rss

Les États-Unis sanctionnent des responsables de l’agence de contre-espionnage militaire du Venezuela au service de Maduro

Português Português, English English, Español Español, Русский Русский

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate
Le 19 juillet 2019

 

Le 19 juillet, les États-Unis ont sanctionné quatre responsables de la Direction générale du contre-espionnage militaire sous les ordres de Maduro, connue sous le nom de DGCIM, en vertu du décret présidentiel 13692, tel qu’amendé, en raison de leur appartenance actuelle ou préalable aux cadres du régime de Maduro. Il s’agit du général de division Rafael Ramon Blanco Marrero, du colonel Hannover Esteban Guerrero Mijare, du major Alexander Enrique Granko Arteaga et du colonel Rafael Antonio Franco Quintero.

Nicolas Maduro et ses collaborateurs continuent à participer à des violations des droits de l’homme et à promouvoir les auteurs de ces violations, malgré les conclusions et les recommandations du rapport du 5 juillet du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH). Par exemple, Blanco a été promu au rang de général de division six jours seulement après la torture et la mort présumées du capitaine Acosta de la marine vénézuélienne, aux mains des forces de sécurité de Maduro.

Comme le HCDH dans son rapport, Human Rights Watch et l’ONG Foro Penal ont signalé en janvier le recours à l’asphyxie, aux décharges électriques, à la privation de nourriture et à des menaces de mort à l’encontre de soldats accusés de complots contre Maduro. Il a également été signalé la semaine dernière que dix femmes incarcérées sous la garde de la DGCIM avaient été sorties de leur cellule et transférées dans un lieu inconnu. On ignore toujours où elles se trouvent.

Pendant ce temps, selon Foro Penal, 107 officiers militaires font partie des prisonniers politiques de l’ancien régime de Maduro.

Les Vénézuéliens méritent un gouvernement qui honore et respecte ses forces militaires et de sécurité et leur permet de respecter la constitution.

Les États-Unis soutiendront le président par intérim Juan Guaido et l’Assemblée nationale jusqu’à la libération totale du peuple du Venezuela de la répression et jusqu’au rétablissement de la démocratie.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous