rss

 Déclaration du porte-parole adjoint, Robert Palladino sur la liberté de mouvement pour les personnes déplacées dans leur pays à Rukban

English English, Русский Русский

Département d’État des États-Unis
Bureau du porte-parole
Pour diffusion immédiate
Le 18 février 2019

 

Les États-Unis se félicitent du succès récent du convoi humanitaire des Nations unies et du Croissant-Rouge arabe syrien (CRAS), qui a apporté une aide humanitaire vitale à plus de 40 000 personnes déplacées dans le camp improvisé de Rukban, dans le sud-est de la Syrie. Cette assistance, distribuée avec soin à tous les groupes grâce à un suivi de l’ONU/du CRAS,  a pu atteindre tous ceux qui en avaient besoin. Nous demandons instamment que l’accès à l’aide humanitaire reste possible à Rukban et dans toutes les régions de la Syrie où la population en a besoin.

Les États-Unis demandent depuis longtemps et continueront de plaider en faveur de la liberté de circulation des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (IDP). Ils n’ont pas empêché et n’empêcheront le départ d’aucune personne déplacée souhaitant quitter le camp de Rukban. Ils ne forceront personne non plus à partir. Les États-Unis soutiennent pleinement un processus sans aucune contrainte et permettant des départs en toute sécurité, volontaires et dans la dignité, pour ceux qui souhaitent quitter Rukban.

Ce processus doit commencer par un accès durable des dispositifs humanitaires : les départs dans des conditions de privation grave sont par nature des départs sous la contrainte. Les États-Unis appellent donc depuis plusieurs mois le régime syrien à permettre à l’ONU d’accéder rapidement, en toute sécurité et sans entrave au camp de Rukban. Le récent convoi humanitaire est une étape positive sur cette voie, et nous appelons la Russie à contribuer à faciliter des livraisons humanitaires continues et régulières.

Toute procédure unilatérale en vue de l’organisation de départs qui n’est pas transparente ou qui ne permet pas aux résidents de Rukban de prendre des décisions en connaissance de cause est inacceptable. Un processus de départ volontaire, en toute sécurité et dans la dignité, doit être étroitement coordonné avec les agences des Nations unies concernées. Il doit veiller à ce que les personnes déplacées aient accès à des informations impartiales sur leurs options, disposent de garanties contre les arrestations et détentions arbitraires, aient une compréhension claire des exigences de conscription militaire et à des informations sur les conditions au lieu de leur retour.

Lors de la récente livraison d’aide humanitaire, l’ONU a mené une enquête sur les besoins et les intentions des résidents – une première étape cruciale sur la voie de la planification d’un processus de retour volontaire, en toute sécurité et dans la dignité. L’ONU analyse actuellement ces données et nous sommes impatients de travailler avec elle et d’autres partenaires pour faciliter sur la base de cette enquête des départs volontaires, en toute sécurité, et en toute connaissance de cause, pour ceux qui choisissent de quitter Rukban.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous