rss

Le secrétaire Michael R. Pompeo à l’occasion d’un point de presse

اردو اردو, English English, العربية العربية, हिन्दी हिन्दी, Português Português, Русский Русский, Español Español, 中文 (中国) 中文 (中国)

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 25 mars 2020

EXTRAITS

 

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE POMPEO : Bonjour à tous. Avant de résumer la réunion ministérielle d’aujourd’hui, je voudrais vous parler de l’attentat revendiqué par Daech au Khorasan en Afghanistan. Les États-Unis condamnent l’horrible attentat revendiqué par Daech au Khorasan perpétré ce matin contre un temple sikh et un centre communautaire à Kaboul, et qui a coûté la vie à plus de vingt personnes innocentes. Le peuple afghan mérite un avenir sans Daech au Khorasan et autres activités terroristes. Malgré les défis politiques du pays, le processus de paix en cours en Afghanistan demeure la principale opportunité qui s’offre aux Afghans de se réunir pour négocier un règlement politique et former un front unifié contre la menace de Daech au Khorasan. Nous encourageons tous les Afghans à la saisir.

Passons maintenant à la réunion d’aujourd’hui.

La réunion ministérielle virtuelle du G7 d’aujourd’hui ne s’est pas déroulée sous le format que nous avions prévu lors de sa préparation, mais je suis heureux que nous ayons eu la possibilité de nous réunir, ne serait-ce que par vidéoconférence.

Je tiens à remercier les habitants de Pittsburgh pour leur soutien et leur aide dans le cadre de la planification de l’événement en personne que nous avons malheureusement dû annuler. Le point le plus urgent de l’ordre du jour aujourd’hui était certes le virus de Wuhan – que nous sommes tous déterminés à combattre avec transparence, comme il le faut dans le monde entier.

J’ai clairement indiqué à nos partenaires du G7 – en particulier à nos amis en Italie et dans le reste de l’Europe – que les États-Unis restent déterminés à les aider de toutes les manières possibles. Samedi dernier, l’armée de l’air des États-Unis a envoyé un [avion] C-130 rempli de fournitures médicales en Italie. L’armée américaine finalise également des plans pour mettre à la disposition de nos amis italiens une partie de son équipement médical excédentaire qui y est déployé.

Par ailleurs, nos entreprises privées, la communauté scientifique, les ONG et les organisations religieuses répondent à l’appel. Samaritan’s Purse, un organisme de bienfaisance privé américain, a installé un hôpital de campagne de 68 lits à Crémone, une ville particulièrement touchée dans le nord de l’Italie. Un exemple de la fameuse générosité du peuple américain en action dans ce qu’elle a de meilleur.

Même si nous avons consacré beaucoup de temps à chercher un moyen de lutter ensemble contre ce virus, nous ne perdons pas de vue les autres grands défis du monde, que j’ai regroupés en catégories :

Premièrement, nous avons consacré beaucoup de temps aux menaces que font planer les États autoritaires. Le Parti communiste chinois représente une menace importante pour notre santé et notre mode de vie, comme l’a clairement démontré l’épidémie du virus de Wuhan. Le PCC menace également de nuire à l’ordre libre et ouvert sur lequel reposent notre prospérité et notre sécurité mutuelles dans les pays du G7.

J’ai exhorté tous les pays sans exception à travailler ensemble pour protéger l’ONU et d’autres organisations contre son influence malveillante et son autoritarisme. Nous, les pays du G7, devons promouvoir nos valeurs communes de liberté, de souveraineté, de bonne gouvernance, de transparence et de responsabilité, et inciter l’ONU à faire également respecter ces principes.

Le groupe a également beaucoup parlé de la Russie et sa responsabilisation quant à son agression en Ukraine. Un réel progrès en Ukraine orientale doit passer par le respect par la Russie de ses engagements au titre des accords de Minsk. J’ai également réitéré la simple vérité selon laquelle la Crimée, c’est l’Ukraine. Les États-Unis ne reconnaîtront jamais la tentative d’annexion de la Russie.

Nous avons également parlé d’un autre ensemble de défis que fait naître la prolifération illégale.

Pour ce qui est de l’Iran, j’ai remercié les pays pour le régime – d’exiger que le régime assume la responsabilité de ses activités malveillantes grâce à des mesures comme l’interdiction de Mahan Air et la désignation de tout le Hezbollah et d’autres groupes terroristes soutenus par l’Iran comme organisations terroristes.

Notre campagne de pression vise toujours à inciter l’Iran à se comporter comme un pays normal. J’ai exhorté nos partenaires du G7 à aller plus loin en se joignant à nous – et ils doivent veiller avec les  États-Unis à ce que l’Iran n’obtienne jamais une arme nucléaire.

De la même manière, le G7 et toutes les nations doivent appeler d’une même voix la Corée du Nord à reprendre les négociations, et rester déterminés à exercer des pressions diplomatiques et économiques sur ses programmes illicites nucléaires et de missiles balistiques.

Nous avons également longuement discuté de la nécessité de la résolution de conflits qui perdurent.

Nous avons parlé du processus de paix en Afghanistan. J’ai fait part des dernières informations en ce qui concerne ma récente visite et des moyens de faire en sorte que les négociations intra-afghanes aboutissent.

Nous avons également consacré du temps à discuter de la Syrie, où la Russie, le régime iranien, le Hezbollah et le régime d’Assad font peser sur l’Europe la menace d’une catastrophe humanitaire et font obstacle à une solution politique conforme à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Nous avons parlé de la Libye. Les dirigeants doivent y faire preuve de retenue, désamorcer la situation,  rejeter toute ingérence étrangère néfaste, et entreprendre des discussions sérieuses sous la médiation des Nations unies pour déterminer l’avenir de la Libye.

Le groupe a affiché son unité sur le thème de la Birmanie et du soutien à sa transition démocratique, ses réformes économiques et sa résistance face aux influences malveillantes.

La Birmanie doit résoudre la crise de l’État de Rakhine, veiller à faire en sorte qu’il soit fait  justice aux victimes d’atrocités et exiger que les responsables rendent des comptes – y compris les hauts responsables militaires.

Enfin, nous avons convenu de continuer à lutter vigoureusement contre le terrorisme. Les attaques terroristes de Daech – comme celle dont j’ai fait état au début de notre conversation aujourd’hui – et d’Al-Qaïda se multiplient dans le Sahel. Il faut une meilleure gouvernance dans la région, et un partage des charges entre les partenaires – à la fois dans la région et dans le monde entier – pour rétablir la paix et la stabilité. Les signataires de l’Accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali doivent le mettre pleinement en œuvre.

Même si nous ne pouvons pas nous rencontrer en personne, cette réunion a été fructueuse. L’administration Trump reste au service de nos alliés et partenaires, et travaille à leurs côtés dans le cadre de ces types de formats multilatéraux productifs.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous