rss

Déclaration sur l’Iran Lors de la conférence ministérielle pour l’avancement de la liberté de religion

English English, العربية العربية, Español Español, Português Português, Русский Русский, हिन्दी हिन्दी, اردو اردو

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Pour diffusion immédiate
Le 19 juillet 2019

 

À titre de représentants de la communauté internationale attachés à la liberté fondamentale de religion ou de croyance et à sa protection, nous nous opposons fermement aux atteintes à la liberté de religion et aux violations graves de celle-ci commises par le gouvernement iranien.


En Iran, le blasphème, l’apostasie de l’islam et le prosélytisme des musulmans sont des crimes passibles de la peine de mort. De nombreux Iraniens croupissent dans les prisons, en particulier le Grand pénitencier de Téhéran et la prison d’Evin, simplement pour avoir exercé leur liberté fondamentale de culte, de pratique et d’enseignement de leur foi.

Les minorités religieuses non reconnues, en particulier les bahaïs et les convertis au christianisme, sont particulièrement vulnérables à la discrimination, au harcèlement et à l’incarcération arbitraire. Le gouvernement iranien a régulièrement recours à une rhétorique hostile aux bahaïs, ferme leurs entreprises et leur refuse l’accès à l’éducation. Des dizaines de Bahaïs sont toujours détenus en Iran sur la base d’accusations infondées. Les services de sécurité effectuent régulièrement des descentes dans les églises à domicile et interrogent des fidèles. Le juge Mashallah Ahmadzadeh et d’autres juges de tribunaux révolutionnaires ont prononcé de lourdes peines de prison à l’encontre de membres de minorités religieuses, notamment les pasteurs chrétiens Youcef Nadarkhani et Victor Bet-Tamraz, sur la base d’accusations montées de toutes pièces liées à leurs activités religieuses pacifiques. L’année dernière, le gouvernement iranien a condamné plus de 200 soufis Gonabadi à de longues peines de prison et à d’autres châtiments sévères à la suite de leur répression par les forces de sécurité pour avoir manifesté pacifiquement contre la détention d’un des leurs.

Nous appelons le gouvernement iranien à libérer tous les prisonniers d’opinion et à procéder au retrait de toutes les accusations contraires au droit universel de liberté de religion. Nous exhortons l’Iran au respect des garanties de procès équitable, conformément à ses obligations en matière de droits de l’homme, et à faire en sorte que tous les détenus aient accès à des soins de santé. Nous sommes solidaires des Iraniens de toutes confessions et espérons qu’ils seront bientôt libres de suivre leur conscience en paix.

Co-Signataires : Ukraine, Kosovo, Îles Marshall, Émirats arabes unis, États-Unis d’Amérique


Voir le contenu d'origine: https://www.state.gov/statement-on-iran/
Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous