rss

L’administrateur de l’USAID Mark Green et la conseillère du président Ivanka Trump annoncent de nouveaux projets et partenariats dans le cadre de l’Initiative pour le développement et la prospérité des femmes dans le monde (W-GDP)

English English

USAID, Agence des États-Unis pour le développement international
Bureau des relations avec la presse
Le 10 juillet 2019

Communiqué de presse

 

L’administrateur de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), Mark Green, et la conseillère du président, Ivanka Trump, ont annoncé aujourd’hui 14 nouveaux projets avec plus de 200 partenaires des secteurs public et privé dans 22 pays en soutien de l’Initiative pour le développement et la prospérité des femmes dans le monde (W-GDP). Ces partenariats, incluant des donateurs bilatéraux et multilatéraux, des organisations non-gouvernementales, des universités, des gouvernements étrangers et le secteur privé permettront à l’Initiative W-GDP de toucher plus de 100 000 femmes dans les prochaines années en soutien de ses trois piliers : les femmes prospèrent sur le marché du travail, les femmes réussissent en tant qu’entrepreneures et les femmes sont autonomisées dans l’économie. L’annonce a eu lieu devant des centaines de partenaires et de bénéficiaires lors d’un événement organisé en collaboration avec la Coalisation pour le leadership mondial des États-Unis (Global Leadership Coalition). 

L’administrateur Green a fait remarquer que « nous savons qu’investir dans les femmes permet de construire des pays résilients et autosuffisants. L’Initiative pour le développement et la prospérité des femmes dans le monde accélérera la réalisation de ces objectifs en tirant parti des ressources collectives et de l’expertise du gouvernement des Etats-Unis afin de libérer le potentiel économique des femmes à travers le monde ». La conseillère Mme Trump a déclaré que « nous sommes enchantés de la réponse enthousiaste depuis le lancement de W-GDP. Grâce à nos trois piliers essentiels stipulant que les femmes prospèrent sur le marché du travail, réussissent en tant qu’entrepreneures et font avancer l’égalité économique devant la loi, nous nous engageons à fournir des résultats réels créant un changement transformationnel pour les femmes dans les pays en développement ». »    

L’USAID gère le fonds central de W-GDP, établi par la circulaire présidentielle 16 sur la sécurité nationale, et a mis de côté 27 millions de dollars destinés à un financement incitatif concernant les projets suivants :

  • Bénin. Un micro-voyage vers l’autosuffisance : Réintégration économique pour les victimes de violence basée sur le genre ; réintégrer au moins 170 femmes victimes de violence sexiste dans l’économie en augmentant les possibilités d’emploi et d’entrepreneuriat. 
  • Brésil, Chili, Colombie, Mexique et Pérou. Les femmes prospèrent dans le domaine technologique : Travailler avec des entreprises de technologies de l’information et de la communication afin d’équiper 8 700 femmes avec les compétences nécessaires pour le placement et la promotion dans des emplois du secteur des technologies.  
  • Côte d’Ivoire. Formation professionnelle Pro-Jeunes pour les femmes dans le domaine de l’énergie : Fournir une formation professionnelle et un soutien à 750 jeunes femmes ayant terminé le cycle secondaire en matière de ventes, d’installations et de services concernant l’énergie solaire, en tant qu’entrepreneures et employées pour les micro-réseaux alimentés par l’énergie solaire.    
  • Éthiopie, Liberia, Mozambique, Tanzanie et Zambie. Droits fonciers pour l’autonomisation économique des femmes : Assurer les droits fonciers des femmes en revoyant les lois et les réglementations afin d’améliorer la capacité de millions de femmes à être propriétaires, à hériter ou à utiliser les terres dans l’ensemble de l’Afrique.  
  • Géorgie. Soutenir les compétences d’entreprenariat (YES-Georgia) : Fournir une assistance technique ciblée à 2 500 femmes entrepreneures et employées afin d’accroître leurs revenus et de faciliter l’accès des femmes entrepreneures à du financement.
  • Ghana. L’alliance pour le développement mondial de l’USAID avec Alaffia Alliance : Établir de nouvelles opérations de traitement au Ghana afin de créer des possibilités d’emploi pour 9 500 femmes au Ghana et établir un lien avec les marchés aux États-Unis.  
  • Inde. Entreprises de femmes productrices et propriétaires : Créer 28 entreprises appartenant à des femmes dans le secteur manufacturier créatif qui mettront 6 800 productrices en contact avec des chaînes d’approvisionnement commercial en matière de produits naturels et biodégradables.  
  • Indonésie. Jadi Pendusaha Mandiri (JAPRI) – Devenir une entrepreneuse indépendante : Créer 2 000 entreprises enregistrées appartenant à des femmes et soutenir la croissance des revenus pour 5 000 femmes dans les chaînes d’approvisionnement avicole.
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée. Autonomisation économique des femmes : Soutenir la croissance de 40 entreprises dirigées par des femmes tout en réformant les lois et les pratiques d’affaires discriminatoires qui affectent 50 000 femmes en Papouasie-Nouvelle-Guinée.  
  • Philippines. Le chemin vers l’autosuffisance grâce à l’autonomisation économique des femmes : Œuvrer avec le secteur privé afin d’accroître les revenus de 3 800 femmes entrepreneurs et 12 000 ménages, et aider les gouvernements locaux à aplanir les obstacles qui empêchent la participation pleine et entière des femmes à l’économie.
  • Rwanda. Les femmes dans l’énergie rwandaise (WIRE) : Habiliter 1 400 femmes à pénétrer dans le secteur de l’énergie en plein essor, tout en œuvrant avec le gouvernement rwandais et le secteur privé pour faire entrer encore plus de femmes dans un domaine traditionnellement dominé par les hommes.
  • Sénégal. Promotion de l’entreprenariat des femmes et activité d’investissement commercial : Œuvrer avec le Corps de la paix (Peace Corps) et le secteur privé pour créer 1 500 nouveaux emplois pour les femmes dans l’agro-industrie et équiper 20 000 femmes avec les compétences nécessaires pour accroître leurs revenus.
  • Afrique du Sud. Les femmes habilitant les femmes : Créer un écosystème d’autonomisation économique des femmes en établissant 1 000 garderies d’enfants appartenant à des femmes, qui créeront des emplois pour des milliers de femmes supplémentaires, tout en réduisant la charge des activités de soins non rémunérées pour les femmes en milieu de travail.
  • Afrique de l’Ouest. Autonomisation économique des femmes dans le Hub d’échange et d’investissement de l’Afrique de l’Ouest (WATIH) : Veiller à ce que l’agro-industrie appartenant et gérée par des femmes ghanéennes dispose d’un plus grand accès aux marchés pour le commerce et les investissements.  

Les projets sélectionnés ouvriront la porte à des emplois et des entreprenariats, et donneront accès à des financements et à une assistance personnalisée destinés aux femmes dans les affaires. Qui plus est, les projets ont été conçus avec soin dans le but de cibler les contraintes existant dans les lois, les pratiques des employeurs et les normes restrictives afin d’améliorer l’environnement favorable aux femmes employées, propriétaires d’entreprise et entrepreneures pour des décennies à venir. Les projets récompensés ont été sélectionnés en se basant sur un processus d’examens inter-institutions ayant inclus 50 points de contact différents qui ont examiné, évalué et classé chaque proposition soumise. L’USAID se réjouit de travailler avec le Congrès de manière bipartisane sur ces importantes initiatives.

Pour plus d’informations :

Initiative pour le développement et la prospérité des femmes dans le monde (Women’s Global Development and Prosperity Initiative ou W-GDP)


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous