rss

Réunion ministérielle pour l’avancement de la liberté de religion: déclaration sur la Chine

Português Português, English English, العربية العربية, हिन्दी हिन्दी, Русский Русский, اردو اردو, Español Español

Département d’État des États-Unis
Le 26 juillet 2018

En tant que représentants de la communauté internationale, nous sommes profondément préoccupés par l’importance des restrictions à la liberté de religion en Chine et nous appelons le gouvernement chinois à respecter les droits de l’homme de toutes les personnes. Beaucoup de membres de groupes religieux en Chine – y compris les Ouïghours, les Hui et les musulmans kazakhs ; les bouddhistes tibétains ; les catholiques ; les protestants ; et les membres du Falun Gong – font l’objet d’une répression et de mesures discriminatoires importantes en raison de leurs croyances. Ces communautés signalent systématiquement des incidents dans lesquels les autorités auraient torturé, agressé physiquement, arrêté arbitrairement, détenu, condamné à des peines de prison ou harcelé des membres de groupes religieux enregistrés et non enregistrés en raison d’activités liées à leurs croyances religieuses et pratiques pacifiques. Les autorités limitent également les déplacements et font obstacle à la sélection, l’éducation et la vénération des chefs religieux pour de nombreux groupes confessionnels. Nous sommes préoccupés par les mesures déployées de longue date par le gouvernement pour réprimer les identités religieuses, linguistiques et culturelles des bouddhistes tibétains, et des Ouïghours musulmans.

Nous sommes particulièrement troublés par les informations faisant état de la répression croissante du gouvernement chinois à l’encontre des Ouïghours et des membres d’autres groupes musulmans minoritaires en Chine, notamment : des restrictions indues à la liberté de religion ; la destruction de mosquées ; des niveaux de surveillance sans précédent ; des efforts visant à faire pression sur d’autres gouvernements pour renvoyer de force les Ouïghours en Chine ou pour contraindre les membres de la famille des Ouïghours encore au Xinjiang à encourager les Ouïghours vivant à l’étranger à rentrer ; et la détention de centaines de milliers et, peut-être, de millions d’Ouïghours et de membres d’autres groupes musulmans minoritaires dans des locaux allant de centres de détention de fortune à des prisons, prétendument à des fins de « rééducation politique » dans la région autonome du Xinjiang-Ouïgour. On a signalé des cas de décès dans ces établissements. Nous appelons le gouvernement chinois à libérer immédiatement toutes les personnes détenues arbitrairement.

Nous sommes également préoccupés par le fait que le gouvernement détruise ou limite l’accès aux lieux de prière, y compris aux églises catholiques et temples protestants, et autres lieux communautaires. Les autorités ont expulsé au moins 11500 moines et nonnes d’instituts bouddhistes tibétains à Larung Gar et Yachen Gar depuis 2016. Des membres du gouvernement ont restreint l’accès à, confisqué et détruit des bibles, des corans et d’autres matériel religieux. Nous restons inquiets quant à l’impact d’une règlementation modifiée qui régirait les activités de tous les groupes religieux, et le projet de loi concernant les activités religieuses des étrangers en Chine.

Nous exhortons le gouvernement chinois à protéger la liberté de religion de tous et à respecter les droits de l’homme de tous les groupes religieux conformément aux engagements internationaux de la Chine en matière de liberté de religion. Ces développements permettront de faire progresser la paix, la sécurité et la stabilité en Chine et chez ses voisins.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous