rss

Allocation de l’ambassadrice Nikki Haley à l’occasion d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Moyen-Orient

Facebooktwittergoogle_plusmail
English English

Mission des États-Unis auprès des Nations unies
Service de presse et de diplomatie publique
Le 19 novembre 2018

 

 

Extraits

L’ambassadrice Nikki Haley, représentante permanente des États-Unis auprès de l’Organisation des Nations unies, a prononcé un discours ce matin lors d’une réunion du Conseil de sécurité sur le Moyen-Orient.

« Alors que le Conseil reste focalisé sur le conflit entre Israël et les Palestiniens, il ignore d’autres conflits très importants au Moyen-Orient. L’un d’eux est arrivé ces derniers mois aux portes de l’Europe et des États-Unis. C’est la preuve constante d’une intensification des activités terroristes internationales du régime iranien. Les assassinats d’opposants politiques iraniens sont aussi vieux que la République islamique elle-même. Alors que des diplomates américains étaient toujours retenus en otages par des révolutionnaires islamiques à l’ambassade américaine à Téhéran, des agents et des mandataires iraniens ont lancé une campagne de meurtres politiques en Europe, en Afrique du Nord et dans tout le Moyen-Orient. Le comportement pervers iranien ne vise pas qu’un pays, il nous vise tous. »

« Ces tentatives d’assassinat de leurs opposants politiques sur un sol étranger sont révélateurs de la véritable nature du régime iranien. Il s’agit précisément du type de comportement qui a conduit les États-Unis à réimposer des sanctions contre l’Iran le 5 novembre. C’est là la mesure la plus importante en matière de sanctions jamais prise à l’encontre de l’’Iran par les États-Unis. Il y a longtemps que notre administration est arrivée à la conclusion selon laquelle il reste encore beaucoup à faire si l’on entend avoir la moindre chance d’inciter le gouvernement iranien à prendre place dans la communauté des nations pacifiques et respectueuses de la loi. Nous avons déjà constaté le résultat tragique d’une stratégie d’apaisement. Le Conseil a été créé, à bien des égards, pour contrer cette stratégie diplomatique vouée à l’échec. Le régime de Téhéran s’est révélé être le même groupe de meurtriers violents et prédateurs que dans les années 1980. Nos alliés européens en voient de plus en plus la preuve sur le pas de leur porte. Nous devons unir nos efforts pour mettre fin à ce comportement avant qu’il n’affecte plus d’innocents dans le monde entier. »

« Oui, Israël a lancé des frappes aériennes sur des postes militaires, des dépôts d’armes et des services de renseignements à Gaza. Mais il l’a fait en réponse au lancement de plus de 400 roquettes et tirs de mortiers sans discrimination sur Israël en provenance de Gaza. Des quartiers ont été ciblés. Un autobus a été bombardé par un missile antichar. Des familles ont été contraintes de se réfugier dans des abris anti-bombes pour échapper au barrage. Même si l’on accepte l’argument du Hamas selon lequel il a lancé ses missiles en réponse à une opération secrète israélienne, on ne peut pas nier le fait que les militants de Gaza ont pris pour cible des civils. Il ne s’agit pas là de mesures de légitime défense d’une nation, mais de celles d’un groupe terroriste qui s’empare de tout prétexte pour tuer des civils. On ne peut pas non plus passer sous silence le fait que le groupe responsable des attaques à la roquette – le Jihad islamique palestinien – est un groupe soutenu par l’Iran. Le JIP n’est qu’un mandataire terroriste de plus auquel l’Iran fait appel pour attiser la violence et l’instabilité dans la région. Et ces faits manquants sont d’une importance cruciale. »


Voir le contenu d'origine: https://app.box.com/file/353001928025
Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous