rss

Allocution du président Trump devant les ministres de la Coalition mondiale contre Daech

English English, العربية العربية, اردو اردو, Русский Русский, Português Português

La Maison-Blanche
Le 6 février 2019

LE PRÉSIDENT : Merci beaucoup, Mike. Et vous faites un travail spectaculaire. Je dis cela au nom de nombreuses personnes.

C’est un honneur d’être ici aujourd’hui au département d’État parmi tant de diplomates distingués et d’autres représentants des nations de la Coalition mondiale contre Daech. Ensemble, nous regroupons 74 pays et 5 institutions internationales, tous unis dans la lutte contre cette organisation terroriste vile. Et le mot n’est pas trop fort.

Je tiens à remercier le secrétaire à la Défense par intérim, Patrick Shanahan. Patrick, levez-vous.  Vous faites un travail fantastique. Nous vous en remercions. (Applaudissements.) Merci. Monsieur l’ambassadeur James Jeffrey, merci. Je vous remercie. Et merci à tous les membres de la Coalition présents aujourd’hui pour leur engagement indéfectible en faveur de la défaite de Daech au Moyen-Orient et dans le monde entier.

En janvier 2017, il y a seulement deux ans, Daech possédait un vaste territoire en Syrie et en Iraq. Quand je suis devenu président, j’ai dit : « Je veux voir ce qu’ils ont ». Et j’ai regardé, et c’était un désastre. C’était beaucoup. Lorsque j’ai pris mes fonctions, une des premières choses que j’ai faites a été d’aller au Pentagone et de demander que l’on me présente un plan pour vaincre Daech.

Avec la nouvelle approche que nous avons mise au point, nous avons habilité nos commandants sur le terrain, donné des moyens à nos partenaires sur le terrain et affronté directement l’idéologie perverse de Daech. Et c’est ce que nous faisons aujourd’hui, sauf à une plus grande échelle.

En conséquence, comme je l’ai indiqué dans mon discours sur l’état de l’Union hier, l’armée américaine, nos partenaires de la Coalition et les Forces démocratiques syriennes, ont libéré la quasi-totalité du territoire préalablement détenu par Daech en Syrie et en Iraq. Il doit être annoncé officiellement dans le courant de la semaine prochaine que nous avons repris 100 % du califat. Mais je veux attendre l’annonce officielle. Je ne veux pas le dire trop tôt.

Au cours des deux années qui viennent de s’écouler, nous avons repris des territoires de plus de 50 000 kilomètres carrés. Nous avons sécurisé un champ de bataille. Et nous avons remporté victoire après victoire, et nous avons repris Mossoul et Raqqa.

Nous avons éliminé plus de 60 leaders de haut rang de Daech. Donc, nous avons un – si vous regardez les 60 leaders les plus importants de Daech, nous avons éliminé presque chacun d’entre eux. Maintenant, ils se réorganisent. Nous le savons. Mais ils ont du mal à le faire, et je ne dirais pas que nous leur facilitons la tâche. Ce n’est pas exactement – espérons qu’ils ne se battront pas pour le faire. Plus d’une centaine d’autres hauts responsables de Daech ont été éliminés et des dizaines de milliers de combattants de Daech sont partis. Ils sont partis.

Ensemble, nous avons libéré plus de 5 millions de civils de l’emprise de ces meurtriers assoiffés de sang. Et vous savez qu’il s’agit bien d’assassins. On le voit. Et on le constatait à tel point qu’on avait du mal à y croire, au point où notre peuple et nos amis et nos alliés – dans de nombreux cas, des personnes dont j’ai fait la connaissance des parents – ont dû porter l’uniforme orange avant vous savez quoi. Nous ne voulons plus voir ces scènes.

Grâce à la Coalition mondiale, et en particulier à vous tous ici aujourd’hui, et à nos autres partenaires, le califat de Daech a été décimé. Personne ne pensait qu’il était possible de le faire aussi rapidement.

Il y a trois semaines, j’étais en Iraq et je discutais avec certains de nos grands généraux. Je leur ai donné le feu vert absolu. J’ai dit : « Allez-y. Combien de temps cela prendra-t-il une fois que vous aurez commencé ». Il a dit : « Monsieur, une semaine ». J’ai dit : « D’où sortez-vous cela, une semaine ? » Et il était tout à fait sérieux. Et cela fait environ une semaine depuis qu’ils s’y sont mis. Et ils nous informeront très bientôt, officiellement. Mais c’est 100 %.

Daech ne peut plus revendiquer le contrôle généralisé des gouvernements locaux en Syrie et en Iraq. Maintenant, vous allez toujours avoir des gens. Il y en aura. Ils sont malades. Ils sont déments. Mais il y en aura toujours, quels que soient nos résultats militaires. Vous ne pouvez pas faire mieux que ce que nous avons fait, militairement. Mais il y a aura des gens comme cela. Et nous les traquerons, et vous aussi, et nous les dénicherons. Et avec un peu de chance, ils ne seront pas là très longtemps.
Ils ne peuvent plus extraire les ressources naturelles car ils ne contrôlent plus les terres ou la région. Ils ne peuvent plus taxer les citoyens de cette région parce qu’ils ne la contrôlent plus, ni voler d’anciens objets, ni détruire des vestiges, comme ils l’ont fait. Ils ont vraiment subi un revers.

Nous travaillons très dur sur Internet. Pendant quelque temps, ils se servaient d’Internet mieux que nous. Ils se servaient brillamment d’Internet, mais maintenant ce n’est plus autant le cas. Et maintenant, les internautes qui les admiraient et disaient à quel point ils sont merveilleux et brillants, ne les considèrent pas comme aussi brillants. Parce qu’ils ont été décimés. Ils ne peuvent plus contrôler les écoles pour imposer leur idéologie malveillante aux jeunes enfants.

De manière cruciale, Daech ne dispose également plus d’une base territoriale significative à partir de laquelle lancer des attaques terroristes contre d’autres pays, recruter des combattants étrangers et semer le chaos dans la région. Leur terre a disparu. C’est un facteur important. Ils n’ont plus de terres.
Cet après-midi, je tiens à féliciter les hommes et les femmes exceptionnels de l’armée des États-Unis – des personnes incroyables – pour leurs remarquables compétence et précision tout au long de cette campagne.

Maintenant, alors que les pays de la région et de l’ensemble de notre Coalition s’engagent encore plus résolument, et que nous continuons à détruire les vestiges – c’est tout ce qu’ils ont, des vestiges. Mais des restes peuvent être très dangereux. Il ne faut pas l’oublier. Un reste peut être très dangereux. Mais il ne reste que des vestiges de Daech. Nous sommes impatients d’accueillir chaleureusement chez nous nos courageux guerriers de Syrie.

N’en doutez pas, nous ferons le nécessaire pour vaincre chaque once et chaque personne jusqu’à la dernière au sein de la folie de Daech, et pour défendre notre peuple du terrorisme islamiste radical.

Je félicite les 30 autres pays qui fournissent déjà des troupes à cet effort vital. Et c’est un effort différent de celui que nous avions initialement, mais totalement vital.

L’Allemagne, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont tous pris des engagements financiers au cours des quelques derniers mois.

La lutte contre le terrorisme est un combat de tous. Nous y travaillons ensemble. Si nous ne le faisons pas ensemble, ce ne sera jamais pareil. Chacun doit faire sa part et contribuer comme il se doit. Nous devons également reconnaître que la sécurité de l’immigration est la sécurité nationale et que les combattants étrangers ne doivent pas avoir accès à nos pays.

Nous avons été extrêmement durs envers les personnes qui, à notre avis, peuvent travailler d’une manière quelconque avec le terrorisme islamique radical, voire y participer. J’ai été très, très dur à cet égard, et j’espère que c’est aussi le cas de tous les autres pays.

Je tiens simplement à remercier tout le monde dans cette salle. C’est un groupe spécial de personnes brillantes et cela a été un grand honneur de travailler avec vous. Et nous continuerons à travailler avec vous, car malheureusement, ce ne sera pas – aussi brillante que soit notre armée qui élimine les portions les plus importantes, il y aura de petites sections. Cela peut être si dangereux.

Mais je veux simplement remercier tout le monde. J’ai eu le grand honneur de travailler avec la Coalition, en partenariat – parce qu’il s’agit vraiment d’un partenariat. Nos militaires ont été incroyables. Et vos militaires ont été incroyables. C’est donc un honneur de travailler avec vous.

Nous travaillerons avec vous pendant de nombreuses années encore. Je le dis malheureusement, mais c’est comme ça. Nous travaillerons ensemble pendant de nombreuses années à venir. Il deviendra plus petit, plus petit et plus petit. Et peut-être qu’un jour, nous n’aurons même plus à penser à ce problème si prépondérant aujourd’hui.

Merci beaucoup à tous. C’est un grand honneur d’être ici. Je vous remercie. Merci beaucoup. Je vous remercie. (Applaudissements.)


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous