rss

Point d’information avec un haut responsable du département d’État

Facebooktwittergoogle_plusmail
English English

Département d’État des États-Unis
Pour diffusion immédiate
Point d’information spécial
En route vers Bruxelles, Belgique
Le 10 juillet 2018

 
 

MODÉRATEUR : Donc [haut responsable du département d’État] va juste parler un peu en qualité de responsable du département d’État des réunions d’aujourd’hui et de certaines des choses que [haut responsable du département d’État] fait sur l’Iran et de son dialogue avec nos partenaires et alliés. Nous avons donc 10 minutes, [haut responsable du département d’État], c’est bon ?

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : C’est bon.

QUESTION : Nous n’entendons rien.

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Je vais parler fort. Une délégation de hauts responsables du département d’État de divers bureaux a passé trois jours en Arabie saoudite pour des consultations avec le ministre des Affaires étrangères, le ministre d’État, le ministre de la Défense, le ministre de l’Énergie et les responsables de la sûreté de l’État et le chef du Renseignement.

Et nous sommes allés en Arabie saoudite pour coordonner les modalités d’une pression plus forte sur l’Iran. Nous avons discuté de nouveaux moyens de priver le régime des revenus nécessaires pour terroriser les gens et les autres nations. Nous avons discuté de la façon dont l’Iran utilise les ambassades comme couverture pour ourdir des attentats terroristes.

L’exemple le plus récent est le complot déjoué par les Belges, et le fait qu’on a expulsé un diplomate iranien de l’ambassade d’Autriche impliqué dans un complot d’attentat à la bombe lors d’une réunion de dirigeants de l’opposition iranienne à Paris. Et les États-Unis exhortent toutes les nations à surveiller attentivement les diplomates dans les ambassades iraniennes dans le souci de la sécurité de leur propre pays. Si l’Iran peut préparer des complots d’attentats à la bombe à Paris, il peut le faire partout dans le monde, et nous exhortons toutes les nations à faire preuve de vigilance en ce qui concerne l’utilisation d’ambassades par l’Iran comme couverture diplomatique pour comploter des attaques terroristes.

Lors de notre rencontre avec le ministre saoudien de l’Énergie, nous avons discuté du maintien d’un marché pétrolier bien approvisionné pour éviter toute volatilité. Nous avons coordonné – nous avons discuté des sanctions pétrolières américaines pour faire en sorte que l’Iran ne dispose pas de revenus lui permettant de financer des activités terroristes. Nous avons parlé de minimiser les perturbations du marché et d’aider les partenaires à trouver des alternatives à l’approvisionnement en pétrole iranien.

Globalement, l’Arabie saoudite est un partenaire clé dans le cadre de nos efforts pour isoler et faire pression sur l’Iran. Et comme je l’ai dit, un certain nombre de nos bureaux du département d’État étaient présents pour discuter de questions liées à l’énergie, la diplomatie, la sécurité et la pression économique. Nous avons également été rejoints par la sous-secrétaire d’État au Trésor, Sigal Mandelker, lors de certaines de ces réunions, afin que nos interlocuteurs puissent entendre les responsables du Trésor et coordonner nos efforts pour exercer une pression économique maximale sur l’Iran.

Des responsables du département d’État se sont également rendus au Bahreïn aujourd’hui. Nous avons le secrétaire [d’Etat], qui a terminé sa visite à Abu Dhabi. Et ces visites du secrétaire et des hauts responsables du département d’État dans le Golfe, où ils ont passé un certain nombre de jours avec les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et le Bahreïn, montrent que les États-Unis et leurs partenaires du Golfe travaillent très bien ensemble pour résister à l’Iran jusqu’à ce qu’il commence à se comporter comme un pays normal. Les efforts combinés des États-Unis et des États du Golfe sont un moyen de dissuasion puissant, et nous continuerons d’explorer des idées et des initiatives pour faire en sorte que le comportement malveillant de l’Iran lui coûte encore plus cher.

Nous serons à Bruxelles au cours des quelques prochains jours pour le sommet de l’OTAN, et le secrétaire y aura à diverses reprises l’occasion de consulter les ministres E3 de manière informelle en ce qui concerne la marche à suivre pour l’Iran. Mais il mènera également d’autres discussions bilatérales, et l’Iran sera à l’ordre du jour correspondant.
C’est tout.

QUESTION : [Haut responsable du département d’État], vous étiez bien sûr à Vienne. Vous y avez vu certains de vos homologues. S’agissait-il de la première réunion du Plan d’action global conjoint depuis que les États-Unis se sont retirés de l’accord ? Qu’est-ce qui s’y est passé ? Je veux dire, vous avez parlé essentiellement de prêcher à des convertis avec vos amis du Moyen Orient, et l’Europe n’est plus tout à fait des convertis pour vous. Comment se sont déroulées ces réunions ? Allez-vous être en mesure de vous remettre en selle avec l’Europe après la rupture ? Elle a semblé bien plus réticente à faire le genre de choses dont vous l’aviez plus ou moins convaincue de convenir si vous étiez restés dans l’accord (inaudible).

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Une réunion de directeurs politiques était prévue à Vienne, en marge de la réunion ministérielle conjointe de la Commission. Du point de vue logistique, nous avons fait face à des difficultés de programmation, de sorte que nous allons rencontrer les directeurs politiques à Bruxelles. Nous avons dû reporter la réunion de quelques jours pour prendre en compte les besoins de quelques personnes – puisque tous les ministres étaient présents à Vienne et qu’on ne disposait que d’un créneau très limité pour organiser une réunion, elle se tiendra donc à Bruxelles demain ou jeudi.

QUESTION : Quels directeurs politiques seront présents à cette réunion ?

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Le Royaume-Uni, la France, et l’Allemagne.

QUESTION : Pouvez-vous (inaudible) ?

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Oui. Il y a toujours – qu’importe ce que l’on écrit sur les failles transatlantiques, dans le cas de l’Iran, les choses qui nous rapprochent sont bien plus nombreuses que celles qui nous divisent. Les nations européennes sont aussi frustrées que nous face au programme de missiles de l’Iran, aux attaques de missiles, qu’ils facilitent avec les Houthis. Nous voyons à l’instant même des reportages de presse à propos de l’interception d’un autre missile houti par les Saoudiens, dont je pense qu’on peut supposer qu’il a été fourni par les Iraniens.
Nous continuerons donc à travailler avec nos alliés européens pour nous attaquer à l’ensemble des menaces malveillantes de l’Iran. Nous avons du pain sur la planche, et nous travaillons bien, ensemble, pour faire face à ces menaces.

QUESTION: Bien, (inaudible) en ce qui concerne les ambassades (inaudible). Je sais qu’on a beaucoup parlé de cette arrestation du diplomate iranien (inaudible) peut-être pas sous faux pavillon, mais une sorte de – croyez-vous que ce soit légitime, pour commencer ?
Et en second lieu, allez-vous au-delà de cet appel à la surveillance des diplomates, pour dire qu’ils devraient être expulsés, que l’on devrait fermer les ambassades iraniennes ?

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Le complot le plus récent en Europe par les Iraniens est un autre chapitre d’une longue histoire qui remonte à 1984, lorsque l’Iran a commencé ces détournements d’avions de ligne commerciaux, ces attentats à la bombe, ces assassinats. Donc, quand vous regardez ce que l’Iran a fait en Europe seulement depuis 1984 et continue à faire jusqu’à présent, toutes les nations doivent faire preuve de vigilance pour se protéger contre la menace iranienne. Et ce n’est que l’exemple le plus récent de l’utilisation par l’Iran d’une couverture diplomatique dans le cadre de complots terroristes. Et nous voulons certainement que tous les pays prennent de bonnes décisions concernant leur propre sécurité, et nous pensons que l’Iran représente une menace durable pour les nations, et qu’elles doivent faire preuve de vigilance.

QUESTION : Donc vous prenez cette arrestation et ensuite ce (inaudible) au sérieux ?

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Très au sérieux. Nous travaillons en étroite collaboration avec les Belges, les Autrichiens et les Allemands pour faire toute la lumière sur ce complot pour acheter – pour commettre un attentat à la bombe à Paris, avec la présence et l’intervention de deux Américains.

QUESTION : Et vous pensez que l’Iran est responsable ?

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Oui, effectivement.

QUESTION : Savez-vous – vous ne (inaudible)…

QUESTION : Savez-vous si la cible était l’OMPI (Organisation des moudjahiddines du peuple iranien) ou les Américains en visite (inaudible) ?

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Je ne peux pas spéculer à ce sujet.

MODÉRATEUR : Juste une ou deux questions.

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Nous ne croyons pas en l’affirmation ridicule de l’Iran selon laquelle il s’agit d’un faux pavillon.

QUESTION : Et en ce qui concerne – la lutte contre l’Iran a de manière évidente conduit à une situation désastreuse au Yémen. Le secrétaire s’est entretenu avec (inaudible). Comment – que recherchent les États-Unis en ce qui concerne les attaques des E.A.U. au Yémen et l’amélioration de la situation au Yémen ? Cela ne fait qu’empirer.

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Je pense que certaines de ces questions sont couvertes dans le compte rendu. Avez-vous le compte rendu qui a été remis (inaudible) pour la réunion ?

QUESTION : Oui, nous l’avons. Nous avons le…

MODÉRATEUR : Eh bien, nous allons vous le donner.

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Eh bien, le secrétaire a parlé du rôle que l’Iran a joué pour vraiment aggraver et approfondir la situation humanitaire au Yémen. Lorsque l’Iran fournit des missiles qui sont lancés sur un aéroport commercial, il menace des citoyens de toutes les nations qui se trouvent dans l’aéroport d’un autre pays. Nous avons donc discuté de la façon de mieux dissuader l’Iran, de couper ses voies d’approvisionnement afin qu’il ne soit pas en mesure de fournir aux Houthis du matériel pour commettre des attentats à la bombe en Arabie saoudite. Nous pensons un rôle – que l’Iran a contribué de manière très importante à la catastrophe humanitaire au Yémen.

QUESTION : Qu’en est-il de la responsabilité des Saoudiens ou des Yéménites au Yémen, en Arabie saoudite ou aux E.A.U ?

MODÉRATEUR : Il faut qu’on… il faut qu’on… qu’on parte, mais je peux – je peux – je pense que je peux probablement vous mettre en contact avec David Satterfield qui a travaillé sur le – il est notre ressource pour le Yémen.

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Sur la voie politique, oui.

MODÉRATEUR : Sur la – oui (inaudible).

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Non, nous appuyons très fortement le travail de Martin Griffiths et nous savons qu’il y a eu beaucoup de… Martin a beaucoup travaillé sur cette question et nous appuyons donc fermement les efforts entrepris sous la direction de Martin Griffiths.

QUESTION : Pouvez-vous nous en dire plus sur le pétrole…

MODÉRATEUR : D’accord, tout le monde. (Inaudible.)

QUESTION : …pour ce qui est du pétrole, l’autre aspect de tout ceci, les types qui importent en fait le pétrole iranien ? À quoi ressemblent nos conversations avec eux ? Êtes-vous convaincus qu’ils couperont effectivement l’approvisionnement avant le…

QUESTION : Avant le 4.

QUESTION : …la date limite de novembre ?

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Oui, le 4 novembre. Eh bien, nous savons que la majeure partie des devises fortes de l’Iran provient de ses exportations de pétrole, et l’Iran se sert de ses revenus pétroliers pour financer des guerres à l’étranger et attiser la violence dans tout le Moyen-Orient. Je veux dire, nous sommes très sérieux et déterminés à réimposer nos sanctions qui ont été levées dans le cadre de l’accord nucléaire iranien, et nous travaillons en étroite collaboration avec les nations pour fournir des alternatives à l’approvisionnement en pétrole iranien. Nous ne doutons pas que nous serons en mesure de le faire sans minimiser – sans – et nous serons en mesure de le faire sans perturbations du marché et en travaillant en étroite collaboration avec les Saoudiens et d’autres pays producteurs de pétrole pour veiller au bon approvisionnement du marché en pétrole.

MODÉRATEUR : Très bien. (Inaudible.)

QUESTION : Donc, rien de nouveau ? Vous avez parlé au Japon et vous avez parlé à la Chine, l’Inde…

QUESTION : L’Inde ?

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Nos équipes se sont rendues au Japon et en Corée et ont eu des échanges très productifs avec eux en ce qui concerne le rétablissement de nos sanctions pétrolières.

MODÉRATEUR : [Haut responsable du département d’État] doit reprendre le travail. Merci à tous.

QUESTION : Très bien. Merci.

HAUT RESPONSABLE DU DÉPARTEMENT D’ÉTAT : Merci.

QUESTION : Merci.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous