rss

Attaque contre des civils dans la ville de Maarat Al Numan, dans la province d’Idleb

العربية العربية, English English, Русский Русский

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Communiqué de presse
Le 23 juillet 2019

 

Les États-Unis condamnent les frappes aériennes qui ont eu lieu hier dans la ville de Maarat Al Numan, dans le sud de la province d’Idleb. Ces frappes aériennes ont atteint des maisons de civils et le marché de la ville, causant la mort de plus de 35 hommes, femmes et enfants innocents et ne laissant que des décombres. Depuis près de trois mois, les frappes aériennes menées par la Russie et Bashar El-Assad se poursuivent sans relâche dans le nord-ouest de la Syrie, déstabilisant davantage la région, provoquant le déplacement d’au moins 330 000 civils, aggravant une situation humanitaire déjà catastrophique et tuant ou blessant des centaines de civils, dont beaucoup sont des enfants. Ces attaques répétées prouvent que le régime d’El-Assad et ses alliés continuent de croire et de rechercher une solution militaire à ce conflit. Ces frappes sont un acte de désespoir.

Ces attaques de la Russie et du régime d’El-Assad continuent de frapper délibérément des infrastructures civiles, ce qui constitue une violation flagrante du droit international, et atteignent des établissements médicaux dont les coordonnées ont été partagées avec l’ONU, dans le but de protéger les civils. Les attaques de la Russie et du régime d’El-Assad continuent également de tuer et de mutiler des travailleurs humanitaires tels que des ambulanciers, des travailleurs sanitaires et des volontaires des Casques blancs. Deux volontaires des Casques blancs ont récemment été tués alors qu’ils tentaient de sauver des victimes lors de frappes aériennes. Les attaques de la Russie et du régime ont également détruit au moins huit installations de distribution d’eau dans le sud de la province d’Idleb au cours des deux derniers mois, dont trois sont soutenues par l’ONU. Ces installations, selon l’ONU, fournissent de l’eau potable à près de 250 000 personnes dans la région.

Ces attaques menacent le processus politique. Nous appelons la Russie et le régime de Bashar El-Assad à revenir à un cessez-le-feu dans la région et à permettre un accès sans entrave pour faire face à la catastrophe humanitaire provoquée par les frappes aériennes, conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous