rss

En 2020, la liberté d’abord

Português Português, English English, Español Español, اردو اردو, हिन्दी हिन्दी

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 11 janvier 2020

 

Le président Trump a déclaré le mois de janvier Mois national de la prévention de l’esclavage et du trafic d’êtres humains. Dans le monde entier, on estime que pas moins de 24,9 millions de personnes – adultes et enfants – sont victimes du trafic d’êtres humains. Les trafiquants privent leurs victimes de la capacité à exercer leurs droits inaliénables que sont le droit à la vie, à la liberté et à la recherche du bonheur – un affront aux principes fondateurs de notre nation.

Cette année marque le vingtième anniversaire de l’adoption par les États-Unis de la loi de 2000 sur la protection des victimes de trafic et par les Nations unies du Protocole de Palerme visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants. Ces deux instruments précurseurs ont donné naissance au mouvement mondial de lutte contre le trafic. Aujourd’hui, ils exigent toujours que tous les gouvernements leur prêtent urgemment attention afin de combattre la traite des personnes.

En commémoration, le département d’État déclare 2020 l’année de la « Liberté d’abord », reconnaissant que la dignité humaine, l’autonomie et la liberté sont essentielles à l’exercice de nos droits et libertés. Satisfaire les promesses non tenues de liberté pour les millions de personnes exploitées par les trafiquants doit demeurer notre priorité absolue à tous.

Au cours des vingt dernières années, le gouvernement des États-Unis est resté fermement engagé pour traduire en justice ceux qui tirent profit de l’exploitation d’autrui, pour veiller à ce que les victimes soient identifiées et bénéficient de services de soutien post-traumatiques adaptés et pour empêcher dès le départ les trafiquants de commettre ce crime. Pour sa part, le département d’État s’engage à intensifier ses efforts mondiaux visant à mettre fin au trafic d’êtres humains, et ce à travers une diplomatie permanente bilatérale et multilatérale, une assistance ciblée aux pays étrangers, un soutien à la coordination des efforts fédéraux de lutte contre le trafic ainsi qu’un dialogue constructif avec la société civile, le secteur privé et les survivants du trafic.

En cette Journée nationale de sensibilisation au trafic d’êtres humains, je vous demande de bien vouloir vous joindre à moi pour répondre à l’appel du président et « tout faire pour tenir la promesse de liberté pour toutes les victimes de ce terrible crime », de vous joindre à nous en cette année 2020, alors que nous redoublons d’efforts afin de prévenir l’exploitation, poursuivre les trafiquants et protéger les survivants de la traite des personnes.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous