rss

Le sous-secrétaire John J. Sullivan organise une conférence ministérielle sur la lutte contre le terrorisme sur le continent américain

Facebooktwittergoogle_plusmail
English English, العربية العربية

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Le 11 décembre 2018
Communiqué de presse

 
 

Le 11 décembre 2018, le secrétaire d’État adjoint John J. Sullivan a organisé une conférence ministérielle sur la lutte contre le terrorisme sur le continent américain au département d’État. Treize partenaires essentiels d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud ont participé à cette réunion, notamment l’Argentine, les Bahamas, le Canada, le Chili, la Colombie, le Honduras, la Jamaïque, le Panama, le Paraguay, le Pérou et Trinité-et-Tobago. Le Brésil et le Mexique y ont participé en tant qu’observateurs. Les gouvernements participants ont discuté de la menace que représentent les groupes terroristes transnationaux, notamment Daech, Al-Qaida et le Hezbollah libanais, pour la sécurité collective de leurs citoyens, chez eux et à l’étranger.

Les gouvernements participants ont souligné que les groupes terroristes transnationaux entendent exploiter les lacunes des capacités nationales et régionales en matière de lutte contre le terrorisme, notamment de sécurité des frontières, d’application de la loi, de financement du terrorisme et d’échange d’informations. Les gouvernements se sont engagés à renforcer les capacités de lutte contre le terrorisme et à travailler ensemble pour remédier aux carences nationales et régionales afin de lutter plus efficacement contre les menaces et les réseaux terroristes.

Le secrétaire adjoint Sullivan a déclaré que « le terrorisme transnational représente une menace immédiate pour nous, ici sur le continent américain. Bien que le centre de gravité tel que nous le percevons nous semble très éloigné, des groupes tels que Daech, Al-Qaida et le Hezbollah libanais opèrent partout où ils peuvent trouver des recrues, mobiliser un soutien, échapper à tout contrôle et poursuivre leurs objectifs terroristes. La sécurité de nos citoyens exige une vigilance constante et des ressources suffisantes… Nous devons tous faire notre part du travail et collaborer pour défendre nos citoyens, nos pays et les valeurs qui nous sont chères ».

De hauts responsables de la lutte contre le terrorisme et de la sécurité des départements de la Justice, du Trésor et de la Sécurité intérieure et de la communauté du renseignement américain ont également participé à la réunion.

L’Argentine organisera une réunion de suivi à l’été 2019 pour évaluer les progrès et continuer d’identifier des domaines de coopération potentielle.

Communiqué commun sur la coopération en matière de lutte contre le terrorisme

Le 11 décembre 2018, les États-Unis ont convoqué une conférence ministérielle sur la lutte contre le terrorisme sur le continent américain avec onze de leurs principaux partenaires du continent, notamment l’Argentine, les Bahamas, le Canada, le Chili, la Colombie, le Honduras, la Jamaïque, le Panama, le Paraguay, le Pérou, Trinidad et Tobago.

Lors de cet événement, les gouvernements participants : 

• Ont réaffirmé que le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations constitue une grave menace pour la paix et la sécurité internationales ;

• Ont réaffirmé notre détermination à lutter contre le terrorisme et à donner la priorité aux efforts visant à vaincre les groupes terroristes nationaux et transnationaux ;

• Ont affirmé que Daech et Al-Qaïda constituent une menace pour notre sécurité collective, celle de nos citoyens, chez nous et à l’étranger, et pour toutes les personnes relevant de nos juridictions respectives ;

• Ont exprimé leurs préoccupations quant à la présence de réseaux du Hezbollah dans la région et leur implication dans des activités terroristes et illicites ;

• Ont noté que la menace terroriste à laquelle sont confrontés nos pays a considérablement évolué au cours des dernières années, devenant de plus en plus fluide, complexe et décentralisée, et que nous devons réfléchir aux modalités d’adaptation de nos efforts pour faire face à cette menace changeante ;

• Ont souligné que les groupes terroristes continuent de collecter des fonds dans nos pays par le biais d’activités à la fois licites et illicites et noté que ce financement peut être utilisé pour promouvoir leurs programmes terroristes ;

• Ont reconnu que les groupes terroristes transnationaux cherchent à exploiter les lacunes au niveau des capacités nationales et régionales de lutte contre le terrorisme, y compris en matière de sécurité des frontières, d’application de la loi, de financement de la lutte contre le terrorisme et d’échange d’informations ;

• Se sont engagés à renforcer nos capacités de lutte contre le terrorisme et à travailler ensemble pour combler les lacunes nationales et régionales afin de lutter plus efficacement contre les menaces terroristes ;  

• Ont souligné que la coopération internationale et régionale est essentielle pour lutter contre les groupes terroristes transnationaux ;

• Ont souligné l’importance de mettre pleinement en œuvre toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies, notamment les résolutions 1267, 1373, 2178 et 2396, et de respecter les obligations qui en découlent en matière d’utilisation de listes de surveillance, de données relatives aux voyageurs, de données biométriques et de lutte contre le financement du terrorisme ;

• Ont pris acte avec inquiétude des liens entre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée et de la nécessité de faire face à cette activité dans le cadre de nos stratégies de sécurité nationale et collective en matière de lutte contre le terrorisme ;

• Ont souligné l’importance de la mise en œuvre efficace des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies en matière de lutte contre le terrorisme et des recommandations du groupe d’action financière;

• Ont réaffirmé leur engagement en faveur des efforts de lutte contre le terrorisme dans le respect des droits de l’homme et de l’état de droit ; et

• Ont accueilli favorablement l’offre de l’Argentine d’organiser une réunion de suivi en juillet 2019 à Buenos Aires, afin d’évaluer les progrès et de continuer à identifier les domaines de coopération potentielle, pour éviter de nouvelles violences terroristes. La réunion marquera le 25e anniversaire de l’attentat terroriste de 1994 contre le centre communautaire de l’AMIA.

Washington.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous