rss

Les États-Unis saluent la reconnaissance par l’Union européenne des risques inacceptables que présentent des fournisseurs 5G non fiables

English English

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 30 janvier 2020

 

Le 29 janvier, le Groupe de coopération pour la sécurité des informations sur les réseaux de l’Union européenne (UE) a publié une boîte à outils des mesures recommandées pour limiter les risques de sécurité associés aux réseaux 5G. Les États-Unis saluent cette initiative des États membres, de la Commission et de l’Agence de l’Union européenne pour la cybersécurité.

Cette boîte à outils a été conçue en prenant en compte le fait que les fournisseurs à profil de risque élevé (par exemple, les entreprises basées dans des pays tiers qui ne disposent pas de contrepouvoirs démocratiques) doivent faire l’objet de restrictions supplémentaires. Elle appelle les États membres de l’UE à exclure les fournisseurs à haut risque des parties critiques et sensibles de leurs réseaux 5G, dont le réseau d’accès radio.

Les réseaux 5G toucheront tous les aspects de notre vie, notamment les réseaux électriques, les véhicules autonomes, la fabrication intelligente, les traitements médicaux et les données personnelles. Dans la mesure où la 5G interviendra dans ces applications et d’autres applications vitales, les États-Unis considèrent qu’il n’est pas possible de maîtriser suffisamment les risques en limitant le rôle des fournisseurs non fiables à certaines parties du réseau. Toutes les parties des futurs réseaux 5G doivent être considérées comme des infrastructures essentielles, et chaque pays doit avoir mis en place des mesures pour protéger la sécurité, la sûreté et la vie privée des citoyens qui dépendent de ces réseaux.

Les États-Unis ont pris des mesures pour sécuriser leurs propres réseaux 5G en interdisant les fournisseurs non fiables, tels que Huawei et ZTE, qui sont aux ordres de la direction du Parti communiste chinois. Nos actions sont conformes à l’évaluation de l’UE selon laquelle les fournisseurs de 5G dont le siège se trouve dans des pays dépourvus de contrepouvoirs démocratiques peuvent présenter un risque inacceptable pour la sécurité.

Chaque État membre sera responsable de la protection de son réseau. Il est malavisé de penser que l’on peut limiter les risques associés à l’installation d’équipements provenant de fournisseurs soumis à un contrôle par des régimes autoritaires ayant des antécédents de cyber-comportement malveillant. Nous appelons nos alliés et partenaires européens à mettre en œuvre les recommandations de l’UE en adoptant de strictes mesures de sécurité reposant sur les risques qui excluent les fournisseurs à haut risque de toutes les parties de leurs réseaux 5G.

C’est avec plaisir que nous continuerons à travailler avec nos alliés et partenaires pour bâtir un avenir 5G plus sûr, prospère et dynamique.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous