rss

Proclamation présidentielle à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida 2019

English English

La Maison-Blanche
Le 27 novembre 2019

 

Notre nation s’unit, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, pour manifester son soutien aux personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA). Nous prenons également le temps de nous souvenir solennellement de celles et ceux qui, dans le monde entier, ont perdu la vie à cause de maladies liées au VIH et au sida. Alors que nous pleurons encore ces pertes humaines tragiques, nous reconnaissons les progrès remarquables réalisés en matière de soins médicaux, de traitement, d’acceptation et de compréhension du virus. Bien que des progrès admirables aient été réalisés, ils ne suffisent toujours pas et nous devons continuer à œuvrer pour la mise en place d’un vaccin et d’un traitement curatif. Aujourd’hui, nous réaffirmons notre volonté de contrôler cette maladie devenue une véritable menace pour la santé publique et de mettre fin à ses effets dévastateurs sur les familles et les communautés du monde entier.

Environ 1,1 million de personnes aux États-Unis ainsi que 38 millions de personnes dans le monde vivent avec le VIH. Bien que nous ayons fait d’énormes progrès grâce à l’ingéniosité et à l’innovation des États-Unis dans la lutte contre le VIH/sida depuis plus de trois décennies, les infections persistent malheureusement. Pourtant, grâce à la disponibilité d’un traitement antirétroviral, le VIH est maintenant considéré comme une maladie chronique gérable plutôt qu’un diagnostic mortel. De nouvelles techniques de laboratoire et épidémiologiques nous permettent d’identifier les endroits où les infections à VIH se propagent le plus rapidement, afin que les représentants officiels de la santé puissent réagir avec les ressources permettant de faire cesser la propagation de nouvelles infections. La mise en place de nouveaux dispositifs ayant fait leurs preuves, notamment la prophylaxie pré-exposition (PrEP) et les programmes d’échanges de seringues, aident à prévenir de nouvelles transmissions du VIH. Néanmoins, une combinaison d’approches de prévention et de traitement est toujours nécessaire pour intégrer et mettre en œuvre nos outils biomédicaux et socio-comportementaux les plus efficaces. En outre, des efforts accrus sont nécessaires pour atteindre les populations touchées par le VIH de manière disproportionnée.

Pour que notre réponse à la crise du VIH/sida puisse être encore plus forte et déterminée, mon administration a lancé une initiative sans précédent, intitulée « Mettre fin à l’épidémie de VIH : un plan pour l’Amérique », visant à réduire d’au moins 90% les nouvelles infections à VIH aux États-Unis d’ici 10 ans, en mettant l’accent sur le diagnostic, le traitement, la prévention et nos interventions en termes de santé publique. Dans le cadre de cette initiative, nous continuerons d’être les chefs de file en appliquant les connaissances scientifiques les plus récentes afin de mieux diagnostiquer, traiter, soigner et sauver les vies des personnes vivant avec le VIH, en nous concentrant sur les villes et les états les plus touchés par la maladie. Le département de la Santé et des Affaires sociales coordonne cette initiative inter institutions afin d’inclure les efforts des centres de contrôle et de prévention des maladies, des instituts nationaux de santé, de l’administration des ressources et des services de santé et du service de santé indien afin de nous rapprocher plus que jamais de la fin de l’épidémie de VIH.

Le leadership américain dans la lutte mondiale contre le VIH/sida est clair et plus fort que jamais grâce au plan d’urgence du président pour la lutte contre le sida (PEPFAR). Les États-Unis ont investi plus de 85 milliards de dollars dans la lutte mondiale contre le VIH/sida, le plus important engagement pris par un pays pour lutter contre une seule et même maladie. Sous la supervision du département d’État, le PEPFAR peut aujourd’hui sauver des vies dans plus de 50 pays grâce à son engagement indéfectible envers le programme et à la compassion et à la générosité du peuple américain. Ces efforts ont permis de sauver plus de 18 millions de vies, d’empêcher des millions de nouvelles infections à VIH et de faire évoluer la pandémie du VIH/sida de la crise vers le contrôle, communauté par communauté. Plusieurs pays soutenus par le PEPFAR ont atteint voire dépassé leurs objectifs en matière de lutte contre l’épidémie de VIH/sida, leur permettant d’atteindre cette étape importante d’ici 2020. Pour des millions d’hommes, de femmes et d’enfants du monde entier, le PEPFAR a remplacé la mort et le désespoir par une vie dynamique et un espoir enfin retrouvé.

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, il nous est rappelé qu’aucun défi ne peut vaincre l’esprit américain inflexible. En tant que nation, nous devons unir nos efforts pour éliminer la stigmatisation qui entoure le VIH et lutter contre les disparités auxquelles sont confrontées les personnes atteintes par cette maladie. Notre succès dépend de la collaboration de notre gouvernement à tous les niveaux, ici aux États-Unis et dans le monde, de l’interaction communautaire et de la sensibilisation des personnes vivant avec le VIH et des populations à risque, ainsi que de la citoyenneté motivée par la compassion pour la souffrance de l’humanité et l’espoir pour l’avenir. Ensemble, nous continuerons de progresser dans nos efforts pour trouver un traitement curatif contre le VIH/sida, afin de veiller à ce que tous les américains mènent une vie plus saine et plus heureuse.

PAR CONSÉQUENT, je soussigné, DONALD J. TRUMP, président des États-Unis d’Amérique, en vertu de l’autorité dont je suis investi par la Constitution et les lois des États-Unis, proclame par la présente le 1er décembre 2019 journée mondiale de lutte contre le sida. J’exhorte les gouverneurs des États et du Commonwealth de Porto Rico, ainsi que les responsables des autres territoires soumis à la juridiction des États-Unis et tous les américains, à se joindre à moi pour des activités appropriées en souvenir de celles et ceux qui ont perdu la vie à cause du sida et au soutien et à la compassion envers les personnes vivant avec le VIH.

EN FOI DE QUOI, j’ai apposé ma signature aux présentes en ce vingt-septième jour de novembre de l’année de notre Seigneur deux mille dix-neuf et de la deux cent quarante-quatrième année de l’indépendance des États-Unis d’Amérique.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous