rss

Discours du président Donald J. Trump sur l’état de l’Union devant le Congrès des Etats-Unis

اردو اردو, English English, العربية العربية, Português Português, Русский Русский, Español Español, 中文 (中国) 中文 (中国)

La Maison-Blanche
le 5 février 2019

Extraits liés à la politique étrangère des États-Unis

Madame la Présidente, Monsieur le Vice-président, Mesdames et Messieurs les membres du Congrès, Madame la Première dame des États-Unis et mes compatriotes :

Nous nous réunissons ce soir à un moment au potentiel illimité. Alors que s’ouvre une nouvelle législature, je suis prêt à collaborer avec vous pour parvenir à des avancées historiques pour tous les Américains.

*          *          *          *

Mon gouvernement a fait au Congrès une proposition de bon sens pour mettre fin à la crise à la frontière sud.

Elle prévoit une aide humanitaire, le renforcement de l’application de la loi, la détection de la drogue à nos points d’entrée, l’élimination des échappatoires qui permettent le trafic d’enfants et des projets concernant une nouvelle barrière physique, ou mur, pour sécuriser les vastes zones entre les points d’entrée sur notre territoire.

*          *          *          *

Pour faire fond sur notre incroyable réussite économique, une priorité est primordiale – inverser des décennies de politiques commerciales catastrophiques. C’est si triste.
Nous faisons maintenant clairement comprendre à la Chine que, après des années passées à prendre nos industries pour cible et à piller notre propriété intellectuelle, le vol des emplois et de la richesse américaine prend fin.

Nous avons donc récemment imposé des droits de douane sur 250 milliards de dollars de produits chinois – et notre Trésor reçoit maintenant des milliards et des milliards de dollars. Mais je ne blâme pas la Chine d’avoir profité de nous, je blâme nos dirigeants et nos représentants pour avoir permis cette farce. J’ai beaucoup de respect pour le président Xi et nous travaillons actuellement sur un nouvel accord commercial avec la Chine. Mais il doit inclure des changements réels et structurels pour mettre fin aux pratiques commerciales déloyales, réduire notre déficit commercial chronique et protéger les emplois américains.

*          *          *          *

Notre nouvel accord entre les États-Unis, le Mexique et le Canada – l’AEUMC – remplacera l’ALENA et produira des résultats pour les travailleurs américains, comme ils n’en ont pas vu depuis bien longtemps. J’espère que vous pourrez faire adopter la loi sur l’AEUMC afin que nous puissions récupérer nos emplois manufacturiers en plus grand nombre, développer l’agriculture américaine, protéger la propriété intellectuelle et faire en sorte que ces quatre mots magnifiques, Made in the USA, soient fièrement estampillés sur plus de voitures.

Ce soir, je vous demande également d’adopter la loi sur la réciprocité des échanges United States Reciprocal Trade Act, afin que, si un autre pays applique un tarif injuste sur un produit américain, nous puissions lui appliquer exactement le même tarif sur exactement le même produit qu’il nous vend.

*          *          *          *

La dernière partie de mon programme a trait à la protection de la sécurité nationale de l’Amérique.

Au cours de ces deux dernières années, nous avons commencé à reconstruire complètement l’armée des États-Unis – avec 700 milliards de dollars l’an dernier et 716 milliards de dollars cette année. Nous amenons également d’autres pays à payer leur juste part. Pendant des années, les États-Unis ont été traités très injustement par nos amis, par les membres de l’OTAN, mais nous avons maintenant obtenu une augmentation de 100 milliards de dollars des dépenses de défense des membres de l’Alliance. On disait que cela n’était pas possible.

*          *          *          *

Sous mon gouvernement, nous ne nous excuserons jamais de défendre les intérêts de l’Amérique.

Par exemple, il y a plusieurs dizaines d’années, les États-Unis ont conclu avec la Russie un traité dans lequel nous étions convenus de limiter et de réduire nos capacités en matière de missiles. Alors que nous avons respecté l’accord et les règles à la lettre, la Russie en a enfreint les termes à plusieurs reprises. Cela dure depuis de nombreuses années. C’est pourquoi j’ai annoncé que les États-Unis se retiraient officiellement du traité sur les forces nucléaires de portée intermédiaire, ou traité FNI. Nous n’avons vraiment pas le choix.

Nous pourrons peut-être négocier un accord différent, en ajoutant la Chine et d’autres, ou peut-être que nous ne le pourrons pas – dans ce cas, nous dépenserons et innoverons plus que tous les autres, et de loin.

Dans le cadre d’une nouvelle diplomatie audacieuse, nous poursuivons notre effort historique en faveur de la paix dans la péninsule coréenne. Nos otages sont rentrés chez eux, les essais nucléaires ont cessé et il n’y a pas eu de lancement de missile depuis plus de 15 mois. Si je n’avais pas été élu président des États-Unis, nous serions actuellement, à mon avis, en guerre majeure avec la Corée du Nord. Il reste beaucoup de travail à faire, mais j’entretiens de bonnes relations avec Kim Jong-un. Le président Kim et moi-même nous rencontrerons de nouveau les 27 et 28 février au Vietnam,

Il y a deux semaines, les États-Unis ont officiellement reconnu le gouvernement légitime du Venezuela et son nouveau président, Juan Guaido.

Nous sommes solidaires du peuple vénézuélien dans sa noble quête de liberté – et nous condamnons la brutalité du régime de Maduro, dont la politique socialiste a conduit ce pays, l’un des plus riches d’Amérique du Sud, à la pauvreté extrême et au désespoir.

*          *          *          *

Le Moyen-Orient est l’un des défis les plus complexes auxquels nous sommes confrontés depuis de nombreuses années.

Notre approche repose sur un réalisme fondé sur des principes, et non sur des théories discréditées qui n’ont pas produit de progrès depuis des décennies. Mon gouvernement a donc reconnu la capitale véritable d’Israël – et a fièrement ouvert l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

Nos braves soldats combattent maintenant au Moyen-Orient depuis près de 19 ans. En Afghanistan et en Irak, près de 7 000 héros américains ont fait le sacrifice de leur vie. Plus de 52 000 Américains ont été gravement blessés. Nous avons dépensé plus de 7 000 milliards de dollars dans des guerres au Moyen-Orient.

En tant que candidat à la présidence, je me suis fermement engagé à adopter une nouvelle approche. Les grandes nations ne mènent pas de guerres sans fin.

Lorsque je suis entré en fonction, Daech contrôlait plus de 50 000 kilomètres carrés de territoire en Irak et en Syrie. Il y a seulement deux ans de cela. Aujourd’hui, nous avons libéré la quasi-totalité de ce territoire de l’emprise de ces monstres assoiffés de sang.

Maintenant, tout en travaillant avec nos alliés pour anéantir les vestiges de Daech, il est temps de faire revenir nos braves guerriers en Syrie et de leur réserver un accueil chaleureux.

J’ai également accéléré nos négociations pour parvenir, si possible, à un règlement politique en Afghanistan. La partie adverse est également très heureuse de négocier. Nos soldats se sont battus avec un courage inégalé – et grâce à leur bravoure, nous sommes maintenant en mesure de rechercher une solution politique possible à ce long conflit sanglant.

En Afghanistan, mon gouvernement mène des discussions constructives avec un certain nombre de groupes afghans, y compris les talibans. Au fur et à mesure que nous progresserons dans ces négociations, nous pourrons réduire notre présence militaire et nous concentrer sur la lutte contre le terrorisme, et nous nous concentrerons effectivement sur la lutte contre le terrorisme. Nous ne savons pas si nous parviendrons à un accord – mais nous savons qu’après vingt ans de guerre, il est temps au moins d’essayer de faire la paix. Et l’autre partie le souhaite également.

*         *          *          *

Mon gouvernement a pris des mesures énergiques pour faire face au premier État soutien du terrorisme, le régime radical en Iran. C’est un régime radical. Ils font de très mauvaises choses.

Pour que cette dictature corrompue n’acquière jamais l’arme nucléaire, j’ai retiré les États-Unis de l’accord nucléaire iranien désastreux. Et l’automne dernier, nous avons mis en place les sanctions les plus sévères que nous ayons jamais imposées à un pays.

Nous ne nous voilerons pas la face devant un régime qui crie mort à l’Amérique et menace de perpétrer un génocide contre le peuple juif. Nous ne devons jamais ignorer le vil poison de l’antisémitisme ou ceux qui propagent le venin de cette idéologie. D’une seule voix, nous devons affronter cette haine où qu’elle se trouve et partout où elle se trouve.

*          *          *          *


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous