rss

Déplacement du secrétaire Pompeo dans le Golfe : Renforcement des partenariats, soutien à la campagne de pression sur l’Iran et nouvelles solutions aux problèmes régionaux

Facebooktwittergoogle_plusmail
Español Español, English English, العربية العربية, हिन्दी हिन्दी, Русский Русский, اردو اردو

Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 11 janvier 2019
Fiche d’information

 

Renforcer les partenariats étroits entre les États-Unis et les pays du Golfe

  • Les États-Unis sont engagés dans leurs partenariats avec le Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.
  • Ces partenariats du Golfe sont essentiels pour atteindre des objectifs régionaux communs : vaincre Daech, contrer le terrorisme issu de l’islamisme radical, protéger les sources mondiales d’énergie et repousser les agressions iraniennes.
  • Les pays du Golfe sont tous nos partenaires dans la campagne de la Coalition mondiale pour vaincre Daech. Ils ont contribué à l’assistance humanitaire en Syrie et en Iraq à hauteur de milliards de dollars.
  • Le secrétaire d’État sera à la tête des délégations américaines des Dialogues stratégiques des États-Unis avec le Qatar d’une part et le Koweït d’autre part, qui visent à étendre notre coopération dans des domaines importants comme la défense, la lutte contre le terrorisme, le commerce et l’investissement, l’énergie, l’enseignement et la culture.
  • Les États-Unis demeurent le premier investisseur étranger et la première source d’importations au Qatar, avec plus de 120 entreprises américaines opérant dans le pays.
  • Depuis la libération du Koweït en 1991, les États-Unis ont continué à appuyer sa souveraineté, sa sécurité et son indépendance, tandis que le Koweït de son côté soutient la stabilité régionale.

Accroître le soutien à la campagne de pression contre l’Iran

  • Un Conseil de la coopération dans le Golfe (CCG) uni est l’épine dorsale de la paix, de la prospérité, de la sécurité et de la stabilité dans la région. Il est essentiel pour contrer la menace la plus importante qui pèse sur la stabilité régionale : le régime iranien.
  • Le secrétaire d’État œuvrera aux côtés des dirigeants du CCG, ainsi que de l’Égypte et de la Jordanie, afin de mettre fin au comportement destructeur du régime iranien dans toute la région et de faire progresser l’Alliance stratégique du Moyen-Orient proposée.
  • Le Bahreïn est un fervent partisan de la lutte contre les actions pernicieuses de l’Iran et collabore étroitement avec les États-Unis pour exposer et contrer les intermédiaires liés au Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Le Bahreïn poursuit ses efforts pour enquêter et contrer le contournement des sanctions par l’Iran et pour lutter contre l’activité maritime illicite.
  • Les Émirats arabes unis collaborent également étroitement avec les États-Unis pour cibler les schémas de financement illicites qui profitent au régime iranien.
  • Quant au Koweït, il surveille de près le respect des sanctions par l’Iran et œuvre avec les États-Unis pour lutter contre le contournement des sanctions.
  • Oman coopère lui aussi avec les États-Unis pour lutter contre le contournement des sanctions et les transferts illicites de marchandises.
  • Le Qatar a pris des mesures importantes pour se conformer aux sanctions contre l’Iran.
  • Enfin l’Arabie saoudite collabore étroitement avec les États-Unis pour contrer l’expansion de la présence et de l’influence iraniennes dans la région.

Donner un nouvel élan à la résolution des problèmes les plus pressants de la région

  • Le secrétaire d’Etat soulignera auprès de nos partenaires du Golfe les rôles clés qu’ils jouent pour résoudre les problèmes les plus graves auxquels est confrontée la région, notamment : la crise humanitaire due aux rebelles houtis soutenus par l’Iran au Yémen ; l’urgente nécessité d’une solution diplomatique à la crise syrienne, de façon à respecter la volonté du peuple syrien et à expulser jusqu’au dernier les soldats iraniens présents dans le pays ; les efforts pour réussir un règlement négocié du conflit afghan, qui puisse garantir que l’Afghanistan ne soit jamais plus une plateforme du terrorisme international ; l’appui au processus politique facilité par l’ONU en Libye ; la lutte contre la prolifération des missiles et d’autres armes, en particulier celle détenues par les acteurs non étatiques ; la défaite complète de Daech dans toute la région ; et enfin les efforts mondiaux de lutte contre le terrorisme.
  • L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït et Oman ont joué un rôle fondamental pour organiser les consultations politiques sur le Yémen qui ont eu lieu récemment en Suède sous l’égide des Nations unies. Le secrétaire d’Etat s’entretiendra avec chacun de ces pays pour encourager de nouvelles avancées vers une solution politique au conflit.
  • Oman s’efforce à chaque occasion de favoriser la paix dans la région. Le secrétaire d’Etat abordera le sujet de la campagne anti-Iran des États-Unis et les efforts pour renforcer leurs partenariats dans la région, y compris l’Alliance stratégique du Moyen-Orient, encourager les efforts de paix au Moyen-Orient et soutenir la fin des hostilités au Yémen.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous