rss

Une semaine de politique à l’égard de l’Iran, 2-6 septembre

English English

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Fiche d’information
Le 6 septembre 2019

 

« Il est important de garder en tête la vision d’ensemble. Les sanctions contre l’Iran sont conçues pour priver le régime de fonds servant à financer ses opérations à l’étranger et le ramener à la table des négociations afin d’aboutir à un nouvel accord plus complet. »

– M. Hook, représentant spécial pour l’Iran et conseiller principal, lors d’un point d’information le 4 septembre

SANCTIONS CONTRE LE VASTE RÉSEAU DE TRANSPORT MARITIME DE PÉTROLE IRGC-QF

« La pression maximale continue. Aujourd’hui, ce sont des sanctions sur le réseau de transport maritime IRGC-QF. Le régime iranien finance un meurtrier, M. Assad, ainsi que des sbires terroristes comme le Hezbollah, à travers la vente illicite de pétrole. Nous continuerons à priver l’Iran des ressources dont le pays a besoin pour déstabiliser le Moyen-Orient. »

– Mike Pompeo, secrétaire d’État, Twitter, le 4 septembre

  • Le 30 août, le département du Trésor a pris des mesures contre l’Adrian Darya 1 et désigné son capitaine, Kumar Akhilesh, pour agissements en faveur ou au nom de la force Al-Qods du corps des Gardiens de la révolution islamique (IRGC-QF), un réseau de transport maritime considéré comme organisation terroriste mondiale expressément désignée (SDGT) par le décret présidentiel 13224. Depuis la libération du navire à la mi-août après son immobilisation à Gibraltar, Kumar Akhilesh a endossé le rôle de capitaine. Il est maintenant considéré comme une personne désignée et en subira les lourdes conséquences.
  • Le 4 septembre, les États-Unis ont désigné 16 entités et 10 personnes et identifié 11 navires impliqués dans un vaste réseau de transport maritime permettant au corps des Gardiens de la révolution islamique, une organisation terroriste étrangère désignée, la vente illicite de pétrole au bénéfice du régime brutal de M. Assad, du Hezbollah et d’autres acteurs terroristes.
  • Les personnes et entités sanctionnées se verront refuser l’accès au système financier américain et seront listées en tant que terroristes mondiaux expressément désignés. De plus, tous leurs éventuels avoirs aux États-Unis seront gelés. Toute personne non-américaine fournissant des biens ou services en quantités considérables ou apportant un soutien aux personnes et entités désignées aujourd’hui peut elle-même être sujette aux conséquences des sanctions.
  • Ces désignations soulignent les tactiques de tromperie utilisées par le régime iranien pour vendre son pétrole. La communauté maritime doit faire preuve de diligence afin de s’assurer qu’elle ne finance pas le terrorisme soutenu par l’Iran. Les États-Unis continueront à travailler avec leurs alliés pour priver l’Iran des ressources que le pays utilise pour financer des sbires terroristes et déstabiliser le Moyen-Orient.

LES ÉTATS-UNIS IMPOSENT DE NOUVELLES SANCTIONS ET DÉSIGNATIONS AU PROGRAMME SPATIAL IRANIEN

« Pour la première fois, les États-Unis ont sanctionné l’Agence spatiale iranienne civile, car elle développe la même technologie de lancement d’engins dans l’espace que celle utilisée pour les missiles balistiques. Nous demandons à nos alliés de se joindre à nous pour dissuader le premier sponsor mondial du terrorisme de développer son programme de missiles balistiques. »

– Mike Pompeo, secrétaire d’État, Twitter, le 3 septembre

  • Le 3 septembre, le département d’État a désigné l’Agence spatiale iranienne et deux de ses instituts de recherche, à travers le décret présidentiel 13382, pour activités posant un risque de prolifération. Ceci est la première fois que les États-Unis désignent l’Agence spatiale iranienne civile pour activités susceptibles de développer son programme de missiles balistiques.
  • Les États-Unis ne permettront pas à l’Iran d’utiliser son programme spatial comme couverture pour développer son programme de missiles balistiques. La tentative de lancement d’engin dans l’espace du 29 août par l’Iran souligne l’urgence de la menace. Les désignations devraient servir d’avertissement à la communauté scientifique internationale : une collaboration avec le programme spatial iranien pourrait contribuer à la capacité de Téhéran à développer des missiles balistiques.
  • Veuillez consulter le communiqué de presse et la fiche d’information pour plus de détails.

UNE RÉCOMPENSE OFFERTE POUR DES INFORMATIONS SUR LES MÉCANISMES DE FINANCEMENT DU CORPS DES GARDIENS DE LA RÉVOLUTION ISLAMIQUE ET SES FILIALES, DONT L’IRGC-QF

« Le programme @Rewards4Justice du département d’État (@StateDept) offre jusqu’à 15 millions de dollars de récompense pour toute information susceptible de perturber les mécanismes de financement de l’IRGC iranien. C’est la première fois que les États-Unis prennent de telles mesures contre une autre entité gouvernementale sur la base d’activités terroristes. »

– Mike Pompeo, secrétaire d’État, Twitter, le 5 septembre

  • Brian Hook, représentant spécial pour l’Iran et conseiller principal au secrétaire d’État, a annoncé jusqu’à 15 millions de dollars de récompense à travers le programme Rewards for Justice (RFJ) du département d’État pour toute information susceptible de mener à la perturbation des mécanismes de financement du corps des Gardiens de la révolution islamique (IRGC) et de ses filiales, dont la force Al-Qods de l’IRGC (IRGC-QF). Cela inclut la recherche d’informations sur les ventes illicites de pétrole de l’IRGC, y compris à travers des pétroliers comme l’Adrian Darya.
  • Plus d’informations sur cette récompense sont disponibles sur le site de Rewards for Justice, rewardsforjustice.net. Nous encourageons toute personne détenant des informations sur les mécanismes financiers de l’IRGC à contacter RFJ sur leur site Web, à envoyer un e-mail à [email protected] ou à se rapprocher du responsable du bureau Régional de sécurité à l’ambassade ou au consulat le plus proche. Toutes les informations resteront strictement confidentielles.
  • Veuillez consulter le communiqué de presse et les allocutions de Brian Hook, représentant spécial pour l’Iran, pour plus d’informations.

L’IRAN ANNONCE LA REPRISE DE LA RECHERCHE ET DU DÉVELOPPEMENT SUR LES CENTRIFUGEUSES AVANCÉES

« L’Iran a annoncé son intention de violer toutes les limites de la recherche et du développement nucléaires. Le fait que l’Iran possède encore une capacité colossale d’enrichissement d’uranium révèle une faiblesse majeure de l’accord sur le nucléaire iranien. »

– Mike Pompeo, secrétaire d’État, Twitter, le 6 septembre

  • L’annonce de l’Iran que le pays ne respectera plus les limites de recherche et de développement auxquelles il s’était engagé dans le cadre du JCPOA et passera, au contraire, aux prochaines étapes dans la recherche et le développement de centrifugeuses avancées, n’est que la dernière d’une série de tentatives claires pour créer un effet de levier dans les négociations et ainsi extorquer la communauté internationale.
  • L’Iran n’a d’autre raison de développer ses activités posant un risque de prolifération que de pratiquer la stratégie de la corde raide avec la communauté internationale. Ces tactiques ne fonctionneront pas.
  • Nous avons été clairs sur le fait que l’isolement politique et économique du régime ne fera qu’accroître si celui-ci continue à prendre des mesures susceptibles d’augmenter les préoccupations concernant son programme nucléaire.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous