rss

Point de presse par le secrétaire d’Etat Michael Pompeo et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin sur les sanctions contre l’Iran

Português Português, English English, العربية العربية, Español Español, اردو اردو, 中文 (中国) 中文 (中国)

La Maison Blanche
Le 10 janvier 2020

SECRÉTAIRE MNUCHIN : Bonjour, tout le monde. Merci de vous joindre à nous aujourd’hui. Je voudrais juste faire un petit commentaire avant que nous ne parlions des sanctions contre l’Iran. Je suis sûr que tout le monde est au courant que le Dow Jones a franchi le seuil des 29 000 points. Il est clair que les plans économiques du président fonctionnent très bien. Nous nous réjouissons d’avance de la signature de la Chine, de l’AEUMC et d’une économie très forte cette année.

Comme l’a déjà annoncé le président, nous imposons des sanctions supplémentaires contre le régime iranien à la suite de l’attaque contre des troupes américaines et alliées.

En premier lieu, le président publie un décret exécutif autorisant l’imposition de sanctions supplémentaires contre tout individu qui a des possessions dans des secteurs de l’économie iranienne, y gère une exploitation, a des échanges commerciaux avec ceux-ci ou leur apporte de l’aide. Ces secteurs comprennent notamment la construction, la manufacture, les textiles et les activités minières. Et que je sois bien clair : Nous parlons ici de sanctions à la fois primaires et secondaires. Le décret nous permet également de désigner d’autres secteurs ultérieurement, si Monsieur le Secrétaire Pompeo et moi-même l’estimons justifié.

En second lieu, nous annonçons 17 sanctions spécifiques contre les plus grands fabricants d’acier et de fer d’Iran, trois entités basées aux Seychelles ainsi qu’un navire impliqué dans le transfert de produits. Grâce à ces mesures, nous tarirons des milliards de dollars qui soutiennent le régime iranien et continuerons de veiller à ce que d’autres entités soient en conformité.

En troisième lieu, nous prenons des mesures contre huit hauts responsables iraniens qui ont fait progresser les activités déstabilisatrices du régime et qui étaient impliqués dans la frappe de missiles balistiques de mardi. Le secrétaire Pompeo s’exprimera plus en détail à ce sujet.

Les sanctions d’aujourd’hui s’inscrivent dans le cadre de notre engagement à mettre un terme aux activités terroristes perpétrées dans le monde entier par le régime iranien. Le président a été très clair : Nous continuerons d’appliquer des sanctions économiques tant que l’Iran n’aura pas cessé ses activités terroristes et jusqu’à ce qu’il s’engage indéfiniment à ne pas être en possession d’armes nucléaires.

Je laisse maintenant la parole à Monsieur le Secrétaire Pompeo.

LE SECRÉTAIRE D’ÉTAT MICHAEL POMPEO : Merci, Steven. Bonjour tout le monde.

Aujourd’hui, le président Trump s’acquitte de la promesse faite au lendemain de l’attaque iranienne contre des forces américaines en Irak : Il y aura une série de nouvelles sanctions.

Le secrétaire Steven Mnuchin vient de mentionner les huit hauts membres du gouvernement iranien qui sont responsables de la violence du régime, aussi bien dans leur pays qu’à l’étranger. Nous frappons au cœur même de l’appareil de sécurité de la République islamique. Ces sanctions ciblent le secrétaire du Conseil suprême national et le commandant du Bassidj ; ces forces constituent l’escadron brutal du régime qui, au cours des derniers mois, a tué environ 1 500 Iraniens qui revendiquaient simplement leur liberté.

Nos dispositions ciblent d’autres hauts responsables proches de l’Ayatollah. Ils ont mené à bien ses projets terroristes au cours de campagnes de déstabilisation au Moyen-Orient et dans le monde. Ils ont employé des soldats sur tous les champs de bataille de la région. Ils ont formé des milices en Irak, en Syrie et ailleurs aux méthodes de répression nationale.

Aujourd’hui, ils sont responsables des meurtres et du chaos. Le but de notre campagne est de priver le régime des ressources dont il a besoin pour mener sa politique étrangère destructrice. Nous voulons que l’Iran se comporte tout simplement comme un pays normal. Nous pensons que les sanctions que nous imposons aujourd’hui font avancer cet objectif stratégique.

Notre campagne comprend des aspects diplomatiques et économiques qui sèvrent le régime de milliards de recettes dont il se sert pour semer la mort et la destruction à travers le Moyen-Orient et le monde.

Malheureusement, le gouvernement précédent avait créé des sources de revenus pour l’Iran. Mais sous notre gouvernement, les recettes pétrolières ont chuté de 80 % et l’Iran n’a plus accès à environ 90 % de ses réserves de monnaie étrangère. Et il y a à peine deux semaines, le président iranien Hassan Rohani a admis que nos sanctions avaient fait perdre à l’Iran des revenus et des investissements étrangers à hauteur de 200 milliards de dollars. Tant que les méthodes hors-la-loi de l’Iran continueront, nous continuerons à imposer des sanctions.

Enfin, je tiens à insister sur la préoccupation du président Trump à l’égard des Américains et des citoyens binationaux détenus à l’intérieur de l’Iran. L’Iran sait que ces personnes n’ont commis aucun crime. Ils savent que les accusations dont elles font l’objet sont fabriquées. Et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour qu’elles puissent rentrer saines et sauves dans leur famille.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous