rss

Séance d’information avec Elliott Abrams, représentant spécial des États-Unis pour le Venezuela

English English, Português Português, Русский Русский, Español Español

Département d’État des États-Unis
Le 25 juin 2019

 

EXTRAITS

M. Abrams : Merci. Merci. Bonjour. Un certain nombre de commentaires à faire au sujet de la situation. Tout d’abord, le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme Michelle Bachelet s’est rendue à Caracas la semaine dernière. Il y a plus de 715 prisonniers politiques et prisonniers militaires détenus de manière arbitraire au Venezuela, et nous espérons que les représentants du Haut-Commissaire, actuellement au Venezuela, qui sont restés après son départ, visiteront les prisons les plus connues et rencontreront les prisonniers politiques. Et nous espérons que son rapport attendu le 5 juillet, révèlera les brutales vérités dont souffrent chaque jour les victimes du régime. Nous espérons que son rapport exigera des élections libres, comme tant de démocraties dans le monde l’ont fait, à titre d’élément central de la solution à la crise au Venezuela.

Un mot sur la situation humanitaire : plutôt que de prendre soin ou de se préoccuper des millions de citoyens pauvres, malades ou affamés, le régime de Maduro dépense des millions de dollars à des achats militaires. Nous avons appris récemment l’achat d’uniformes militaires pour une valeur de 38 millions de dollars. En mai, le Venezuela a signé un contrat de défense aérienne de 209 millions de dollars avec la Russie afin de réparer un système de défense aérienne, acheter neuf avions de combat Sukhoi et huit hélicoptères de transport. Le régime continue également d’accorder une aide extérieure à Cuba, lui fournissant du pétrole sans paiement en échange, à moins que le paiement soit l’appareil répressif de renseignement, constitué d’environ 2 500 Cubains, que Cuba stationne au Venezuela pour aider à maintenir le régime au pouvoir.

Hier, un avion militaire russe est arrivé à Caracas, lequel, selon les Russes, transportait des techniciens supplémentaires pour faire la révision de systèmes d’armement livrés antérieurement. Ce dont nous avons la certitude, c’est qu’il ne transportait aucune aide humanitaire. Et à l’heure actuelle, un navire hôpital, le USNS Comfort, se dirige vers les Caraïbes et l’Amérique du Sud et accostera dans plusieurs ports afin de prodiguer des soins médicaux aux réfugiés vénézuéliens et aux résidents locaux, tandis que la Russie envoie son navire de guerre le Gorshkov et davantage de techniciens militaires au Venezuela.

À l’intérieur du Venezuela, le régime de Maduro continue à saper les institutions démocratiques, à commettre des violations des droits de l’homme et à se livrer à une corruption endémique et extrêmement répandue. Le régime de Maduro poursuit sa destruction de l’économie. Même les responsables russes et chinois ont exprimé une certaine frustration face aux mauvaises décisions de Maduro. À l’évidence, Maduro est dans l’incapacité de résoudre les nombreuses crises frappant le Venezuela.

La seule institution démocratique à subsister au Venezuela est l’Assemblée nationale, mais 20 députés de cette assemblée sont privés désormais de leur immunité. Plus d’une douzaine d’entre eux ont été contraints à l’exil, deux ont été détenus de manière arbitraire. Le régime s’emploie de manière méthodique à la destruction du parlement vénézuélien élu démocratiquement. Par conséquent, nous demandons aux pays du Groupe de Lima, le Groupe de contact international, les membres de l’Union européenne, et en fait à toutes les démocraties, de soutenir l’Assemblée nationale et de dénoncer les persécutions systématiques du régime.

C’est l’une des raisons pour laquelle la notion stipulant que Maduro devrait rester président pour assurer le déroulement d’élections libres et la transition vers la démocratie est risible. Ces attaques contre la seule institution démocratique restante au Venezuela sont une preuve de plus qu’on ne peut pas faire confiance au régime Maduro pour organiser des élections libres et équitables.    

Le président par intérim Juan Guaido continue à se déplacer dans le pays, distribuant l’aide alimentaire, organisant des centres de soins de santé et diffusant un message important précisant qu’il cherche une transition pacifique et démocratique. Les forces de sécurité de Maduro oppressent les Vénézuéliens qui demandent un avenir meilleur et censurent les communications concernant Guaido. Pour autant, elles n’ont pas pu supprimer les rallyes quand le président par intérim Guaido voyage à travers le pays. Les rassemblements ont été vastes et impressionnants, y compris, très récemment par exemple dans des villes comme Barinas, le lieu de naissance d’Hugo Chavez, des villes qui étaient autrefois des bastions de Chavez. Nous soutenons les actions du président par intérim Guaido. L’obstacle à une résolution pacifique continue à être le refus de Maduro de se retirer.

Merci. 


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous