rss

Les États-Unis demeurent déterminés à soutenir le peuple du Venezuela

Русский Русский, English English, Português Português, Español Español

USAID, Agence des États-Unis pour le développement international
Bureau des relations avec la presse
Le 5 août 2019
Fiche d’information

 

UNE DÉTÉRIORATION INCONTRÔLABLE DE LA CRISE HUMANITAIRE : Alors que l’ancien régime illégitime de Maduro continue de nier l’ampleur de la crise – ainsi que son rôle dans son origine – des organisations internationales indépendantes font état de situations aussi graves qu’indéniables au Venezuela.

  • Le Rapport de juillet 2019 des Nations unies sur les droits de l’homme confirme que Nicolás Maduro et ses acolytes se rendent coupables de violations flagrantes des droits humains du peuple vénézuélien et le privent de ses droits fondamentaux, ainsi que de l’accès à la nourriture et à la santé.
  • Près de 90 pour cent des hôpitaux du Venezuela ont fait état de pénuries de médicaments et d’un manque de fiabilité de l’approvisionnement en eau dans le cadre de l’enquête de 2019 sur les hôpitaux nationaux, selon laquelle plus de 1500 personnes sont mortes entre novembre 2018 et février 2019 en raison de pénuries de fournitures dans les hôpitaux.
  • En juin 2019, l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a signalé que des épidémies de maladies infectieuses –dont la propagation avait parfois été endiguée, telles que la diphtérie, la rougeole et le paludisme – se propagent rapidement dans tout le Venezuela. Selon l’OPS, environ 177 000 cas de paludisme ont été signalés au Venezuela du 1er janvier au 25 mai 2019, soit une augmentation de 10 % par rapport à la même période en 2018.
  • Cette crise sanitaire croissante ne se limite pas aux frontières du Venezuela. En 2019, l’OPS a enregistré plus de 1 700 cas de rougeole dans la région et continue de signaler de nouveaux cas dans les pays voisins. Entre le 17 mai et le 18 juin 2019, l’OPS a enregistré près de 130 cas de rougeole au Venezuela, environ 50 au Brésil et 20 en Colombie.
  • La situation en termes de sécurité alimentaire au Venezuela est tout aussi catastrophique. Le rapport 2019 sur la situation de la sécurité alimentaire et de la nutrition de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture signalait qu’un Vénézuélien sur cinq était sous-alimenté en 2018, soit plus de quatre fois plus qu’en 2014.
  • En avril 2019, la Johns Hopkins School of Public Health et Human Rights Watch signalaient tous les deux que « la faim, la malnutrition et de graves pénuries alimentaires sont généralisées » dans tout le Venezuela, et faisaient observer sans équivoque en conclusion : « Les autorités vénézuéliennes sous la présidence de Nicolás Maduro se sont révélées incapables de mettre fin à la crise et l’ont en fait exacerbée par leurs efforts pour réprimer les informations sur l’ampleur et l’urgence des problèmes. »
  • Les Vénézuéliens continuent de fuir en très grand nombre la crise provoquée par le régime dans leur pays et arrivent dans les pays voisins dans une situation de vulnérabilité croissante. En juin 2019, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés a signalé que plus de quatre millions de Vénézuéliens avaient fui leur pays au cours des dernières années, dont un million depuis novembre 2018 seulement, ce qui en fait l’une des populations déplacées les plus importantes du monde.

EFFONDREMENT DE L’INFRASTRUCTURE ALORS QUE LE RÉGIME CORROMPU ET NÉGLIGENT DE MADURO EXPLOITE LA CRISE : La corruption et la mauvaise gestion du régime de Maduro ont conduit à la destruction des services sociaux vénézuéliens et à l’effondrement de l’infrastructure publique, contribuant ainsi à l’aggravation de la crise humanitaire.

  • En juillet, le Venezuela a connu une troisième panne d’électricité à l’échelle nationale depuis mars 2019, causée par des années de sous-investissement et de négligence du réseau électrique du pays. Ces pannes d’électricité incessantes immobilisent les communautés déjà en difficulté, font obstacle à la capacité des quelques hôpitaux encore en activité à dispenser des soins médicaux de base, et compromettent davantage l’approvisionnement alimentaire du pays, ainsi que la sécurité et le bien-être de la population du Venezuela.
  • Alors que le peuple du Venezuela souffre, Maduro et ses acolytes ont fait en sorte de tirer personnellement profit de cette crise. Pour ne citer qu’un exemple, le président Nicolás Maduro et son régime ont orchestré un vaste réseau de corruption qui leur a permis de détourner des centaines de millions de dollars destinés à un programme de distribution de denrées alimentaires dont dépendent de nombreux Vénézuéliens pour nourrir leur famille.
  • Pourtant, alors même que l’on meurt dans les hôpitaux faute de médicaments et que les familles de tout le Venezuela manquent d’eau, d’électricité et de nourriture, le régime illégitime de Maduro continue de nier l’ampleur de la crise et fait ainsi obstacle à la capacité de la communauté humanitaire à fonctionner de manière indépendante à l’échelle nécessaire pour répondre aux énormes besoins créés par cette crise anthropique.

SOUTIEN À UNE RÉPONSE RÉGIONALE À CETTE CRISE : Les États-Unis soutiennent leurs partenaires du continent dans le cadre de la réponse aux besoins des Vénézuéliens qui ont fui dans la région et se tiennent prêts à fournir une assistance au Venezuela.

  • Le président par intérim Juan Guaidó et l’Assemblée nationale du Venezuela ont souligné la nécessité d’une aide humanitaire internationale immédiate. En réponse, les États-Unis se tiennent à disposition pour aider des organisations humanitaires indépendantes et impartiales à apporter une assistance sur tout le territoire vénézuélien, dans la mesure permise par les conditions et en fonction des possibilités d’accès sans danger aux personnes qui en ont besoin.
  • Les États-Unis continuent également à participer à la réponse à la crise vénézuélienne en Amérique latine et dans les Caraïbes. Depuis l’année fiscale 2017, les États-Unis ont fourni plus de 256 millions de dollars, dont plus de 213 millions de dollars sous la forme d’aide humanitaire et environ 43 millions de dollars en aide économique et au développement. Cette aide est destinée aux centaines de milliers de personnes touchées par cette crise qui en ont un besoin urgent, et permet simultanément de renforcer les capacités d’accueil à long terme de Vénézuéliens par les pays voisins.
  • Les États-Unis fournissent assistance humanitaire et soutien aux Vénézuéliens vulnérables de 16 pays de la région. En particulier, les États-Unis contribuent au financement d’agences des Nations unies et d’organisations non gouvernementales afin d’apporter une assistance immédiate et vitale, par exemple sous forme de nourriture, de soins de santé, de protection et de logement, aux Vénézuéliens et aux communautés qui les accueillent si généreusement.
  • Parallèlement à l’accroissement de l’aide humanitaire, les États-Unis s’emploient également à renforcer la capacité à long terme des pays touchés à faire face à l’afflux de Vénézuéliens, grâce à des financements économiques et de développement visant à renforcer et développer les services sociaux, dispenser une assistance technique aux autorités nationales en matière de migration, et créer de nouvelles opportunités économiques au sein des communautés qui accueillent des Vénézuéliens.
  • Après une transition démocratique qui ouvrira la voie à un gouvernement disposé à accepter l’aide internationale nécessaire pour faire face à cette crise, l’Agence américaine pour le développement international est prête à déployer ses moyens à tout moment pour commencer à fournir immédiatement de la nourriture et des soins médicaux, ainsi que d’autres formes d’aide vitale, à ceux qui souffrent au Venezuela.

Les États-Unis sont également prêts à aider les Vénézuéliens à reconstruire leur pays après la dévastation de la crise provoquée par Maduro. Outre une aide à l’organisation d’élections libres et équitables, les États-Unis sont prêts à contribuer au redressement à long terme de secteurs entiers de la société vénézuélienne, notamment la santé, l’agriculture, l’énergie et les institutions économiques et démocratiques.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous