rss

À propos de la réunion du comité constitutionnel syrien à Genève

العربية العربية, English English, Русский Русский

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Le 30 novembre 2019

Déclaration de Morgan Ortagus, porte-parole
à propos de la réunion du comité constitutionnel syrien à Genève

 

Les États-Unis continuent de soutenir le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres et l’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, alors qu’ils tentent de faciliter le travail du Comité constitutionnel de la Syrie. Au cours de la semaine qui vient de s’écouler, les comités de rédaction ont tenu une deuxième série de réunions dont le but était de faire avancer le processus de rédaction d’une constitution qui reflète la volonté de l’entièreté du peuple syrien. 

La délégation du régime Assad s’est rendue à la deuxième série de réunions en demandant que des conditions préalables soient satisfaites avant qu’elle ne soit disposée à se joindre à la réunion pour discuter de ces principes constitutionnels. Les conditions préalables demandées par le régime d’Assad enfreignent clairement les règles de procédures du comité constitutionnel et constituent une tentative flagrante de retarder d’importants travaux soutenus par le groupe restreint et le groupe d’Astana.

Le comité constitutionnel ne peut être la seule ligne d’effort de la communauté internationale au titre de la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU. D’autres éléments de résolution doivent être recherchés en parallèle y compris la libération des détenus, un cessez-le-feu au niveau national et l’instauration d’un environnement sûr et neutre, pour que puissent se tenir des élections libres et justes, sous supervision complète de l’ONU.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous