rss

Allocution du secrétaire d’État Michael R. Pompeo à l’aire d’entraînement de Bemowo Piskie – Orzysz, Pologne

Facebooktwittergoogle_plusmail
English English, Русский Русский

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Pour diffusion immédiate
Le 13 février 2019

 

 

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE POMPEO : C’est véritablement un grand honneur d’être ici aux côtés du ministre des Affaires étrangères Czaputowicz, du vice-ministre Lipinski, ainsi que des membres du groupement tactique de l’OTAN. Je remercie également le lieutenant-colonel Hebel pour son accueil. C’est pour moi une grande fierté de voir des troupes américaines, britanniques, croates, polonaises et roumaines travailler côte à côte. Merci de votre dévouement au service de notre mission de l’OTAN dans l’unité.

Il y a trente ans presque jour pour jour, je patrouillais le rideau de fer en Allemagne en tant que jeune officier de cavalerie. Les choses étaient alors un peu différentes. Mes cassettes de Van Halen sont toujours dans mon placard, quelque part juste à côté de ma cassette vidéo VHS de Top Gun. Mais certaines choses n’ont pas changé. De mon temps, nos généraux étaient préoccupés par une offensive soviétique par la trouée de Fulda. Aujourd’hui, celle où nous nous trouvons préoccupe les commandants de l’OTAN au même titre que la trouée de Fulda à l’époque, cette fois encore pour des motifs liés à une agression russe.

Alors que nous entrons dans la cinquième année de la guerre de Vladimir Poutine contre l’Ukraine, une guerre qu’il a déclenchée sur le sol européen, nous prenons au sérieux les préoccupations selon lesquelles la Russie pourrait un jour essayer d’ouvrir un front le long d’une ligne ici même. Face à cette menace, l’alliance de l’OTAN reste indispensable à la protection des peuples libres d’Europe. Beaucoup d’entre eux, comme nos amis croates, polonais et roumains, apprécient tout particulièrement une liberté encore très jeune pour les normes mondiales.

J’ai eu la grande fierté de rendre hommage à la lutte pour la liberté de l’Europe de l’Est hier au monument de la porte de la liberté à Bratislava. Il revient maintenant à chaque allié de faire en sorte que l’Europe reste libre. La Russie nourrit de grandes ambitions de domination de l’Europe et de réaffirmation de son influence sur la scène mondiale. Vladimir Poutine s’emploie à diviser l’Alliance, à affaiblir les États-Unis et à perturber le fonctionnement des démocraties occidentales. L’invasion de la Géorgie et de l’Ukraine par la Russie, son agression sans provocation contre des navires de guerre ukrainiens en mer Noire en novembre dernier, et la guerre hybride qu’elle mène actuellement contre nous et nos alliés menacent directement notre sécurité et notre mode de vie.

Mais l’OTAN est de plus en plus déterminé à lutter contre le mépris du droit et les velléités déstabilisatrices de la Russie. Nous avons en particulier mis en place une présence avancée rehaussée (Enhanced Forward Presence ou EFP), ici sur le flanc est de l’Europe, conformément à l’esprit des principes fondamentaux de l’OTAN selon lesquels une attaque contre un pays est une attaque contre tous. L’histoire même de la Pologne nous rappelle que des mesures de dissuasion solides doivent être au centre de notre réflexion stratégique. C’est d’autant plus vrai dans le contexte actuel de regain de la concurrence entre les grandes puissances. Les dépenses considérables de la Pologne en matière de défense, qui devraient désormais dépasser 2,5 % de son PIB, sont une réponse lucide aux menaces auxquelles nous sommes confrontés. Ces défis doivent susciter des engagements tout aussi forts de la part de tous les alliés de l’OTAN sans exception.

Nous célébrerons au printemps le 70e anniversaire de l’OTAN. J’aurai le grand plaisir d’accueillir cet événement à Washington. Les hommes qui ont posé les fondements de l’OTAN entendaient résolument faire en sorte que l’Europe ne soit plus jamais confrontée à la tyrannie et à la guerre. Comme je l’ai dit clairement dans un discours à Bruxelles l’année dernière, il est temps que tous les alliés de l’OTAN suivent l’exemple de la Pologne et relancent l’alliance dans le souci d’une paix durable. Je souhaite que nous demeurions attachés aux idéaux fondateurs de l’OTAN, dans l’intérêt de nos nations, de notre peuple et des troupes qui nous protègent.

Pour terminer, en tant qu’ancien commandant de char, je suis impatient d’assister à un test de notre puissance de feu en action aujourd’hui. Allons-y. Je vous remercie. (Applaudissements.)


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous