rss

Déclaration des ministres de la Coalition mondiale contre Daech

English English, العربية العربية, Русский Русский

Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Le 6 février 2019

Le texte du communiqué de presse ci-dessous a été publié par les ministres des pays membres de la Coalition mondiale contre Daech.

1. Nous, les ministres, secrétaires généraux et chefs de délégations de la Coalition mondiale contre Daech, nous sommes réunis aujourd’hui à Washington à l’invitation du secrétaire d’État des Etats-Unis Mike Pompeo, pour examiner les progrès considérables dans la lutte contre Daech réalisés au cours de l’année qui vient de s’écouler, et pour nous entretenir de la prochaine étape de la campagne sur la voie d’une défaite durable cette organisation. Nous avons encore accueilli de nouveaux membres au sein de la Coalition au cours de l’année écoulée, tels que la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), la Guinée, le Kenya, les Îles Fidji et les Philippines. Ensemble, nous restons fermement unis dans notre indignation face aux atrocités commises par Daech et dans notre détermination à éliminer cette menace mondiale et à mettre un terme à son discours aussi faux que destructeur. Nous réaffirmons notre attachement aux principes directeurs de la Coalition adoptés au Koweït en 2018, et au rôle de la Coalition pour faire obstacle aux activités transrégionales de Daech et à ses ambitions mondiales, ainsi que confirmé par ses membres. Nous avons conscience du fait qu’il nous faudra pour cela constamment évoluer et adapter nos activités dans la lutte contre cet ennemi pandémique. La défaite durable du noyau de Daech restera une priorité pour le travail collectif de la Coalition alors que le danger reste considérable, et pour prévenir toute perspective de résurgence territoriale de Daech dans les zones qu’il a contrôlées.

2. Nous nous félicitons des progrès réalisés au cours de l’année écoulée avec la libération du territoire contrôlé par Daech qui englobait autrefois l’Iraq et la Syrie, et celle de plus de 7,7 millions de personnes de sa tyrannie. Nous avons ainsi affaibli le leadership de Daech et limité son accès aux ressources et aux réseaux mondiaux. Nous saluons les efforts de nos partenaires iraquiens qui, après avoir libéré leur pays en décembre 2017, ont continué à mener des opérations de sécurité et de lutte contre le terrorisme sur tout le territoire, et soutiennent simultanément celles de la Coalition en Syrie. Nous nous réjouissons également que nos partenaires continuent de mener des offensives contre les vestiges de Daech en Syrie et, avec l’aide de la Coalition, veillent à la sécurité et la stabilité dans les zones libérées des mains de Daech. Il est également essentiel d’attaquer le noyau de Daech pour vaincre ses ramifications et ses réseaux, et lutter contre la propagation de son idéologie. La collaboration et l’échange d’informations au niveau multinational nous ont permis de perturber des tentatives d’attaques potentielles dans le monde entier, en érodant les capacités d’actions transfrontalières de Daech. Nous avons réduit l’influence de Daech en ligne et exercé des pressions sur ses finances grâce à la mobilisation des partenaires de la Coalition, aux sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies et aux frappes militaires en Iraq et en Syrie.

3. Cette réussite s’accompagne d’un coût énorme. Nous rendons hommage aux sacrifices de nos militaires et de nos partenaires, aux premières lignes de cet effort. Nous reconnaissons également et déplorons les souffrances d’innombrables civils, dans le monde entier, dans les griffes de Daech : les violences à l’encontre des hommes, des femmes et des enfants ; l’esclavage et le trafic de femmes et de filles ; le recrutement d’enfants soldats et les violences contre quiconque ne partage pas cette idéologie, ses pensées et ses actions – en particulier les membres de minorités. Nous soulignons notre engagement collectif à veiller à ce qu’il soit fait justice aux civils qui ont tant souffert aux mains de Daech, à ce qu’ils bénéficient du soutien et de la protection à long terme qu’ils méritent de la part de tous les partenaires de la Coalition. Nous appelons toutes les parties au conflit en cours à respecter le droit international humanitaire et relatif aux droits de l’homme, à prendre toutes les précautions possibles pour protéger les civils et permettre un accès immédiat et sans entrave aux missions humanitaires. La Coalition reste déterminée à mener la lutte contre Daech dans le respect du droit international.

4. La défaite territoriale de Daech en Iraq et en Syrie marquera une étape importante dans la guerre contre cette organisation, mais cela ne signifie pas pour autant que notre campagne contre Daech soit terminée. Nous devons rester actifs en Iraq et en Syrie, où le groupe terroriste subsiste. Pour les dirigeants de Daech, les groupes affiliés et leurs partisans, ses pertes territoriales en Iraq et en Syrie ne sont qu’un revers et non une défaite. En réponse, Daech a de plus en plus recours à des tactiques de guérilla pour tenter de déstabiliser la Syrie et l’Iraq. Parallèlement, Daech s’attache à accroître son soutien à ses filiales et réseaux mondiaux afin de poursuivre la lutte à partir d’endroits plus permissifs, et de susciter des mouvements terroristes d’origine nationale.

5. La Coalition mondiale reste déterminée à aider le nouveau gouvernement à assurer la défaite durable de Daech. Nous souhaitons la bienvenue au ministre des Affaires étrangères, Mohamed Ali Alhakim, le plus haut représentant du nouveau gouvernement iraquien, dirigé par le premier ministre Adil Abd Al-Mahdi, et réaffirmons notre soutien indéfectible à l’Iraq et à son unité, sa souveraineté et son intégrité territoriale. Nous appuyons les efforts déployés par le gouvernement iraquien pour mettre en place une force de sécurité professionnelle et compétente, entièrement contrôlée par le gouvernement, et prenons acte des progrès considérables accomplis par les forces de sécurité iraquiennes en ce qui concerne leur capacité à mener des opérations unilatérales. La mission de l’OTAN en Iraq vise à renforcer les capacités des forces de sécurité nationales iraquiennes, notamment dans leur lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations. La Coalition compte sur le gouvernement iraquien pour poursuivre et intensifier ses efforts de renforcement de la sécurité locale, y compris pour les minorités iraquiennes, et stabiliser les zones libérées de Daech. La Coalition apprécie les contributions considérables et le travail sans relâche de tous ceux qui ont contribué à faire en sorte que Daech réponde de ses crimes odieux, et en particulier Nadia Murad et Karim Khan, conseiller principal du secrétaire général des Nations unies. Nous encourageons le gouvernement iraquien à persévérer dans ses efforts en faveur de la réconciliation au niveau communautaire, du renforcement de l’état de droit, de la stabilisation et des investissements, pour permettre une reconstruction durable dans les zones libérées dans le cadre des efforts plus larges déployés par la Coalition en vue d’une défaite durable de Daech. Il sera essentiel de s’attaquer aux causes profondes des conflits pour parvenir à la paix et la stabilisation à long terme, en particulier grâce à des forces de sécurité inclusives et une gouvernance répondant aux besoins de tous les Iraquiens. Nous invitons en outre le gouvernement iraquien à prendre les mesures nécessaires pour veiller au respect des engagements internationaux pris lors de la conférence sur la reconstruction de février 2018 au Koweït.

6. Nous entendons résolument travailler avec le gouvernement iraquien pour continuer à refuser à Daech tout refuge, faire en sorte qu’il ne puisse pas disperser ses combattants, ses armes ou ses ressources, et viser ses réseaux de facilitation. Nous entendons en particulier fournir un soutien aux opérations de lutte contre le terrorisme en Iraq, et continuer à aider son gouvernement à former une force de sécurité professionnelle et compétente. En coopération avec des partenaires clés tels que les Nations unies, et en collaboration avec le gouvernement iraquien, nous sommes déterminés à combler les lacunes existant encore en matière d’aide humanitaire, de stabilisation et de relèvement rapide, afin d’aider les populations locales et les victimes du conflit à se rétablir, et ainsi réduire au minimum le recrutement de Daech et sa capacité de résurgence. Il est essentiel de veiller à ce que les membres de Daech répondent de leurs crimes, y compris d’éventuels crimes de guerre et contre l’humanité, dans le respect de la légalité et de l’état de droit, afin de porter atteinte à l’image de Daech et de lutter contre son idéologie dépravée. La Coalition condamne par ailleurs la destruction et le pillage de sites et d’objets archéologiques par Daech pour des raisons idéologiques, dans une tentative d’effacer et réécrire l’histoire. La Coalition célèbre la richesse des contributions des civilisations de la région au monde et reconnaît l’importance du recouvrement du patrimoine culturel dans le cadre du processus de stabilisation en Iraq.

7. La Coalition soutient les aspirations du peuple syrien à une véritable transition politique sur la base du communiqué de Genève de 2012 et de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, pour mettre en place un gouvernement inclusif et non sectaire qui représente la volonté de tous les Syriens, et promouvoir l’unité, la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie. Dans la mesure du possible, nous soutenons le redressement local inclusif et la stabilisation dans les zones libérées de Daech, et les efforts de dialogue et de réconciliation basés sur la communauté afin de créer des conditions propices à un règlement politique du conflit en Syrie à l’échelle du pays. Nous continuerons de concentrer nos efforts sur la fourniture d’une assistance humanitaire et d’une aide à la stabilisation afin d’améliorer les conditions de vie des populations vulnérables, faciliter le retour sûr et volontaire des réfugiés et des personnes déplacées, et assurer la protection des civils et l’accès à l’éducation, ouvrant ainsi la voie à un redressement durable après l’occupation par Daech, afin que les communautés locales puissent continuer à se reconstruire avec la résolution, la dignité et la résilience extraordinaires dont elles ont fait preuve depuis la libération.

8. Nous nous engageons également à faire face aux problèmes en matière juridique et de sécurité soulevés par les combattants terroristes étrangers détenus par Daech, et à veiller à ce qu’ils ne retournent jamais sur le champ de bataille et ne se rendent pas ailleurs pour y perpétrer des attentats, recruter, former ou propager de toute autre manière l’idéologie de Daech. Le mouvement de combattants terroristes étrangers endurcis par le terrain, venant de régions et continents aussi divers que l’Asie du Sud-Est est particulièrement troublant. Des mesures appropriées doivent être prises pour que les combattants et les partisans de Daech répondent de leur soutien ou de leur participation à la campagne terroriste de Daech, conformément aux règles de droit international applicables. Pour faciliter cet effort, nous envisagerons de favoriser l’échange d’informations sur les combattants et les preuves recueillies sur les champs de bataille entre partenaires de la coalition, sur une base bilatérale ou, dans la mesure du possible, par le biais de réseaux mondiaux tels qu’INTERPOL. La maximisation des possibilités de poursuites à l’encontre des combattants terroristes étrangers et d’autres personnes coupables d’avoir facilité les activités de Daech doit rester une priorité mondiale. Pour ce qui est des combattants terroristes étrangers détenus qui sont restés dans la région, la Coalition doit s’efforcer de veiller à la poursuite de leur détention dans des conditions sûres, justes et humaines. Nous devrions enfin accentuer les efforts visant à développer des programmes de dé-radicalisation et de réintégration efficaces.

9. En 2019, la Coalition prévoit de se concentrer sur la mise en œuvre des plans d’action du groupe de travail. Alors que l’effort militaire conventionnel contre Daech en Syrie est proche de son point culminant, et va assumer une fonction de soutien et non un rôle central, les membres de la Coalition s’apprêtent à discuter de la phase suivante de la campagne. Elle pourrait faire intervenir un effort pour faire obstacle à la reprise de l’insurrection par Daech en Syrie et en Iraq. Il pourrait également s’agir d’actions contre les réseaux transfrontaliers de Daech, ses ramifications et ses affiliés, qui continuent de présenter une menace importante, et dans certains cas, un danger croissant pour les membres de notre Coalition, comme on l’a souligné lors de la réunion des directeurs politiques de la Coalition de juin 2018 axée autour de l’Afrique et qui s’est tenue à Skhirate, au Maroc. En particulier, la Coalition doit rester unie dans ses efforts pour porter atteinte à l’image de marque de Daech en réduisant son accès à l’espace d’information en tant qu’outil permettant de diffuser son idéologie toxique et sa propagande. La Coalition est déterminée à intensifier la pression pour perturber le réseau transrégional de Daech au moyen de l’accroissement de l’échange d’informations et d’efforts complémentaires en matière de lutte contre le financement, de communication stratégique, de répression, dans le domaine juridique et de la sécurité pour nos pays. Les groupes de travail et les membres de la coalition s’efforceront de veiller à ce que nos objectifs soient atteints dans l’ensemble de l’écosystème diplomatique et de la lutte contre le terrorisme, en évitant la duplication des mécanismes et axes d’intervention existants. La Coalition a acquis une expérience et des informations uniques dans le cadre de la lutte contre Daech en Iraq et en Syrie, et celles-ci peuvent être utiles à d’autres organisations et groupes internationaux dans leur lutte contre le terrorisme.

10. Nous nous félicitons de l’élan généré collectivement par la Coalition et ses partenaires et exprimons une nouvelle fois notre détermination à infliger à Daech une défaite définitive. Notre engagement commun en Iraq et en Syrie se poursuivra. Nous avons conscience de la nécessité de la poursuite de la coordination et d’une consultation de la Coalition dans tous ses domaines d’activité, en particulier au niveau du noyau. Les quatre groupes de travail de la Coalition – combattants terroristes étrangers, lutte contre le financement de Daech, communications et stabilisation – sont essentiels, et nous entendons faire en sorte de faciliter les progrès de leurs travaux. Dans cette perspective, nous attendons avec impatience la réunion des directeurs politiques à la fin du printemps et la réunion ordinaire des groupes de travail de la coalition cette année.

Fin du texte.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous