ont abattu un travailleur humanitaire italien à Dhaka. Daech a depuis revendiqué de nombreuses attaques à travers le pays. En juillet 2016, le groupe a revendiqué une attaque contre la Holey Artisan Bakery à Dhaka, ayant fait 22 morts.

Daech-Somalie et Mahad Moalim

Daech-Somalie a été formé en octobre 2015 après que le SDGT Abdiqadr Mumin (alors haut dirigeant d’al-Shabab) et une vingtaine de ses partisans, ont prêté allégeance à Daech. Le groupe a revendiqué un attentat-suicide qui a fait cinq morts et 12 blessés, en mai 2017, à un poste de contrôle dans le nord de la Somalie, et une attaque en février 2017 contre un hôtel fréquenté par des étrangers, le Village Hotel de Bosaso, à Puntland (Somalie), tuant quatre gardes de sécurité. Mumin dirige le groupe avec Mahad Moalim comme adjoint. Moalim est également chargé de faciliter les envois de combattants et d’armes du Yémen à la Somalie.

Jund al-Khilafa en Tunisie

Jund al-Khilafa en Tunisie (aussi abrégé JAK-T) a émergé en tant que groupe en Tunisie début 2014. En décembre 2014, le JAK-T avait prêté allégeance au leader de Daech, Abu Bakr al‑Baghdadi. Le groupe a mené plusieurs attaques en Tunisie, notamment la décapitation d’un berger en novembre 2015 et l’attaque avec des mines terrestres en juin 2016 contre l’armée nationale et des unités de sécurité. Le groupe a également menacé de mener des attaques, comme dans l’enregistrement audio YouTube de mars 2015 qui menaçait d’attaquer de hauts responsables politiques en Tunisie.

Daech-Égypte

En mai 2017, Daech a annoncé que Daech-Égypte était une entité distincte du groupe FTO et SDGT Daech-Sinaï. Daech-Égypte a revendiqué la responsabilité de nombreuses attaques en Égypte : en décembre 2016, par exemple, le groupe a bombardé la cathédrale chrétienne copte du Caire, faisant 28 morts.

L’action d’aujourd’hui informe le public américain et la communauté internationale que ces groupes et personnes désignés ont commis ou présentent un risque important de commettre des actes de terrorisme. Les désignations de terrorisme exposent et isolent des organisations et personnes et leur refusent tout accès au système financier américain. En outre, ces désignations peuvent apporter une aide aux activités des forces de l’ordre des États-Unis et d’autres gouvernements.

Ces désignations font partie d’un plan global plus vaste visant à vaincre Daech et qui, en coordination avec la Coalition mondiale, a fait des progrès significatifs vers cet objectif. Ces actions pangouvernementales visent à détruire Daech dans ses refuges sûrs, à l’empêcher de recruter des combattants terroristes étrangers, à le priver de ses ressources financières, à contrecarrer la fausse propagande qu’il diffuse sur Internet et les médias sociaux, et à permettre de stabiliser les zones libérées en Iraq et en Syrie afin que les personnes déplacées puissent retourner chez elles et commencer à reconstruire leur vie.

En plus de cette désignation de Daech comme FTO et SDGT, le département d’État a également désigné plus de 40 dirigeants et agents de Daech en vertu du décret 13224, et continuera à cibler le groupe pour lui refuser l’accès au système financier américain. La liste des organisations terroristes étrangères et des groupes terroristes internationaux spécialement désignés est consultable ici.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous