rss

Déclaration de Heather Nauert, porte-parole – Détérioration des libertés civiles et des droits humains en Tanzanie

Facebooktwittergoogle_plusmail
English English

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Le 9 novembre 2018

 

Le gouvernement des États-Unis est profondément alarmé par l’escalade des attaques et les actions législatives du gouvernement tanzanien qui violent les libertés civiles et les droits humains, et qui suscitent un climat de violence, d’intimidation et de discrimination. Nous sommes préoccupés par les arrestations et le harcèlement continus de personnes marginalisées, notamment de lesbiennes, de gays, de bisexuels et de transgenres, ainsi que d’autres personnes qui entendent exercer leurs droits à la liberté de parole, d’association et de réunion. On se sert de la législation pour restreindre les libertés civiles de tous.

La détérioration des droits de l’homme et de l’état de droit en Tanzanie entrave le développement, la prospérité économique, la paix et la sécurité. Nous appelons les autorités tanzaniennes à agir avec détermination pour protéger les droits des organisations de la société civile, des militants des droits de l’homme, des journalistes, des professionnels de la santé, des activistes politiques et de toute autre personne, conformément à la constitution tanzanienne, à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, et aux obligations et engagements internationaux et régionaux du pays.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous