rss

Déclaration à la presse

हिन्दी हिन्दी, English English, العربية العربية, Português Português, Русский Русский, Español Español, اردو اردو

Département d’État des États-Unis
Secrétaire d’Etat Michael R. Pompeo
Le 13 juin 2019


MONSIEUR LE SECRÉTAIRE POMPEO : Bonjour. Le gouvernement des États-Unis estime que la république islamique d’Iran est responsable des attaques perpétrées aujourd’hui dans le golfe d’Oman. Cette évaluation est basée sur des renseignements, les armes utilisées, le niveau d’expertise nécessaire pour mener à bien l’opération, les attaques iraniennes similaires menées récemment contre la marine marchande et le fait qu’aucun groupe mandataire opérant dans la région ne dispose des ressources et des compétences nécessaires pour faire preuve d’un tel degré de sophistication.

Cette attaque n’est que la dernière d’une série d’attentats perpétrés par la république islamique d’Iran et ses mandataires contre les intérêts américains et alliés, et il convient de les appréhender dans le contexte de 40 années d’agression sans provocation contre des nations éprises de liberté. 

Le 22 avril, l’Iran a promis au monde qu’il interromprait les activités de transport de pétrole à travers le détroit d’Hormuz. Il met maintenant cette promesse à exécution. Au début du mois de mai, le corps des gardiens de la révolution a tenté de déployer secrètement des boutres modifiés capables de lancer des missiles.

Le 12 mai, l’Iran a attaqué quatre navires marchands à proximité du détroit d’Hormuz. 

Le 14 mai, des attaques de drones armés menées par des mandataires de l’Iran ont frappé deux oléoducs stratégiques en Arabie saoudite.

Le 19 mai, une roquette a atterri à proximité de l’ambassade des États-Unis à Bagdad. 

Le 31 mai, une voiture piégée a blessé quatre soldats américains, tués quatre civils afghans et a blessé des passants en Afghanistan. 

Hier, des mandataires iraniens ont lancé un missile sur l’Arabie saoudite, frappant le terminal des arrivées d’un aéroport international, et faisant 26 blessés.

Ensemble, ces attaques non provoquées représentent une menace évidente pour la paix et la sécurité internationales, une atteinte flagrante à la liberté de navigation et une campagne inacceptable d’escalade de la tension de la part de l’Iran.

Le premier ministre M. Abe a effectué un voyage historique en Iran pour demander au régime de désamorcer les tensions et d’entamer des pourparlers. Le guide suprême de l’Iran a rejeté les ouvertures diplomatiques du premier ministre M. Abe aujourd’hui en affirmant qu’il n’avait aucune réponse à donner au président Trump et qu’il ne répondrait pas. Le gouvernement du guide suprême a ensuite insulté le Japon en attaquant un pétrolier japonais juste à l’extérieur des eaux iraniennes, mettant ainsi en danger la vie de tout l’équipage, et suscitant une urgence maritime.

Le ministre des affaires étrangères iranien a réagi aujourd’hui à ces attaques. Il a dit narquoisement, je le cite : « Le mot suspicieux ne suffit pas à décrire ce qui semble avoir eu lieu ce matin », fin de citation. Le ministre des Affaires étrangères M. Zarif trouve peut-être cela drôle, mais il est bien le seul. L’Iran s’énerve parce que le régime veut la levée de notre campagne de pression maximale qui porte ses fruits. Aucune sanction économique ne justifie l’attaque de civils innocents, la perturbation des marchés mondiaux du pétrole et le chantage nucléaire par la république islamique. La communauté internationale condamne l’atteinte de l’Iran à la liberté de navigation et le ciblage de civils innocents. 

Aujourd’hui, j’ai demandé à notre ambassadeur auprès des Nations unies, Jonathan Cohen, de soulever la question des attaques de l’Iran lors de la réunion du Conseil de sécurité cet après-midi. Notre politique reste la même : mener des actions économiques et diplomatiques pour ramener l’Iran à la table des négociations au bon moment et encourager un accord global permettant de faire face à tout l’éventail de menaces – des menaces dont le monde entier a aujourd’hui conscience – à la paix et la sécurité.

L’Iran doit répondre à la diplomatie par la diplomatie et non la terreur, l’effusion de sang et l’extorsion. Les États-Unis défendront leurs forces et leurs intérêts et resteront solidaires de leurs partenaires et de leurs alliés pour protéger le commerce mondial et la stabilité régionale. Et nous appelons toutes les nations menacées par les actes de provocation de l’Iran à se joindre à nous dans cette entreprise.

Merci. 


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous