rss

Déclarations à la presse avec le premier ministre de Géorgie, Mamuka Bakhtadze, dans le cadre de la commission de partenariat stratégique entre les États-Unis et la Géorgie

Русский Русский, English English


Département d’État des États-Unis
Secrétaire d’Etat Michael R. Pompeo
Le 11 juin 2019


Extraits


MONSIEUR LE SECRÉTAIRE POMPEO : Vous voyez, la Géorgie abrite une culture ancienne et un peuple fier. Son histoire s’est déroulée sur une toile de fond incroyable : les hauts sommets des montagnes du Caucase et les rives de la mer Noire. La célèbre statue de Saint-Georges terrassant le dragon se dresse au centre de sa capitale, Tbilissi. Ce monument témoigne de la véritable nature des Géorgiens : intrépides et inébranlables.

Ils le montrent depuis que nous avons signé la charte de partenariat stratégique entre les États-Unis et la Géorgie. Et cela fait cette année 10 ans – c’est le 10e anniversaire de ce document. Depuis, nos pays collaborent étroitement sur des questions telles que la défense et la sécurité, le commerce et l’énergie, le renforcement de la démocratie comme l’élargissement des opportunités d’échange culturel. Tout au long de ces dix années, la Géorgie a fait preuve d’une détermination extraordinaire à la suite de l’invasion illégale d’une partie de son territoire par la Russie en 2008. Elle reste aujourd’hui une destination touristique internationale, un partenaire stratégique important pour les États-Unis et un contributeur à la sécurité mondiale.

Après ma conversation d’aujourd’hui avec le Premier ministre, j’ai le plaisir d’annoncer que nous publions une déclaration commune qui commémorera le 10e anniversaire de la charte dont je viens de parler.

Cette déclaration décrit l’orientation future de nos relations – une relation qui, nous l’espérons, restera caractérisée par une profonde amitié et une longue série d’engagements communs.

Le rôle de leader assumé par la Géorgie en tant que candidat à l’adhésion à l’OTAN rend la perspective de notre collaboration encore plus enthousiasmante. Le président Trump a appelé toutes les nations à s’impliquer davantage dans la résolution des problèmes mondiaux, et c’est précisément le cas de la Géorgie dans le cadre de la lutte contre le terrorisme en Afghanistan.

Au moment même où nous parlons, 32 braves soldats géorgiens savent qu’ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes dans le cadre de leur service aux côtés des Américains, et 870 soldats géorgiens y sont déployés en appui à la mission de l’OTAN.

Au-delà de l’Afghanistan, la Géorgie s’efforce de faire en sorte que ses forces puissent s’intégrer harmonieusement à l’OTAN. Des progrès supplémentaires dans ce domaine serviront également nos objectifs stratégiques, alors que l’Alliance poursuit sa coopération avec la Géorgie dans la région de la mer Noire.

Grâce aux efforts de la Géorgie, je peux dire avec grande confiance au nom du président Trump et de l’ensemble du gouvernement des États-Unis que votre demande d’adhésion à l’OTAN continuera à bénéficier du soutien des États-Unis.

Il est également important de noter que la Géorgie consacre déjà 2 % de son PIB à la défense – le seuil de l’OTAN que nous demandons à tous ses alliés de respecter. Elle est bien placée pour comprendre par expérience l’importance de la dissuasion, d’une défense solide, le caractère critique des capacités : la Géorgie s’est battue pour préserver son intégrité territoriale face à l’agression russe, à l’occupation illégale du territoire géorgien par la Russie, et à son manquement au respect de ses obligations dans le cadre du cessez-le-feu.

La belligérance de la Russie n’est que l’une des raisons pour lesquelles nous sommes fiers de l’appui militaire que nous apportons au programme de préparation à la défense de la Géorgie. Nous contribuons à former et à équiper une force autonome qui assurera la défense territoriale de la Géorgie.

La sécurité de la région dans son ensemble en sera aussi consolidée – ce qui est bon pour la Géorgie, bon pour les États-Unis et bon pour le monde entier.

Il est important que tout le monde ait également conscience de l’impact de ces questions de sécurité sur l’approfondissement de notre relation. Au cours de notre entretien d’aujourd’hui, j’ai salué les efforts constants de la Géorgie pour améliorer son système judiciaire et veiller à ce que sa démocratie soit fondée sur des élections libres et équitables.

J’ai également eu l’occasion d’évoquer avec le Premier ministre la responsabilité du parlement géorgien qui doit veiller à ce que les agences gouvernementales agissent de manière légale et tiennent leurs promesses.

Enfin, j’ai fait part de notre espoir que la Géorgie achève son projet de port. Ce projet et d’autres contribueront à renforcer les relations entre la Géorgie et les économies libres pour éviter qu’elle ne devienne la proie des influences économiques russes ou chinoises. Ces prétendus amis n’ont pas à cœur les intérêts de la Géorgie.

La croissance de la Géorgie en tant que nation libre après presque un siècle de communisme soviétique prouve qu’elle est sur la bonne voie. Nous sommes fiers de notre solide partenariat avec elle.

Nous devons continuer à travailler ensemble pour faire en sorte de ne pas risquer de réduire à néant ces gains durement acquis et pour garantir à la Géorgie un avenir qui reste fermement ancré à l’Ouest. Monsieur le Premier ministre, merci d’être avec moi aujourd’hui. Merci d’avoir rejoint notre équipe. Merci à vous et à la Géorgie d’être un bon ami et partenaire des États-Unis d’Amérique


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous