rss

Les États-Unis imposent de nouvelles sanctions nucléaires à l’Iran suite à son refus de répondre à des questions associées à ses archives nucléaires secrètes

English English, العربية العربية, हिन्दी हिन्दी, اردو اردو, Русский Русский

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Le 22 mars 2019
Déclaration de Robert Palladino, porte-parole adjoint

 

L’administration Trump continue de tenir le régime iranien responsable de ses activités qui menacent la stabilité de la région et portent préjudice au peuple iranien. Cela inclut le fait d’assurer que l’Iran ne développe jamais l’arme nucléaire.

Aujourd’hui, les États-Unis ont désigné 31 entités et particuliers iraniens qui ont contribué activités nucléaires de l’Iran posant un risque de prolifération, les ont soutenues ou y sont autrement associés. Toutes les cibles désignées sont liées à l’Organisation d’innovation et de recherche défensives (connue sous son sigle en farsi, SPND), entité fondée par Mohsen Fakhrizadeh, responsable de l’ancien programme d’armes nucléaires du régime.

Conformément au décret présidentiel 13382, ces sanctions ciblent les proliférateurs d’armes de destruction massive (ADM) et ceux qui les soutiennent. Outre le blocage de tous les actifs américains, les cibles désignées n’auront pas accès au système financier des États-Unis.

Les États-Unis condamnent de manière ferme les efforts déployés par l’Iran pour maintenir son groupe d’anciens chercheurs en armes nucléaires, préserver ses travaux et poursuivre les activités de passations de marchés sensibles. Les autres Iraniens qui travaillent pour le programme nucléaire du régime doivent être conscients du fait qu’ils encourent le risque d’être sanctionné par les États-Unis.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous