rss

Déclaration commune sur la signature de l’accord entre les États-Unis et les Talibans

English English

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole, Morgan Ortagus
Communiqué de presse
Le 9 mars 2020

 

Le texte de la déclaration suivante a été approuvé par les envoyés spéciaux et les représentants spéciaux de l’Union européenne, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, de la Norvège, du Royaume-Uni, des Nations unies et des États-Unis d’Amérique à l’occasion de la signature de l’accord entre les États-Unis et les Talibans le 29 février au Qatar.

Début du texte :

Des représentants des États-Unis d’Amérique, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, de la Norvège, de l’Union européenne, du Royaume-Uni et des Nations Unies se sont réunis le 1er mars à Doha, au Qatar et :

  1. Ils ont salué des étapes importantes, rendues possibles par l’accord entre les États-Unis et les Talibans et la déclaration conjointe entre les États-Unis et l’Afghanistan du 29 février, en vue de mettre fin à la guerre et de permettre l’ouverture de négociations intra-afghanes prévues pour le 10 mars.
  2. Ils ont exprimé leur volonté d’œuvrer à la conclusion d’un accord de paix global et durable qui mette fin à la guerre, contribue à la stabilité régionale et à la sécurité mondiale, respecte les droits internationalement reconnus de tous les Afghans, qui sont inscrits dans la Constitution afghane, et soit respecté par tous les Afghans, y compris le gouvernement de la république islamique d’Afghanistan, les dirigeants politiques, la société civile et les Talibans.
  3. Ils ont réaffirmé qu’une paix globale et durable ne peut être obtenue que par un accord politique inclusif négocié au sein du peuple Afghan, auquel les femmes participent de manière significative, et par le respect de l’intégrité et la souveraineté de l’Afghanistan.
  4. Ils ont réaffirmé que l’Émirat islamique d’Afghanistan n’est pas reconnu par la communauté internationale et que, de surcroît, la communauté internationale n’acceptera ni ne soutiendra la restauration de l’Émirat islamique d’Afghanistan.
  5. Ils se sont félicités de l’engagement des Talibans à se joindre à un processus politique et de leur potentiel rôle dans un nouveau gouvernement islamique afghan post-accord, comme cela a été décidé lors des négociations intra-afghanes.
  6. Ils ont salué la réduction de la violence du 22 au 28 février et ont exhorté toutes les parties à réduire encore la violence afin de créer un environnement propice aux négociations intra-afghanes.
  7. Ils ont appelé les Talibans et les autres groupes armés afghans à prendre des mesures concrètes pour s’assurer que le territoire de l’Afghanistan ne soit utilisé ni par eux, ni par Al-Qaïda, Daech ou d’autres groupes terroristes internationaux pour menacer ou attaquer d’autres pays.
  8. Ils ont déclaré qu’ils espéraient que toutes les parties observeraient un cessez-le-feu pendant la durée des négociations intra-afghanes afin de permettre aux participants de s’entendre sur un agenda politique pour l’avenir de l’Afghanistan et sur les modalités d’un cessez-le-feu permanent et global.
  9. Ils ont appelé tous les Afghans à entamer immédiatement des discussions sur des questions d’intérêt mutuel, telles que la libération des prisonniers et un cessez-le-feu.
  10. Ils ont réaffirmé les engagements existants visant à fournir un soutien politique et une aide économique et au développement à un futur gouvernement afghan, à condition qu’il préserve et respecte les droits internationalement reconnus de tous les Afghans, qui sont inscrits dans la Constitution afghane, y compris pour les femmes, les jeunes et les minorités, et qu’il réponde au désir des Afghans de tirer parti des progrès réalisés depuis 2001.
  11. Ils ont réaffirmé les engagements existants de maintenir l’aide aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes dans la durée.
  12. Ils ont pris note du fait que les États-Unis étaient prêts, dès le début des négociations intra-afghanes, à s’engager avec d’autres membres du Conseil de sécurité des Nations unies et avec l’Afghanistan pour examiner la possibilité de revoir les sanctions afin de soutenir le processus de paix. Ils ont signalé que les mesures prises par les Talibans afin de réduire d’avantage la violence, de déployer des efforts soutenus pour faire progresser les négociations intra-afghanes et de cesser de s’engager ou de soutenir de toute autre manière des activités qui menacent la paix, la stabilité et la sécurité de l’Afghanistan ou d’autres pays, auront une incidence sur cet examen.
  13. Ils ont encouragé tous les pays à soutenir le peuple afghan et à contribuer à un accord de paix durable dans l’intérêt de tous.
  14. Ils ont salué tous les efforts internationaux qui contribuent au processus de paix en Afghanistan.

Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous