rss

Point de presse spécial du secrétaire d’État Mike Pompeo

English English, العربية العربية, हिन्दी हिन्दी, اردو اردو, Español Español, Português Português

Département d’État des États-Unis
Secrétaire d’État Mike Pompeo
Le 13 juin 2018

 

Mme NAUERT : Et donc ce point de presse est officiel mais encore une fois, nous avons des rencontres avec le Japon et la Corée du Sud demain et nous n’allons pas répondre aux questions sur ces rencontres avant qu’elles n’aient eu lieu.

QUESTION : Ainsi, pour utiliser notre temps au mieux, Monsieur le Secrétaire, merci beaucoup de vous adresser…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Avec plaisir.

QUESTION : … À nous. Ma question porte sur le fait que le président Trump ait décidé de suspendre les exercices militaires majeurs sur la péninsule coréenne. Ces exercices avaient une raison d’être pendant toutes ces années, selon le Pentagone : aider les États-Unis à exercer leurs capacités de renforcement en cas de crise. Cette décision d’annuler les exercices est-elle sans échéance ou reprendriez-vous les exercices si vous concluez que le Nord ne s’implique pas sérieusement dans les négociations ? Et pouvez-vous, s’il vous plaît, nous en dire davantage sur le processus qui a mené à la décision de suspendre les exercices ? Avez-vous consulté l’USFK (Forces armées américains en Corée), le département de la Défense, les Sud-Coréens quant au bien-fondé de cette mesure et aux modalités de sa mise en œuvre ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Je ne vais pas vous parler des processus et discussions que nous avons en interne. Mais c’est… Le président a été très clair. J’étais présent lorsque la discussion a eu lieu. Il a dit très clairement que la condition préalable pour que les exercices n’aient pas lieu était un déroulement des négociations de manière productive et de bonne foi. Et s’il s’avère que ce n’est pas le cas, l’engagement du président en faveur de l’annulation des exercices conjoints ne s’appliquera plus. Je veux dire qu’il n’y a pas eu d’ambigüité sur le fait et la manière de le communiquer aussi bien, je pense, lors du point de presse, que très certainement lors de sa rencontre avec Kim.

QUESTION : Je souhaite… Pourrais-je… Le président a également parlé du fait que vous serez à la tête des négociations à l’avenir et aussi qu’il y aurait une réunion, je pense, à la Maison-Blanche, la semaine prochaine pour parler de… de la marche à suivre. Quelles sont les étapes suivantes et quand sera la prochaine rencontre avec les Nord-Coréens, avec Kim Yong-chol, par exemple ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Eh bien, sur cette question, il faut être très clair sur le fait que c’est le président qui prend ces décisions. Cela étant dit, c’est moi qui jouerai le rôle de force motrice du processus. Je ne connais pas exactement le calendrier de notre prochaine conversation avec les Nord-Coréens. J’imagine qu’elle aura lieu assez rapidement après notre retour dans nos pays respectifs. Je ne sais pas exactement quelle forme cela prendra mais je suis tout à fait confiant que dans le courant de la semaine prochaine, disons, nous entamerons le dialogue.

Beaucoup de travail a été réalisé lors des longues journées passées à Panmunjom qui ont mené aux discussions de Singapour pendant les quelque 70 ou 60 heures que les deux équipes ont passées sur place. Alors, il y a… Le document final ne reflète pas tout le travail réalisé mais on s’est entendu sur beaucoup d’autres points. Nous ne pouvions pas les coucher sur papier, cela veut dire qu’il reste du travail à faire mais que beaucoup du travail au-delà de ce qui se trouve dans le document final a déjà été fait et c’est de là qu’on repartira lorsque nous reprendrons nos conversations.

QUESTION : Je souhaitais rebondir rapidement sur une chose que vous avez dite à Michael. Pourquoi le président a-t-il parlé d’exercices militaires comme d’une  » provocation  » lorsque c’est un terme que les Nord-Coréens et les Chinois utilisent souvent et nous disons qu’ils sont… Qu’ils sont prévus de longue date et réalisés à des fins de préparation ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui. Je veux dire, je pense… je pense que le président a été très clair. Son intention était de nous positionner de manière à ce que nous ayons la possibilité d’avoir des conversations productives sur la dénucléarisation de la Corée du Nord. Notre mission n’a pas changé, n’est-ce pas ? On a beaucoup parlé du fait que le mot  » vérifiable  » ne figure pas dans l’accord. Laissez-moi vous assurer que mot  » complet  » englobe  » vérifiable  » aux yeux de toutes les personnes concernées. On ne peut dénucléariser complètement sans valider ou sans attester de l’authenticité… à vous de choisir le mot qui vous convient.

Le président est engagé en faveur de cela. Il est convaincu que le fait d’avoir pris cet engagement envers le président Kim, tant que nous faisons des progrès et que nos conversations sont productives et de bonne foi, nous permet de mettre en place les conditions propices à une avancée des pourparlers. Je pense que c’est ce à quoi le président pensait lorsqu’il s’est engagé envers lui.

QUESTION : Monsieur le Secrétaire, je souhaitais vous poser une question sur  » vérifiable et irréversible « .

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui.

QUESTION : Vous avez dit… La veille, vous avez dit que c’est notre seul objectif, notre… Il est clair que c’est ce que nous voulons. Cela ne figure pas dans la déclaration. Pourquoi est-ce que cela ne figure pas dans la déclaration ? Et le président a dit qu’elle…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui… Cela figure dans la déclaration. Cela s’y trouve. Vous vous trompez.

QUESTION : Comment cela figure-t-il dans la déclaration ? Et je suis également…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Vous êtes juste… Parce que  » complète  » englobe vérifiable et irréversible. C’est juste… Je pense que nous… On pourrait pinailler sur les mots mais permettez-moi de vous assurer que cela se trouve dans le document.

QUESTION : Et le président a dit que ce serait vérifié.

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Bien sûr que cela sera vérifié.

QUESTION : Pouvez-vous nous en dire davantage sur…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Bien sûr que cela sera vérifié. Je veux dire…

QUESTION : … Quel est… Ce qui a été dit sur la manière de le faire ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Pour votre gouverne, vous pourriez me poser cette question… Je trouve la question insultante et ridicule et, franchement, absurde. Il faut simplement que je sois honnête avec vous. C’est un jeu et on ne doit pas jouer avec des questions aussi sérieuses que celle-ci.

QUESTION : Mais comment la vérification sera-t-elle effectuée ? En avez-vous parlé ? Avez-vous…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oh, nous sommes… Ils sont… Les modalités sont en cours d’élaboration. Il y a beaucoup à faire. C’est… Il reste beaucoup à faire, il faut réfléchir à beaucoup de choses, mais ne dites pas de bêtises. Non, non. Ce n’est pas productif. Il n’est pas productif de dire des âneries. C’est tout simplement… Ça n’aide en rien.

QUESTION : Eh bien, je pense…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Ça n’aide en rien vos lecteurs, vos auditeurs ou le monde. C’est… parce que cela ne reflète pas du tout la position des États-Unis ni la manière dont les Nord-Coréens voient les choses.

QUESTION : Nous essayons juste de comprendre comment cela reflète ce que vous avez demandé…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui et je viens de vous le dire.

QUESTION : D’accord.

QUESTION : Puis-je… Juste pour l’aider avec sa question et pour poser une question, le… Un des grands problèmes est que vous… Je pense que vous avez vous-même identifié, c’est le rythme auquel…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui, oui.

QUESTION : … Le démantèlement pourrait se produire avec le Nord, avec une préférence pour une approche progressive et quelque peu prolongée et le président Trump a mis l’accent sur la nécessité d’un démantèlement nucléaire rapide. Il n’y a pas d’éclaircissement sur cette question dans le document. Dans vos discussions en privé, avez-vous obtenu une réponse à cela et où en est-on ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Je ne vais pas vous parler des progrès de nos discussions privées. Vous devez savoir que cela sera le cas chaque jour où je leur parlerai.

QUESTION : Je souhaiterais juste, Monsieur le Secrétaire, pour défendre Francesca, je dirais que vous avez été très précis sur l’idée de la dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible.

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui.

QUESTION : Mais dans la formulation du document en soi, si on la prend au pied de la lettre, la Corée du Nord ne s’engage à rien en ce sens… Dans le document, à rien d’autre qu’avant… Rien de plus que ce qu’ils ont déjà promis à maintes reprises par le passé.

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui.

QUESTION : Donc la formulation est importante et nous souhaitons être en mesure d’avoir une véritable idée de ce sur quoi la Corée du Nord s’est engagée et cela me mène à ma question, à savoir : il existe un certain scepticisme en ce qui concerne cela, compte tenu du fait que KCNA dit maintenant que le président Trump a accepté une approche progressive qui semble ne pas correspondre à ce que vous exigiez auparavant. Avez-vous des inquiétudes quant au message qui émane de la Corée du Nord et au fait qu’ils ont peut-être une idée différente de ce sur quoi vous vous êtes accordés lors du sommet ? Et puis nous avons également le président qui a débarqué de l’avion et a dit que la Corée du Nord n’était plus une menace nucléaire, même s’ils n’ont pas encore abandonné leurs armes.

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Eh bien, je n’ai pas d’inquiétudes en ce qui concerne ce qui a été communiqué aux Nord-Coréens ni sur ce que je crois comprendre qu’ils pensent, sur la base des conversations, des nombreuses conversations, pas simplement avec le président Trump mais très certainement cette fois avec le président Trump. Mais j’ai rencontré le président Kim à deux reprises également auparavant, j’ai passé encore plus de temps que cela avec Kim Yong-chol. Je ne doute pas qu’ils ont compris ce que nous étions disposés à faire et un certain nombre de choses que nous ne sommes probablement pas disposés à faire. Et le début de votre question était le même que la question précédente. Je suis tout aussi confiant qu’ils comprennent qu’il y aura une vérification approfondie.

QUESTION : Le compte rendu du Nord selon lequel le président Trump a accepté une approche progressive est-il correct ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Je vais faire en sorte que le contenu de nos discussions reste entre les deux parties, mais on doit fortement se méfier de certaines choses que l’on voit écrites ailleurs.

QUESTION : Puis-je poser une question sur la vérification ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : … Y compris par certains de vos collègues.

QUESTION : (Rires.) C’est juste.

QUESTION : Eh bien, je me posais une question sur vos interlocuteurs, le Nord.

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui et je sais exactement ce qui a été dit.

QUESTION : Le président a aussi parlé du fait que les Nord-Coréens ont détruit les sites de test, y compris un site de test de moteurs de missiles. Avons-nous pu vérifier l’ampleur de la destruction et si oui ou non elle est permanente ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui, voici la réponse : Je peux seulement répondre que nous avons une connaissance raisonnablement bonne de ce qui s’y est passé, et… mais je ne veux pas rentrer dans l’évaluation faite par le renseignement. Nous avons passé… Je ne veux pas trop… Un certain temps à élaborer notre compréhension de ce qui s’est passé là-bas. Nous préférons toujours avoir des experts sur le terrain lorsque ce type de choses se passent, nous pouvons beaucoup mieux comprendre ce qui s’est vraiment passé et ce qui ne s’est peut-être pas passé.

QUESTION : Souhaitez-vous parvenir à un désarmement nucléaire d’ampleur avec la fin du premier mandat du président Trump ? Est-ce votre objectif ?

Mme NAUERT : Ce sera la dernière question.

QUESTION : Eh bien, laissez-lui poser la dernière question parce que je…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Assurez-vous… Assurez-vous… Pourriez-vous répéter la question ? Parce que cela me semble couler de source. La question semble… La réponse est presque évidente.

QUESTION : Eh bien, le…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Peut-être que je ne comprends pas bien…

QUESTION : Je ne sais pas. Je ne fais pas partie de l’administration.

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : … Eh bien peut-être qu’il y a quelque chose qui m’échappe.

QUESTION : Je ne peux pas parler au nom de l’administration mais…

QUESTION : Eh bien, peut-être que vous avez fixé une échéance pour…

QUESTION : Oui.

QUESTION : … Avant laquelle les Nord-Coréens devront avoir terminé…

QUESTION : Et souhaitez-vous que ces grandes étapes soient franchies dans les deux années qui viennent ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oh oui, tout à fait, absolument. En ce qui concerne les échéances, je ne veux pas rentrer dans le sujet. Il y a un calendrier public qui a été… qui circule, n’est-ce pas… Les Nord-Coréens et les Sud-Coréens ont parlé d’un calendrier. Le président a dit, et ce n’est rien de nouveau, que le travail en soi prendra un certain temps. Nous avons de grandes équipes prêtes à se lancer. Nous travaillons dessus depuis des mois pour avoir toutes les parties qui conviennent des labos, les gens les plus intelligents, et d’ailleurs, pas que des Américains, mais également des partenaires du monde entier. Nous sommes disposés à exécuter cela une fois que nous serons en mesure de pouvoir vraiment arriver à le faire. Je suis donc confiant que ce qui soutiendra le plus ce processus sera notre capacité à négocier pour arriver à ce stade, mais j’espère que nous avancerons assez rapidement également.

QUESTION : Donc absolument pour…

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui, donc très probablement avant la fin du premier mandat du président.

QUESTION : Eh bien, et je suis désolé, de quoi s’agissait-il ?

Mme NAUERT : Chers collègues, le secrétaire doit nous quitter. Chers collègues.

QUESTION : Et quoi alors pour le mandat complet du président ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Comme vous l’avez dit, j’espère que nous verrons… vous avez parlé d’un désarmement d’ampleur ou quelque chose comme ça. Oui, nous espérons que nous y arriverons au cours des prochains… Voyons… Au cours des deux ans et demi à venir, à peu près.

QUESTION : Vous espérez mais vous n’avez pas d’échéance pour les Nord-Coréens ?

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Nous espérons que cela se fera. Mais il reste beaucoup à faire.

QUESTION : Merci.

Mme NAUERT : Très bien. Merci, tout le monde.
QUESTION : Merci beaucoup.

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Très bien. Merci, tout le monde.

QUESTION : Merci, monsieur.

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Bonne soirée à tous.

QUESTION : Merci beaucoup.

M. LE SECRÉTAIRE POMPEO : Oui. Reposez-vous bien.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous