rss

Le secrétaire d’État Michael R. Pompeo et le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov lors d’un point de presse

Русский Русский, English English

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 10 décembre 2019

 

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE D’ÉTAT MICHAEL R. POMPEO :  Bonjour à tous. Bienvenue. Bienvenue, Sergey.

Avant de récapituler la rencontre que j’ai eue avec le ministre des Affaires étrangères, M. Lavrov, et son équipe, je tiens à souligner que l’administration Trump a récemment pris des mesures contre de nombreux auteurs de violations des droits de l’homme. Il est tout à fait approprié que je les mentionne à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme, que nous célébrons aujourd’hui. Ces mesures prolongent l’engagement de l’administration Trump à tenir les individus responsables des violations flagrantes des droits de l’homme partout dans le monde. J’en parlerai davantage demain.

Revenons maintenant à notre réunion. En mai dernier, à la demande du président Trump, je me suis rendu en Russie pour rencontrer le président Poutine et le ministre des Affaires étrangères, M. Lavrov. La raison en était assez simple. Nous devions avoir de meilleures relations, les États-Unis et la Russie, que celles que nous avons eues ces dernières années, et nous y travaillons depuis lors. Nos relations bilatérales sont, bien sûr, compliquées. Nous coopérons dans certains domaines ; dans d’autres, nous sommes en concurrence.

Au cours de ma visite, le ministre des Affaires étrangères, M. Lavrov, et moi-même avons convenu de poursuivre le travail assidu accompli par les diplomates. Nous avons convenu de garder nos voies de communication ouvertes et également de continuer à avoir des conversations franches.

Nos échanges d’aujourd’hui sont allés dans ce sens. Nous avons évoqué la lutte contre le terrorisme et contre les stupéfiants. Nos professionnels du renseignement et ceux chargés d’appliquer la loi collaborent quotidiennement dans ces domaines et continueront de le faire. Nous nous efforcerons d’affiner et d’améliorer davantage encore cette coopération.

En ce qui concerne la Syrie, nous nous engageons à travailler dans le cadre de la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU pour trouver une solution politique à la crise qui sévit en Syrie. Je crois que nous sommes d’accord sur le fait qu’il n’existe pas de solution militaire et que nos deux pays veulent faire en sorte que la Syrie ne redevienne jamais un refuge sûr pour Daech et d’autres groupes terroristes.

La même chose vaut pour l’Afghanistan. Nous avons travaillé et nous avons discuté de la coopération entre nos deux pays relative aux problèmes auxquels nous sommes confrontés en Afghanistan.

Aujourd’hui, nous nous sommes également mis d’accord sur notre objectif commun qui vise à la dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée de la Corée du Nord. Aujourd’hui, j’ai évoqué l’importance de l’application des sanctions avec le ministre des Affaires étrangères, M. Lavrov.

Il s’agit là de domaines positifs dans lesquels nos deux pays ont coopéré et continueront de le faire. Il y a d’autres endroits où les défis sont plus grands.

Le Venezuela est l’un d’entre eux. Plus Nicolas Maduro s’accroche au pouvoir, plus la misère du peuple vénézuélien s’accentue. Nous avons demandé au gouvernement russe d’apporter son soutien à ceux qui aspirent à la démocratie, à la légitimité du président par intérim Juan Guaido et à l’appel que nous avons lancé en faveur d’élections présidentielles libres et justes.

Nous avons également consacré pas mal de temps à parler de l’Ukraine. Cela a représenté une partie importante de nos conversations. Le ministre des Affaires étrangères, M. Lavrov, revient tout juste de Paris, où les présidents Poutine et Zelensky ont eu des discussions de fond. Je suis fier de ce que notre administration a réalisé pour défendre la souveraineté et la sécurité de ce pays. J’ai rappelé au ministre des Affaires étrangères, M. Lavrov, que la Crimée appartient à l’Ukraine et que le règlement du conflit dans l’est de l’Ukraine commence par le respect des engagements pris dans le cadre des accords de Minsk.

Le président Trump est également impatient de poursuivre le contrôle des armements avec la Russie et la Chine, et nous en avons longuement parlé aujourd’hui. Il doit être vérifiable, exécutoire et doit inclure tous les partenaires qui ont la capacité d’avoir un impact sur la sécurité stratégique mondiale.

J’ai également eu l’occasion de soulever la question des citoyens américains qui, comme Paul Whelan, sont détenus en Russie. Ramener le plus tôt possible nos concitoyens qui se trouvent à l’étranger est l’une des plus grandes priorités du président Trump. Nous avons obtenu des résultats positifs le week-end dernier.

Ensuite, sur la question de l’ingérence dans nos affaires intérieures, j’ai clairement dit que c’était inacceptable et j’ai tout aussi clairement exprimé nos attentes à l’égard de la Russie. L’administration Trump s’efforcera toujours de protéger l’intégrité de nos élections, point final. Si la Russie ou un acteur étranger devait prendre des mesures pour miner nos processus démocratiques, nous agirons en conséquence.

Enfin, je veux que le peuple russe sache que les sanctions imposées par les États-Unis aux personnes et entités russes ne visent en aucune façon le peuple russe. Nous n’avons rien contre les citoyens respectueux des lois, et nous continuerons de travailler au niveau diplomatique pour entretenir de bonnes relations.

Je tiens à vous remercier, monsieur le ministre des Affaires étrangères Sergey Lavrov, d’être venu à Washington. Il me tarde de poursuivre nos conversations à l’avenir. Je vous remercie, monsieur.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous