rss

Mise à jour : Les États-Unis conservent leur place de chef de file de la riposte à la COVID-19

English English, Español Español, Português Português, العربية العربية, اردو اردو, Русский Русский, हिन्दी हिन्दी

Département d’État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Fiche d’information
Le 19 mai 2020

 

Grâce à la générosité du peuple américain et à l’initiative de son gouvernement, les États-Unis conservent leur place de leader mondial face à la pandémie de COVID-19. Le peuple américain a donné plus de 10 milliards de dollars pour la riposte mondiale à la COVID-19, et nous continuons à veiller à ce que le financement et les efforts substantiels des États-Unis sur ce front restent un élément central et coordonné de l’effort mondial de lutte contre la COVID-19. Après des mois de lutte contre cette pandémie sur leur territoire et à l’étranger, les États-Unis restent le fer de lance  de la riposte à l’échelle mondiale, dans la continuité de décennies de leadership en matière d’aide sanitaire et humanitaire vitale.

Depuis le début de l’épidémie de COVID-19, le gouvernement des États-Unis a engagé plus de 900 millions de dollars sous la forme d’aide d’urgence sanitaire, humanitaire, économique et dans le domaine du développement, visant spécifiquement à aider les gouvernements, les organisations internationales et les ONG à lutter contre la pandémie, sous l’égide du département d’État et de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). Ce financement accordé par le Congrès permettra de sauver des vies en améliorant l’éducation à la santé publique, en protégeant les établissements de santé et en augmentant les capacités de laboratoire, de surveillance des maladies et d’intervention rapide dans plus de 120 pays.

Les États-Unis se mobilisent en tant que nation pour en faire un effort mondial impressionnant. En travaillant avec le secteur privé, nous avons commencé à mettre en œuvre l’engagement du président Trump de fournir des ventilateurs à nos partenaires et alliés en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique latine. Le premier envoi de respirateurs donnés par les États-Unis via l’USAID est arrivé en république d’Afrique du Sud le 11 mai 2020. Le financement de notre aide étrangère à ce jour dans le cadre de la riposte à la pandémie de COVID-19 prévoit un montant initial de 23 millions de dollars spécifiquement pour fournir des respirateurs à certains de ces partenaires et alliés. Nous prévoyons d’effectuer des achats et expéditions supplémentaires de ventilateurs et de fournitures connexes.

L’aide à la lutte contre la COVID-19 du département d’État et de l’USAID inclut à ce jour :

  • Une aide médicale d’urgence de près de 300 millions de dollars provenant du Fonds de réserve pour les urgences de santé mondiale de l’USAID pour les épidémies de maladies infectieuses contagieuses et du compte des programmes de santé mondiale. Ces fonds accordent la priorité aux interventions visant à limiter la pandémie et à préparer les communautés des pays en développement touchés par la COVID-19 ou à risque.
  • Près de 300 millions de dollars d’aide humanitaire issus du compte de l’USAID affectés à l’aide internationale en cas de catastrophe (IDA). Cette aide facilite la gestion des cas et assure la prestation des services de santé essentiels. Elle permet la mise en œuvre de programmes de communication des risques et d’implication communautaire, le financement d’actions de prévention et de contrôle des infections, la mise à disposition d’eau potable et d’articles d’hygiène, et de renforcer les capacités locales et la coordination en travaillant avec les structures sanitaires existantes et d’autres au sein de la communauté humanitaire. Ces fonds aident en priorité les populations affectées par les crises humanitaires en cours, en particulier les populations déplacées, en raison de leur vulnérabilité accrue, du risque supérieur de graves épidémies dans les camps et les zones d’habitation informelles, et des prévisions de mortalité disproportionnée au sein de ces populations.
  • Plus de 150 millions de dollars issus du Fonds de soutien économique (FSE). Ces fonds favorisent la défense des intérêts de la politique étrangère américaine en facilitant les actions d’atténuation à court terme et en faisant face aux impacts de second niveau de la pandémie à long terme, dans toute une gamme de secteurs.
  • Plus de 160 millions de dollars d’aide humanitaire en provenance du compte MRA (migration et assistance aux réfugiés), par l’intermédiaire du bureau chargé de la Population, des Réfugiés et des Migrations du département d’État. Ces fonds aident les organisations internationales et les ONG partenaires à relever les défis présentés par la pandémie dans les communautés de réfugiés, de déplacés internes et au sein des communautés d’accueil, ainsi que dans les populations d’autres migrants et d’autres personnes vulnérables.

Cette aide du département d’État et de l’USAID n’inclut pas les centaines de millions supplémentaires mis à disposition par d’autres départements et agences du gouvernement des États-Unis, dont les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et le département de la Défense (DoD). Cette nouvelle assistance dans le cadre de la lutte contre la COVID-19 vient s’ajouter à plus de 100 milliards de dollars de financement mondial pour la santé et à près de 70 milliards de dollars d’aide humanitaire à l’étranger fournis par les États-Unis au cours des seules dix dernières années.

En plus de ce financement direct du gouvernement des États-Unis, notre approche englobant toute l’Amérique aide les populations du monde entier grâce à la générosité des entreprises privées américaines, des groupes à but non lucratif, des organisations caritatives, des organisations confessionnelles et des particuliers qui ont maintenant mobilisé près de 4,3 milliards de dollars sous forme de dons et d’aide dans le monde entier, plus que toute autre nation.

Pour répondre aux besoins les plus urgents, les départements et organismes du gouvernement des États-Unis coordonnent leurs actions pour hiérarchiser l’aide extérieure afin de maximiser son impact potentiel. Les États-Unis apportent l’assistance suivante par le biais du département d’État et de l’USAID :

Afrique :

  • Angola : Une aide de 570 000 $ dans le domaine de la santé pour faciliter la communication sur les risques, les activités liées à l’eau et à l’assainissement, et pour prévenir et  contrôler les infections dans les établissements de santé essentiels en Angola. Cette assistance vient s’ajouter aux investissements à long terme en Angola, qui représentent un total de 1,48 milliards de dollars sur les 20 dernières années, dont  613 millions de dollars en assistance sanitaire.
  • Bénin : Une aide sanitaire de 1,5 million de dollarsaidera lesBéninois à faire face à l’épidémie grâce au financement de la coordination et de la planification des actions de riposte à l’épidémie, du renforcement de la surveillance et des capacités d’intervention rapide, et de la communication des risques et de l’implication au sein des communautés. Cette assistance vient s’ajouter à 1,72 milliards d’aide totale pour le Bénin au cours des 20 dernières années, dont plus de 364 millions pour la santé.
  • Botswana : 1,5 million de dollars en assistance sanitaire pour faire face à l’épidémie qui permettra de financer des actions de communication des risques et d’implication communautaire, en mettant l’accent sur les populations les plus vulnérables, la distribution de produits de santé essentiels et l’appui logistique, ainsi que le renforcement de la gestion des cas et de la prévention et du contrôle des infections dans les établissements de santé essentiels. Cette nouvelle assistance vient s’ajouter à une aide totale de près de 1,2 milliard de dollars au Botswana au cours des 20 dernières années, dont plus de 1,1 milliard pour la santé.
  • Burkina Faso : Près de 7 millions de dollars seront destinés au financement de la santé et de l’aide humanitaire, en particulier à la communication des risques, aux activités liées à l’eau et à l’assainissement, à la prévention et au contrôle des maladies infectieuses en milieu médical, aux messages de santé publique, etc. Ce total comprend 2,5 millions de dollars d’aide sanitaire, 1,5 million de dollars d’aide humanitaire de l’IDA et près 2,8 millions de dollars d’aide humanitaire pour l’assistance aux réfugiés, qui aideront à protéger la santé des personnes vulnérables au Burkina Faso pendant la pandémie. Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont investi un total de plus de plus de 2,4 milliards de dollars au Burkina Faso, dont 222 millions dans le seul secteur de la santé.
  • Burundi : Plus de 3 millions mobilisés au total dans le cadre de la réponse à la COVID-19, qui comprennent 2 millions pour l’aide sanitaire et plus d’un million de dollars d’aide humanitaire dans le cadre de la MRA pour contribuer à protéger la santé des personnes vulnérables. L’aide sanitaire permettra d’améliorer la planification et la coordination des activités de riposte, le renforcement de la surveillance et des capacités d’intervention rapide, celui des activités de gestion des cas et de prévention et de contrôle des infections, et la formation du personnel de santé. Les États-Unis ont investi plus de 997 millions de dollars en aide totale au Burundi, dont plus de 254 millions de dollars pour la santé au cours des 20 dernières années.
  • Cameroun : Une assistance humanitaire et sanitaire de près de 8 millions de dollars permettra de lutter contre les infections dans les principaux établissements de santé, de consolider les capacités de laboratoire et la surveillance, de préparer les communautés et de faciliter la communication des messages au niveau local. Il s’agit en particulier de 6,1 millions de dollars en assistance sanitaire et humanitaire issus de l’IDA de l’USAID, qui viennent s’ajouter à près de 1,9 million de dollars en assistance humanitaire pour les migrations et l’aide aux réfugiés, aux personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays et aux communautés d’accueil. Cette assistance s’inscrit dans la continuité des plus de 960 millions de dollars d’investissement total des États-Unis dans le pays au cours des 20 dernières années, dont plus de 390 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • République centrafricaine : Plus de10 millions de dollars d’aide humanitaire, dont 6,5 millions de dollars dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes, dans le cadre d’actions de communication des risques, de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses en milieu médical et d’approvisionnement en eau salubre, et plus de 3,5 millions de dollars d’aide aux migrations et d’assistance aux réfugiés qui contribueront à protéger la santé des personnes vulnérables en République centrafricaine pendant la pandémie. Le gouvernement américain a contribué 822,6 millions de dollars au total en République centrafricaine au cours des 20 dernières années, dont 4,5 millions de dollars en assistance sanitaire d’urgence au titre du budget 2019.
  • République du Congo : Une assistance de 250 000 $ dans le domaine sanitaire permettra de lutter contre l’épidémie en facilitant la coordination et la planification des actions de riposte, les activités de proximité communautaire et la formation du personnel de santé en ce qui concerne les protocoles de prévention et de contrôle des infections en milieu médical. Les États-Unis investissent en république du Congo depuis des décennies, avec plus de 171,2 millions de dollars d’aide totale des États-Unis pour le Congo au cours des 20 dernières années, dont 36,9 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Tchad : Plus de 3,5 millions de dollars d’aide humanitaire, dont 1 million de dollars au titre de l’aide internationale face aux catastrophes pour prévenir et contrôler les infections dans les établissements de santé, sensibiliser la communauté à la COVID-19 et améliorer l’hygiène, et près de 2,6 millions de dollars en assistance humanitaire MRA pour aider à protéger la santé des personnes vulnérables au Tchad pendant la pandémie. Cette nouvelle assistance s’inscrit dans la continuité de l’aide américaine de près de 2 milliards de dollars au total au cours des 20 dernières années, dont plus de 30 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Côte d’Ivoire : 3,2 millions de dollars en assistance sanitaire pour faire face à l’épidémie au moyen du financement d’activités de communication des risques et d’engagement communautaire, de la formation des prestataires de soins de santé en ce qui concerne les protocoles de prévention et de contrôle des infections en milieu médical et de la gestion appropriée des cas de COVID-19 et des maladies de type grippal. Ces fonds permettront aussi de veiller à ce que ces établissements soient bien approvisionnés en produits sanitaires essentiels. Ils permettront aussi de financer la formation du personnel médical aux techniques de surveillance critiques au niveau communautaire, comme par exemple de détection des cas et d’identification des chaînes de contamination. Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont investi plus de 2,1 milliards de dollars dans le cadre du développement à long terme et d’autres formes d’assistance en Côte d’Ivoire.
  • République démocratique du Congo : Plus de 26 millions au total, dont 16 millions de dollars en assistance sanitaire et en aide humanitaire dans le cadre de l’assistance en cas de catastrophe, en vue d’actions de prévention et de contrôle des infections dans les établissements de santé, de sensibilisation accrue à la COVID-19, notamment grâce au travail avec les chefs religieux et les journalistes sur la communication des risques. Une aide humanitaire supplémentaire de plus de 5 millions de dollars dans le cadre des migrations et de l’assistance aux réfugiés contribuera à protéger la santé des personnes vulnérables en république démocratique du Congo pendant la pandémie. Le financement de 6 millions de dollars de l’aide à la santé facilitera la gestion de la chaîne d’approvisionnement et la logistique, ainsi que l’obtention de produits de santé essentiels. Ces fonds permettront de renforcer les activités critiques de surveillance des maladies, y compris la surveillance communautaire, d’identification des chaînes de contamination et de détection des cas ; de renforcer les pratiques de prévention et de contrôle des infections en milieu médical, et de former le personnel de santé. Ils financeront des actions communautaires pour améliorer l’accès à l’eau et aux produits d’hygiène de base, grâce à la distribution directe de kits aux ménages pour prévenir les infections. L’aide sanitaire permettra également la mobilisation de milliers de volontaires dans les provinces à haut risque ciblées pour mener des activités de communication des risques et d’engagement communautaire. Enfin, environ 5 millions de dollars du FSE seront consacrés à l’éducation à distance et à l’éducation alternative pour les enfants et les jeunes congolais afin qu’ils puissent continuer à apprendre et à conserver leurs routines de protection et des liens sociaux pendant la fermeture des écoles dans tout le pays. Cette aide vient s’ajouter à plus de 6,3 milliards de dollars d’assistance américaine au cours des 20 dernières années, dont près de 1,5 milliard de dollars dans le secteur de la santé.
  • Djibouti : 750 000 $ au total, dont 500 000 $ en assistance sanitaire pour faire face à l’épidémie et 250 000 $ en assistance humanitaire MRA pour aider les migrants vulnérables et les communautés d’accueil dans leur lutte contre la pandémie. L’assistance sanitaire facilitera le renforcement des capacités de test, de planification de l’offre, de gestion de la chaîne d’approvisionnement et de distribution des produits de santé urgents nécessaires pour la COVID-19. L’assistance sanitaire financera également des activités de communication des risques et de sensibilisation communautaire, la formation de personnel de santé à la mise en œuvre de protocoles de prévention et de contrôle des infections dans les établissements de santé et à la gestion des cas de COVID-19, ainsi qu’aux protocoles et fonctionnalités de surveillance des maladies et d’intervention rapide. Les États-Unis ont déjà investi un total de plus de 338 millions de dollars à Djibouti au cours des 20 dernières années.
  • Eswatini : Une assistance sanitaire de 1,1 million de dollars pour faire face à l’épidémie. Les fonds serviront à renforcer les actions sanitaires d’urgence d’Eswatini, en particulier l’approvisionnement en produits de base, l’identification des chaînes de contamination, les diagnostics en laboratoire et les actions de sensibilisation du public. Cette assistance s’inscrit dans la continuité des investissements du gouvernement américain dans le royaume, qui représentent un total de 529 millions de dollars au cours des 20 dernières années, dont plus de 490 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Éthiopie : Plus de 23,4 millions de dollars d’assistance pour lutter contre la COVID-19, dont 3,4 millions de dollars pour la santé et 7,5 millions pour l’aide humanitaire internationale en cas de catastrophe destinés à des actions de communication des risques, de prévention et de contrôle des maladies infectieuses en milieu médical, de surveillance des maladies, d’identification des chaînes de contamination et de coordination ; 7 millions de dollars du FSE pour faciliter le maintien de l’activité d’un grand parc industriel à Hawassa de sorte à préserver des emplois essentiels, et  plus de 5,6 millions de dollars en assistance humanitaire MRA pour les personnes vulnérables, en particulier les réfugiés, les migrants et les communautés d’accueil. L’assistance sanitaire contribuera au renforcement des capacités de riposte aux épidémies, notamment la surveillance communautaire à des fins de détection des cas et d’identification des chaînes de contamination, au renforcement des capacités de diagnostic en laboratoire, et à l’optimisation de la gestion des cas et des pratiques pour prévenir et contrôler les infections en milieu médical. L’aide sanitaire financera également des activités de communication des risques et d’engagement communautaire. Cette aide vient s’ajouter aux investissements à long terme des États-Unis en Éthiopie qui représentent une assistance totale de plus de 13 milliards de dollars, dont plus de 4 milliards de dollars rien que pour la santé, au cours des 20 dernières années.
  • Ghana : 1,6 million de dollars en assistance sanitaire pour faire face à l’épidémie grâce au renforcement des capacités de riposte aux épidémies, en particulier de surveillance communautaire à des fins de détection des cas et d’identification des chaînes de contact, à l’amélioration des capacités de diagnostic en laboratoire, à l’optimisation de la gestion des cas de COVID-19 et de la prévention et du contrôle des infections en milieu médical, et à des actions de communication des risques et d’implication communautaire. Cette nouvelle aide s’inscrit dans la continuité du total de 3,8 milliards de dollars d’aide américaine au Ghana au cours des 20 dernières années, dont plus de 914 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Guinée : Une aide de 1,3 million de dollars dans le secteur de la santé pour faire face à l’épidémie grâce au financement d’activités de communication des risques et d’implication communautaire, à la formation du personnel médical à la mise en œuvre des protocoles de prévention et de contrôle des infections en milieu médical, et à la surveillance médicale et des protocoles et fonctionnalités d’intervention rapide. Les États-Unis ont investi un total de près d’un milliard de dollars d’aide à la Guinée au cours des 20 dernières années, dont plus de 365,5 millions dans le domaine de la santé.
  • Kenya : Près de 4,4 millions de dollars en assistance sanitaire et humanitaire, dont 3,5 millions de dollars dans le domaine de la santé et de l’assistance internationale face aux catastrophes dans le cadre d’actions de communication sur les risques, de préparation des réseaux de communication sur la santé et des médias à des cas éventuels, et pour contribuer à la diffusion de messages de santé publique aux médias, au personnel de santé et aux communautés ; et 947 000 $ en assistance humanitaire dans le cadre des migrations et de l’aide aux réfugiés et aux communautés d’accueil. Cette aide spécifique à la COVID-19 vient s’ajouter aux investissements du gouvernement américain à long terme au Kenya, qui représentent un total de 11,7 milliards de dollars au cours des 20 dernières années, dont plus de 6,7 milliards dans le seul secteur de la santé.
  • Lesotho : 750 000 $ en assistance sanitaire pour lutter contre l’épidémie en renforçant les capacités de riposte aux épidémies, notamment la surveillance communautaire en vue de la détection des cas et de l’identification des chaînes de contacts, le renforcement des capacités de diagnostic en laboratoire et l’optimisation de la gestion des cas et de la prévention et du contrôle des infections en milieu médical. L’assistance sanitaire financera également des activités de communication des risques et d’engagement communautaire. Cette nouvelle aide s’inscrit dans la continuité de décennies d’investissements américains au Lesotho, qui représentent au total plus d’un milliard de dollars sur les 20 dernières années, dont plus de 834 millions pour la santé.
  • Libéria : Une assistance médicale de 1,3 million de dollars permettra d’apporter une aide  essentielle dans 15 comtés libériens (centres d’opérations d’urgence, formation, identification des chaînes de contacts, hôpitaux et services de santé communautaires), de faciliter l’organisation des quarantaines, et les actions au niveau communautaire. Les États-Unis ont contribué à jeter des bases solides pour la réponse à la COVID-19 au Libéria grâce à une aide totale de plus de 4 milliards de dollars au cours des 20 dernières années, dont plus de 675 millions de dollars pour la santé.
  • Madagascar : Une aide sanitaire de 2,5 millions de dollars pour lutter contre l’épidémie grâce au renforcement des capacités des laboratoires de diagnostic ; au déploiement  de laboratoires mobiles à des fins de décentralisation des diagnostics ; à l’amélioration de la surveillance régionale et locale, y compris des systèmes de données et la formation de bénévoles dans le domaine de la santé communautaire à l’identification des chaînes de contacts ; à la promotion d’activités de communication sur les risques et d’engagement communautaire, notamment la mise à disposition d’une ligne d’assistance permanente dotée en personnel, des campagnes médiatiques et des messages de prévention ; à la formation de professionnels de la santé au contrôle et à la prévention des infections ; à l’approvisionnement en produits de santé essentiels et à l’amélioration de la gestion des déchets. Les États-Unis ont investi un total de plus de 1,5 milliard de dollars pour l’aide à Madagascar au cours des 20 dernières années, dont plus de 722 millions de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Malawi : Une aide de 4,5 millions de dollars dans le domaine de la santé pour faire face à l’épidémie. Ces fonds permettront de financer les activités de réponse et de préparation à la COVID-19 au niveau local, notamment les activités de surveillance, le renforcement des pratiques de contrôle et de prévention des infections, le dépistage aux points d’entrée et la gestion des cas. Ils faciliteront également les actions de communication sur les risques et d’engagement communautaire, en particulier des campagnes à la radio et sur les réseaux sociaux, et l’assistance technique pour optimiser la logistique et la gestion de la chaîne d’approvisionnement. Les États-Unis ont fourni plus de 3,6 milliards de dollars d’aide totale au Malawi au cours des 20 dernières années, dont plus de 1,7 milliard de dollars dans le secteur de la santé.
  • Mali : Plus de8,4 millions de dollars d’aide pour la réponse à la COVID-19 correspondent à 2,4 millions de dollars en assistance sanitaire et 2 millions pour l’aide humanitaire dans le cadre de l’IDA destinés à des actions de communication des risques, de prévention et de contrôle des infections en milieu médical et de coordination, et plus de 4 millions de dollars en assistance humanitaire MRA au bénéfice des personnes vulnérables au Mali pendant la pandémie. L’aide sanitaire permettra de financer des actions dans le domaine de la communication des risques et de l’engagement communautaire, notamment en établissant des réseaux de communication communautaire modernes et traditionnels et en appelant les citoyens à lutter contre la désinformation et les rumeurs, ainsi qu’un soutien à la ligne directe nationale du ministère de la Santé, le renforcement des réseaux de diagnostic et des systèmes de surveillance des maladies, l’optimisation de la surveillance en temps réel pour accélérer la détection et l’investigation des cas et l’identification des chaînes de contacts et former et mobiliser les équipes existantes de surveillance communautaire, d’alerte précoce et d’intervention rapide pour signaler les infections et aider les malades à obtenir des soins rapides et appropriés. Le financement de la santé facilitera également des activités de prévention et de contrôle des infections dans les points de détection des cas prioritaires (y compris les points d’entrée au Mali le long des routes de fret à forte circulation) et dans les établissements de santé publics et communautaires, notamment au moyen de l’approvisionnement en matériel et fournitures nécessaires à la prévention des infections, et de la gestion des déchets médicaux. Cette nouvelle assistance s’inscrit dans la continuité de décennies d’investissements américains au Mali représentant une aide totale de plus de 3,2 milliards de dollars au cours des 20 dernières années, dont plus de 807 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Mauritanie : Une assistance de 250 000 $ dans le secteur de la santé pour faire face à l’épidémie au moyen du financement d’actions de communication sur les risques et d’implication communautaire, de renforcement de la gestion des chaînes d’approvisionnement et de la logistique, et de l’amélioration de la prévention et du contrôle des infections en milieu médical. Les États-Unis ont fourni plus de 424 millions de dollars d’aide totale au cours des 20 dernières années à la Mauritanie, dont plus de 27 millions de dollars pour la santé, jetant ainsi des bases solides pour sa riposte à la pandémie.
  • Maurice : Une assistance de 500 000 $ dans le secteur de la santé pour faire face à l’épidémie dans le cadre de la stratégie de riposte nationale à la COVID-19, en particulier grâce au renforcement de la coordination et de la logistique, à l’élaboration et la diffusion de communications sur les risques et de documents en faveur de la prévention au niveau communautaire. Elle permettra également le renforcement des protocoles de prévention et de contrôle des infections en milieu médical, la dissémination des lignes directrices en matière de gestion des cas et la formation du personnel de santé à leur utilisation, l’amélioration des protocoles et fonctionnalités de surveillance et d’intervention rapide et l’expansion des capacités de laboratoire. Cette nouvelle assistance vient s’ajouter aux plus de 13 millions de dollars d’aide totale du gouvernement américain au cours des 20 dernières années, dont 838 000 dollars pour la santé.
  • Mozambique : Un financement de 6,8 millions de dollars, dont 4,8 millions pour la santé et 2 millions pour l’aide internationale face aux catastrophes contribuera aux actions dans le domaine de la communication sur les risques et de l’engagement communautaire, en particulier des messages de prévention dans les médias grand public ; dans le domaine de l’eau et de l’assainissement ; ainsi qu’à la prévention et au contrôle des infections dans les principaux établissements de santé du Mozambique. L’aide sanitaire financera également la formation du personnel de santé à la gestion des cas et permettra de veiller à ce que les établissements de santé soient préparés à répondre à l’épidémie. Les États-Unis ont investi un total de près de 6 milliards de dollars au cours des 20 dernières années au Mozambique, dont plus de 3,8 milliards de dollars dans le secteur de la santé.
  • Namibie : 750 000 $ d’aide sanitaire pour faire face à l’épidémie en améliorant les capacités des laboratoires dans le domaine des diagnostics et de l’assistance technique pour la gestion de la chaîne d’approvisionnement et la logistique. Cette nouvelle assistance s’ajoute à près de 1,5 milliard de dollars au total d’investissements du gouvernement américain en Namibie au cours des 20 dernières années, dont plus de 970,5 millions de dollars sous la forme d’aide médicale à long terme.
  • Niger : Près de 5,4 millions de dollars d’aide comprennent près de 800 000 dollars en assistance sanitaire et 2 millions d’assistance humanitaire dans le cadre de l’IDA pour la communication des risques, la prévention et le contrôle des maladies infectieuses en milieu médical et la coordination, et plus de 2,6 millions de dollars en assistance humanitaire MRA qui aideront les personnes vulnérables au Niger pendant la pandémie, en particulier les réfugiés et les migrants vulnérables, ainsi que les communautés d’accueil. Cette aide s’ajoute à plus de 2 milliards de dollars au total d’investissements du gouvernement américain au Niger au cours des 20 dernières années, dont près de 233 millions de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Nigeria : Une aide de plus de 30,3 millions de dollars comprend près de 3,3 millions pour l’aide médicale et 23 millions de dollars en financement humanitaire pour la santé et en aide internationale face aux catastrophes destinés à des actions de communication sur les risques, des activités d’approvisionnement en eau et d’assainissement, de prévention des infections et de coordination, et plus de 4,1 millions de dollars en assistance humanitaire MRA pour les personnes vulnérables. Cette aide s’inscrit dans la continuité de plus de 8,1 milliards de dollars d’aide totale des États-Unis au Nigéria au cours des 20 dernières années, dont plus de 5,2 milliards de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Rwanda : Plus de 2,2 millions de dollars d’aide à la réponse à la COVID-19 au Rwanda, dont 1,7 million de dollars dans le secteur de la santé qui contribueront aux actions de surveillance et de gestion des cas, et 474 000 $ en assistance humanitaire MRA au service des réfugiés et des communautés d’accueil au Rwanda. Cela vient s’ajouter aux investissements du gouvernement américain à long terme au Rwanda pour un total de plus de 2,6 milliards de dollars d’aide au cours des 20 dernières années, dont plus de 1,5 milliard de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Sénégal : Une aide dans le secteur de la santé de 3,9 millions de dollars dans le cadre d’actions de communication sur les risques, de distribution d’eau et d’assainissement, de prévention et de contrôle des infections en milieu médical, de messages de santé publique, etc. Au Sénégal, les États-Unis ont investi près de 2,8 milliards de dollars dans l’aide totale au cours des 20 dernières années, dont près de 880 millions de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Sierra Leone : Une assistance sanitaire de 1,7 million de dollars pour faire face à l’épidémie en renforçant les activités de surveillance, d’identification des chaînes de contacts, de détection des cas, la communication des risques, l’engagement communautaire et la gestion des cas de COVID-19 dans les établissements de santé. Cette aide vient s’ajouter à des décennies d’investissements américains en Sierra Leone, correspondant à un total de plus de 5,2 milliards de dollars d’aide au cours des 20 dernières années, dont près de 260 millions de dollars dans le seul domaine de la santé.
  • Somalie : Plus de 17,1 millions de dollars d’aide pour la riposte à la COVID-19 comprennent 12,6 millions de dollars d’aide dans le cadre de l’IDA et 4,5 millions de dollars d’aide humanitaire MRA pour faciliter la communication sur les risques, la prévention et le contrôle des maladies infectieuses en milieu médical et la gestion des cas, entre autres, en particulier pour les réfugiés rapatriés, les migrants vulnérables et les communautés d’accueil. Cette aide vient s’ajouter à 5,3 milliards de dollars d’aide totale à la Somalie au cours des 20 dernières années, dont près de 30 millions de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Afrique du Sud : Une aide sanitaire d’environ 8,4 millions de dollars pour lutter contre la COVID-19 contribuera aux actions dans le domaine de la communication sur les risques, de l’eau et de l’assainissement, de la prévention et du contrôle des infections, des messages de santé publique, etc. Les États-Unis se sont aussi engagés à envoyer jusqu’à 1000 ventilateurs en Afrique du Sud, les premiers y sont arrivés le 11 mai 2020. Cette aide vient s’ajouter aux plus de 7 milliards de dollars d’aide totale des États-Unis à l’Afrique du Sud au cours des 20 dernières années, près de 6 milliards de dollars investis dans le domaine de la santé.
  • Soudan du Sud : Une aide de 21,8 millions de dollars pour la réponse à la COVID-19 du Soudan du Sud se compose de 13,4 millions de dollars d’aide humanitaire dans le cadre de l’IDA pour la gestion des cas, la prévention et le contrôle des infections, la logistique, la coordination, la communication des risques et les programmes d’eau, d’assainissement et d’hygiène, des programmes sanitaires de 2,75 millions de dollars, et près de 5,6 millions de dollars en assistance humanitaire sous forme d’aide aux réfugiés, aux personnes déplacées et à leurs communautés d’accueil au Soudan du Sud pendant la pandémie. L’assistance sanitaire financera l’élargissement de la formation des personnels de santé et des pairs éducateurs sur les bonnes pratiques pour prévenir et contrôler les infections dans les établissements de santé afin de protéger les communautés et les patients, en particulier ceux à haut risque ou immunodéprimés; le renforcement des capacités en milieu médical et dans la communauté pour gérer et orienter les cas de COVID-19. L’aide sanitaire financera également une intensification des actions pour répondre aux préoccupations de la communauté, notamment en suivant et en combattant les rumeurs, les idées fausses et les griefs. Ce financement s’inscrit dans la continuité des investissements américains antérieurs au Soudan du Sud qui représentent un total de 6,4 milliards de dollars au cours des 20 dernières années, dont plus de 405 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Soudan : Les près de 24,1 millions de dollars d’aide se composent de 16,8 millions de dollars d’aide humanitaire dans le cadre de l’IDA pour le renforcement des capacités de laboratoire, la surveillance des maladies et l’identification des chaînes de contact, la gestion des cas, la communication des risques, la surveillance des maladies, la prévention et le contrôle des infections et les programmes d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène ; de 5 millions de dollars de FSE pour l’aide sous forme de dotations en liquide pour les familles vulnérables affectées par la COVID-19, et de plus de 1,3 million de dollars d’aide humanitaire MRA au service des personnes vulnérables. Les États-Unis ont investi plus de 1,6 milliard de dollars en aide au Soudan au cours des 20 dernières années, dont plus de 3 millions dans le secteur de la santé.
  • Tanzanie : 3,4 millions de dollars d’aide dans le domaine de la santé au service d’actions de renforcement des capacités de laboratoire pour une optimisation des diagnostics, de communication des risques, liées à la distribution d’eau et à l’assainissement, à la prévention et au contrôle des infections, à la diffusion de messages d’intérêt public dans le domaine de la santé, entre autres. Les États-Unis ont investi un total de plus de 7,5 milliards de dollars en Tanzanie au cours des 20 dernières années, dont près de 4,9 milliards dans le domaine de la santé.
  • Ouganda : Les 3,6 millions de dollars d’aide se composent de 2,3 millions de dollars en assistance sanitaire pour faire face à l’épidémie et près de 1,3 million de dollars d’aide humanitaire MRA au service des réfugiés et de leurs communautés d’accueil en Ouganda pendant la pandémie. L’assistance sanitaire renforcera la prévention et le contrôle des infections et les pratiques de prise en charge des cas dans les établissements de santé, notamment en formant le personnel de santé aux nouveaux protocoles ; permettra de promouvoir la communication des risques et l’engagement communautaire, avec notamment des documents et des messages destinés aux groupes les plus vulnérables ; et l’amélioration des systèmes de gestion pour garantir la responsabilisation et la disponibilité des produits de santé, des médicaments essentiels et des fournitures médicales dans les établissements de santé, ainsi que l’accès à ces produits, afin de préserver la continuité des services. Cette aide vient s’ajouter à l’aide totale de près de 8 milliards de dollars des États-Unis à l’Ouganda au cours des 20 dernières années et à près de 4,8 milliards de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Zambie : 3,4 millions de dollars en assistance dans le secteur de la santé contribuent à des actions de communication des risques, des actions liées à l’eau et l’assainissement, à la prévention et au contrôle des infections, à la diffusion de messages de santé publique, etc. Cette nouvelle aide vient s’ajouter à 4,9 milliards de dollars d’aide totale des États-Unis pour la Zambie au cours des 20 dernières années, dont près de 3,9 milliards de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Zimbabwe : Près de 5 millions de dollars en assistance, dont près de 3 millions pour l’aide sanitaire et 2 millions pour l’aide humanitaire dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes aideront à préparer les laboratoires à des tests à grande échelle, à faciliter les activités de dépistage des maladies de type grippal, à mettre en œuvre un plan d’urgence de santé publique pour les points d’entrée, entre autres choses. L’assistance sanitaire financera le renforcement des capacités des laboratoires, la prévention et le contrôle et la gestion des cas de COVID-19 dans les établissements de santé, en particulier les stations de lavage des mains, les centres de dépistage, la préparation des hôpitaux en vue du traitement des patients atteints de la COVID-19, la formation du personnel de santé et la mise en place de points de prestation de soins alternatifs. Ces fonds financeront également la formation d’équipes d’intervention rapide, d’agents de santé communautaire et de bénévoles, et des actions de communication sur les risques et en faveur de l’engagement communautaire. Cette nouvelle assistance s’appuie sur des antécédents d’investissements américains au Zimbabwe – près de 3 milliards de dollars au total au cours des 20 dernières années, près de 1,2 milliard de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Actions régionales dans le Sahel : 5 millions de dollars du FSE renforceront les efforts des gouvernements partenaires et de la société civile pour gérer la COVID-19 et y riposter dans le cadre d’une communication et d’une réponse transparentes. Ces investissements couvriront le Burkina Faso, le Niger, la Gambie, le Tchad et le Mali.
  • Actions régionales en Afrique de l’Ouest : 5 millions de dollars du FSE serviront à mener des campagnes d’information avec les autorités et les communautés locales et à travailler avec des groupes communautaires, des stations de radio communautaires et des acteurs des médias locaux pour mettre au point des messages ciblés dans les langues locales. L’aide permettra aussi l’implication des citoyens dans des actions menées localement de plaidoyer, de dialogue et en faveur de changements de comportement inclusifs. Ces investissements couvriront le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Togo, le Bénin et la Guinée.
  • Assistance humanitaire régionale en Afrique subsaharienne : plus de 6 millions de dollars en assistance humanitaire MRA pour aider les personnes vulnérables pendant la pandémie.

Asie :

  • Afghanistan : Plus de 18,7 millions de dollars d’aide totale des États-Unis spécifiquement pour la réponse de l’Afghanistan à la COVID-19, dont plus de 5,6 millions de dollars sous forme d’assistance médicale et humanitaire dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes pour faciliter la détection et le traitement de la COVID-19 pour les personnes déplacées à l’intérieur du pays, et près de 3,1 millions de dollars en assistance humanitaire dans le cadre de l’aide aux réfugiés et aux migrations pour les rapatriés afghans. Cela comprend également 10 millions de dollars de ressources existantes que les États-Unis ont redirigées pour financer le plan d’intervention d’urgence des Nations unies contre la COVID-19. Ce soutien prévoit des actions de surveillance, d’amélioration des laboratoires, de gestion des cas de la maladie, de prévention et de contrôle des infections en milieu médical, d’implication communautaire et d’assistance technique au gouvernement afghan.
  • Bangladesh : Une assistance de plus de 25,7 millions de dollars comprend 10,3 millions de dollars en assistance médicale et humanitaire dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes pour la gestion des cas, les activités de surveillance, la prévention et le contrôle des infections, la communication des risques et les programmes d’eau, d’assainissement et d’hygiène, et plus de 15,3 millions de dollars en assistance humanitaire MRA pour les personnes vulnérables pendant la pandémie, en particulier les réfugiés et les communautés d’accueil. Cette aide s’inscrit dans la continuité des près de 4 milliards de dollars d’aide totale des États-Unis au cours des 20 dernières années, dont plus de 1 milliard de dollars pour la santé.
  • Bhoutan : Une aide totale d’un million de dollars pour la réponse à la COVID-19 prévoit 500 000 dollars du fonds de soutien économique pour aider les micro, petites et moyennes entreprises à générer des revenus pour les personnes affectées par la COVID-19. Elle prévoit également une aide de 500 000 dollars dans le domaine de la santé pour renforcer les capacités des laboratoires de diagnostic et de gestion des cas cliniques, offrir une formation virtuelle aux prestataires de soins de santé et au personnel de laboratoire et financer la conception et la production de documents de sensibilisation aux risques. Cette assistance vient s’ajouter à un total de plus de 6,5 millions de dollars d’investissements  du gouvernement américain au cours des 20 dernières années, dont 847 000 dollars dans le domaine médical.
  • Birmanie : Près de 13,5 millions de dollars au total, dont environ 6,5 millions de dollars pour la santé et 4,8 millions de dollars en financement humanitaire dans le domaine de l’aide internationale face aux catastrophes sont consacrés à la prévention et au contrôle des infections à la COVID-19 en milieu médical, à la gestion des cas, aux laboratoires, à la communication des risques et à l’engagement communautaire, ainsi qu’à l’approvisionnement en eau et à l’assainissement, y compris l’assistance aux camps de déplacés qui subissent des pénuries d’eau. Il s’agit également de près de 2,2 millions de dollars d’assistance humanitaire MRA pour aider les populations vulnérables et leurs communautés d’accueil pendant la pandémie. Cette aide vient s’ajouter aux investissements à long terme du gouvernement des États-Unis en Birmanie, soit plus de 1,3 milliard de dollars d’aide totale dont plus de 176 millions de dollars pour la santé depuis 20 ans.
  • Cambodge : Une aide de plus de 11 millions de dollars au total pour la réponse à la COVID-19. Il s’agit en particulier de 5 millions provenant du FSE pour l’aide et la formation aux compétences professionnelles pour les populations vulnérables, en particulier les migrants rapatriés, et le renforcement des actions de protection de l’enfance et de lutte contre le trafic des enfants. Il s’agit également de plus de 6 millions de dollars sous forme d’assistance médicale pour aider le gouvernement du Cambodge à préparer des systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à communiquer les risques, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, entre autres. Les États-Unis ont fourni plus de 1,6 milliard de dollars d’aide totale au Cambodge, dont plus de 730 millions de dollars dans le secteur de la santé au cours des 20 dernières années.
  • Inde : Près de 5,9 millions de dollars en assistance sanitaire pour aider l’Inde à ralentir la propagation de la COVID-19, à prodiguer des soins aux personnes touchées, à diffuser des messages de santé publique essentiels aux communautés, à renforcer le dépistage et la surveillance des cas et à mobiliser des mécanismes de financement innovants pour la préparation aux situations d’urgence et la réponse à cette pandémie. Cette aide s’inscrit dans la continuité de près de 2,8 milliards de dollars d’aide totale des États-Unis à l’Inde au cours des 20 dernières années, dont plus de 1,4 milliard de dollars dans le domaine de la santé.
  • Indonésie : 11 millions de dollars dont plus de 9 millions dans le secteur de la santé et l’assistance humanitaire dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes pour aider le gouvernement à préparer les systèmes de laboratoire, activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, et soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, entre autres choses. Cette aide prévoit également près de 1,5 million de dollars pour l’assistance humanitaire MRA au bénéfice des réfugiés, des migrants vulnérables et de leurs communautés d’accueil. Les États-Unis ont investi un total de plus de 5 milliards de dollars d’aide au cours des 20 dernières années, dont plus d’un milliard de dollars dans le domaine de la santé.
  • Kazakhstan : Plus de 3,1 millions de dollars en assistance médicale aideront à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques pour la réponse et la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre autres choses. Cette nouvelle assistance s’appuie sur des investissements américains de plus de 2 milliards de dollars d’aide totale au cours des 20 dernières années, dont 86 millions en assistance médicale.
  • Kirghizstan : Une assistance médicale d’environ 900 000 dollars aidera à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre autres. Les États-Unis ont investi près de 1,2 milliard de dollars d’aide totale au Kirghizstan au cours des 20 dernières années, dont plus de 120 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Laos : Près de 4,5 millions de dollars d’assistance médicale aident le gouvernement à préparer des systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, entre autres. Cette assistance s’inscrit dans la continuité de l’investissement du gouvernement américain au Laos, en particulier plus de 348 millions de dollars au cours des dix dernières années, dont près de 92 millions dans le secteur de de l’aide à la santé.
  • Malaisie : Un total de 1,2 million de dollars d’aide médicale destinés à financer la prévention et le contrôle des infections en milieu médical, l’implication communautaire, la surveillance des maladies et les systèmes d’identification des chaînes de contact, à accroître les actions de communication sur les risques, et bien d’autres choses en réponse à la COVID-19. Il s’agit également d’une aide humanitaire MRA de 200 000 dollars qui permettront de financer les efforts de réponse à la COVID-19 pour les réfugiés et les demandeurs d’asile en Malaisie. Cette aide s’inscrit dans la continuité de décennies d’investissements des États-Unis en Malaisie, pour un total de 288 millions de dollars d’aide au cours des 20 dernières années, dont plus de 3,6 millions dans le secteur de la santé.
  • Maldives : Un financement de 2 millions de dollars du Fonds de soutien économique facilitera l’expansion des services de protection sociale sous la direction d’organisations locales de la société civile et les aidera à plaider efficacement en faveur des politiques de rétablissement face à la COVID. Cette assistance prévoira également un soutien technique au gouvernement pour mettre au point des mesures économiques, fiscales et monétaires en réponse à l’épidémie de COVID-19. Les investissements américains aux Maldives représentent plus de 30 millions de dollars d’aide totale depuis 2004.
  • Mongolie : Une aide médicale de près de 1,2 million de dollars aide le gouvernement à préparer des systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, et à soutenir les experts technique dans le cadre de la réponse et la préparation, entre autres choses. Les États-Unis ont investi plus d’un milliard de dollars d’aide totale à la Mongolie au cours des 20 dernières années, dont près de 106 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Népal : Une aide totale de 7,3 millions de dollars pour la réponse à la COVID-19 comprend 2,5 millions de dollars en provenance du fonds de soutien économique pour aider les gouvernements locaux et les comités de gestion des catastrophes à réagir aux impacts économiques et sociaux de la COVID-19, et permettra d’octroyer de petites subventions au secteur privé et aux organisations de la société civile pour permettre le rétablissement économique, limiter l’insécurité alimentaire, et répondre aux besoins des populations vulnérables. Elle prévoit également 4,8 millions de dollars d’aide dans le domaine de la santé pour aider le  gouvernement dans le cadre d’actions de communication sur les risques au niveau communautaire, de préparation des systèmes de laboratoire, d’activation de la détection des cas et de la surveillance basée sur les événements, de soutien des experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, entre autres choses. Au cours des 20 dernières années, les investissements du gouvernement américain au Népal ont totalisé plus de 2 milliards de dollars, dont plus de 603 millions de dollars dans le seul domaine de la santé.
  • Îles du Pacifique : Un total de près de 12,2 millions de dollars comprend des fonds de soutien économique de 5 millions de dollars pour renforcer la capacité de la société civile à lutter contre la désinformation et l’incitation à la haine, et protéger les droits des groupes vulnérables et marginalisés. De petites subventions seront également mises à disposition aux niveaux communautaire et national pour accroître la résilience et la capacité de ces groupes à répondre aux impacts économiques de la COVID-19. Ce total comprend aussi une assistance médicale de 4,7 millions de dollars pour aider les gouvernements à préparer des systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, et 2,5 millions de dollars en assistance humanitaire dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes pour faciliter la communication sur les risques, la prévention des infections et leur contrôle dans les locaux médicaux, la logistique, les actions de coordination, etc. Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont investi plus de 5,21 milliards de dollars pour l’aide aux îles du Pacifique. Au cours des dix dernières années, les États-Unis ont investi plus de 620 millions dans le seul domaine de l’aide médicale pour les îles du Pacifique.
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG) : Une aide médicale de 3,55 millions de dollars aide le gouvernement de la Papouasie-Nouvelle-Guinée à préparer des systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, et à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, de la communication des risques, de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses en milieu médical, etc. Les États-Unis ont investi plus de 108 millions de dollars au total en Papouasie-Nouvelle-Guinée au cours des 20 dernières années, dont plus de 52 millions de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Pakistan : Au total, près de 18 millions de dollars en nouvelle assistance à la réponse du Pakistan à la COVID-19 sont répartis de la façon suivante : une contribution de l’USAID de 5 millions de dollars à l’accord entre le département du Développement international du Royaume-Uni avec le gouvernement du Pakistan pour financer son programme d’aide d’urgence en espèces. La contribution de l’USAID aidera 66 000 familles vulnérables affectées par la COVID-19 ; 10 millions de dollars en assistance médicale pour aider le Pakistan à renforcer la surveillance et à mieux préparer les communautés à identifier les épidémies potentielles, en particulier un financement pour la formation des prestataires de soins de santé et d’autres besoins urgents ; et une assistance humanitaire MRA de près de 2,9 millions de dollars pour aider les populations vulnérables au Pakistan. L’investissement à long terme des États-Unis au Pakistan au cours des 20 dernières années fait intervenir plus de 18,4 milliards de dollars d’aide totale, dont 1,2 milliard de dollars pour le seul secteur de la santé.
  • Philippines : Plus de 15 millions de dollars d’aide total en réponse à la COVID-19 comprennent 5 millions de dollars en provenance du fonds de soutien économique pour offrir des subventions et une formation professionnelles aux secteurs et communautés fortement affectés ; faciliter l’accès au crédit pour les micro et petites entreprises ; et appuyer les actions du gouvernement national pour faciliter la gestion de la crise, l’approvisionnement et un environnement réglementaire favorable à la résilience des communautés et des entreprises. Par ailleurs, une aide médicale d’environ 6,5 millions de dollars et 2,8 millions de dollars d’aide humanitaire dans le cadre de l’IDA aideront à moderniser les systèmes de laboratoire et de transport d’échantillons, à intensifier la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques philippins et internationaux dans le cadre de la réponse et de la préparation, de la communication des risques, de la prévention des infections et de leur contrôle, de la promotion du lavage des mains et de l’hygiène, de la préparation et de la riposte au niveau communautaire, entre autres choses. Enfin, 875 000 dollars sous forme d’assistance humanitaire MRA permettront d’aider les populations vulnérables pendant la pandémie. Les États-Unis ont investi plus de 4,5 milliards de dollars au total sous forme d’assistance au cours des 20 dernières années, dont 582 millions de dollars pour le seul secteur de la santé aux Philippines.
  • Sri Lanka : Une aide totale de plus de 5,8 millions de dollars, dont 2 millions de dollars en fonds de soutien économique pour accroître les services sociaux dans les zones et au sein des populations les plus touchées par la crise de la COVID-19, et faire face aux menaces spécifiques à la cohésion sociale et atténuer les impacts économiques négatifs ; 2 millions de dollars de fonds de soutien économique supplémentaires pour renforcer les petites et moyennes entreprises et accroître la participation économique des femmes ; et une aide médicale de 1,3 million de dollars pour aider le gouvernement du Sri Lanka à préparer des systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, faciliter la communication des risques, la prévention et le contrôle des maladies infectieuses en milieu médical, etc. À ceci s’ajoutent 590 000 dollars en aide humanitaire MRA pour soutenir les populations vulnérables durant la pandémie. Au cours des 20 dernières années, l’aide américaine au Sri Lanka s’est montée à plus d’un milliard de dollars d’aide totale, dont 26 millions de dollars pour le seul secteur de la santé.
  • Tadjikistan : Une assistance dans le secteur de la santé d’environ 866 000 $ aide à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre autres. Cette aide s’inscrit dans la continuité d’une aide américaine de plus d’un milliard de dollars au total au cours des 20 dernières années, dont près de 125 millions de dollars pour l’aide dans le secteur de la santé.
  • Thaïlande : Une aide sanitaire de plus de 6,5 millions de dollars aidera le gouvernement de Thaïlande à préparer des systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, de la communication des risques, de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses en milieu médical, etc. Une aide humanitaire MRA de 730 000 dollars facilitera la surveillance et les capacités de réponse dans les neuf camps de réfugiés birmans à la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie. Cette nouvelle aide s’inscrit dans le cadre de l’aide du gouvernement américain à long terme en Thaïlande, avec plus d’un milliard de dollars d’aide totale au cours des 20 dernières années, dont plus de 214 millions de dollars pour le secteur de la santé.
  • Timor-Leste : Une aide médicale de près de 1,1 million de dollars aide le gouvernement du Timor-Leste à préparer des systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, de la communication des risques, etc. Les États-Unis ont investi un total plus de 542 millions de dollars au niveau de l’aide au Timor-Leste depuis son indépendance en 2002, dont près de 70 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Turkménistan : Une aide médicale d’environ 920 000 dollars a été mise à disposition pour aider à préparer les systèmes de laboratoire, activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, renforcer la communication sur les risques, etc. Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont collaboré étroitement avec le gouvernement du Turkménistan et des partenaires locaux pour mettre en œuvre des programmes bilatéraux et régionaux correspondant à un total de plus de 207 millions de dollars, dont plus de 21 millions de dollars pour la santé.
  • Ouzbékistan : Des subventions à la santé d’environ 3,9 millions de dollars aident à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre autres. Cette aide à la réponse à la COVID-19 s’inscrit dans la continuité d’une aide totale de plus d’un milliard de dollars au cours des 20 dernières années, dont plus de 122 millions de dollars pour le seul secteur de la santé.
  • Vietnam : Une aide totale de près de 9,5 millions de dollars pour la réponse à COVID-19 comprend 5 millions de dollars en fonds de soutien économique, qui seront utilisés pour apporter immédiatement les ressources nécessaires, notamment pour soutenir le redressement du secteur privé en facilitant l’accès au financement pour les entreprises ; en améliorant la capacité des entreprises à faire face à une hausse prévue de la demande ;  et en travaillant avec le gouvernement du Vietnam pour renforcer ses interventions de soutien. Ces fonds prévoient également 4,5 millions de dollars d’aide médicale pour aider le gouvernement à préparer les systèmes de laboratoire, activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, soutenir les experts techniques dans le cadre de la préparation et de la réponse, de la communication des risques, de l’éducation et de l’implication communautaires, de la prévention des infections en milieu médical, de la détection des infections aux points d’entrée, etc. Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont investi plus de 1,8 milliard de dollars dans l’aide totale au Vietnam, dont plus de 706 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Actions régionales en Asie : Des fonds de soutien économique de 2 millions de dollars permettront de veiller à la prestation de services essentiels aux migrants vulnérables en Asie centrale bloqués dans la région en raison de la fermeture des frontières et à leur retour en toute sécurité conformément à leurs propres souhaits et avec l’aide d’organisations non gouvernementales (ONG) et des gouvernements nationaux. Par ailleurs, une assistance sanitaire de 800 000 dollars aide les gouvernements et les ONG de toute la région à préparer des systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, de la communication des risques, de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses en milieu médical, etc. Par ailleurs, près de 2,8 millions de dollars en assistance humanitaire MRA permettront d’aider les populations vulnérables en Asie du Sud-Est et 425 000 dollars en assistance humanitaire MRA aideront les personnes vulnérables en Asie centrale pendant la pandémie. En plus d’une aide bilatérale historique aux pays individuels de la région, les États-Unis ont fourni plus de 226 millions de dollars au titre de l’aide sanitaire au niveau régional, et au total plus de 3 milliards de dollars dans le cadre de l’aide au développement et autres au cours des 20 dernières années.

Europe et Eurasie :

  • Albanie : Une assistance médicale de plus de 2 millions de dollars aide à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre autres choses. Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont investi plus de 693 millions de dollars dans l’aide totale à l’Albanie, dont plus de 51,8 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Arménie : Une aide sanitaire de 2,7 million de dollars facilite la préparation des systèmes de laboratoire, l’activation de la détection des cas et de la surveillance basée sur les événements, le soutien des experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, le renforcement de la communication sur les risques, entre bien d’autres choses. Les États-Unis ont investi plus de 1,57 milliard de dollars dans l’aide totale à l’Arménie au cours des 20 dernières années, dont près de 106 millions de dollars dans le seul domaine de la santé.
  • Azerbaïdjan : Une aide totale de près de 3,6 millions de dollars dont trois dans le domaine de la santé aide à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre bien d’autres choses.  Une aide humanitaire MRA de 565 000 dollars aidera également les populations vulnérables et leurs communautés d’accueil pendant la pandémie. Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont investi plus de 894 millions de dollars en aide totale à l’Azerbaïdjan, dont près de 41 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Biélorussie : Un financement de 1,7 million de dollars pour la santé aide à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre autres. Cette nouvelle aide s’inscrit dans la continuité de décennies d’investissements américains en Biélorussie, qui représentent une aide totale des États-Unis de 301 millions de dollars sur les 20 dernières années, dont près de 1,5 million de dollars dans le domaine médical.
  • Bosnie-Herzégovine : Une aide médicale de 2,2 millions de dollars aide à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre autres choses. Les États-Unis ont investi plus de 1,1 milliard de dollars au total sous forme d’aide à la Bosnie-Herzégovine au cours des 20 dernières années, dont 200 000 dollars dans le domaine de la santé.
  • Bulgarie : Une aide sanitaire de 500 000 $ pour faire face à l’épidémie. Cette nouvelle aide s’inscrit dans la continuité d’une longue tradition d’aide des États-Unis à la Bulgarie, qui représente au total plus de 558 millions de dollars sur les 20 dernières années, dont plus de 6 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Géorgie : Un financement de 2,7 millions de dollars pour la santé contribue à la préparation des systèmes de laboratoire, à l’activation de la détection des cas et de la surveillance basée sur les événements, au soutien des experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, et plus encore. Les États-Unis ont apporté une aide totale de plus de 3,6 milliards de dollars au cours des 20 dernières années, dont près de 139 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Grèce : Une aide humanitaire de près de 2,9 millions dollars au titre des activités MRA contribuera aux actions de riposte à la COVID-19 pour les migrants et les réfugiés en Grèce. Cette nouvelle aide s’inscrit dans la continuité de l’aide des États-Unis à la Grèce, qui représente des investissements totaux de plus de 202 millions de dollars sur les 20 dernières années, dont près de 1,8 million pour la santé.
  • Italie : Le soutien des États-Unis comprend une aide économique de 50 millions de dollars mise en œuvre par l’USAID pour renforcer la réponse italienne à la COVID-19. L’USAID élargira et complétera le travail des organisations internationales publiques, des organisations non gouvernementales et des groupes confessionnels face à la pandémie en Italie, pour atténuer son impact social et communautaire. L’USAID travaille également avec le gouvernement italien pour acheter des produits de santé essentiels et pour aider les entreprises italiennes affectées par la pandémie de COVID-19.
  • Kosovo : Une aide médicale de près de 1,6 million de dollars contribue à la préparation des systèmes de laboratoire, à l’activation de la détection des cas et de la surveillance basée sur les événements, au soutien des experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, au renforcement de la communication sur les risques, entre autres. Cette aide à la lutte contre la COVID-19 vient s’ajouter aux investissements américains à long terme qui totalisent plus de 772 millions de dollars d’aide totale au Kosovo au cours des 20 dernières années, dont plus de 10 millions de dollars dans le domaine médical.
  • Moldavie : Une assistance médicale de près de 2,2 millions de dollars aide à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre autres choses. Cette aide pour la COVID-19 s’inscrit dans la continuité d’investissements américains de plus d’un milliard de dollars au total, dont près de 42 millions de dollars dans le domaine de la santé au cours des 20 dernières années.
  • Monténégro : Une aide médicale de 300 000 $ pour faire face à l’épidémie. Cette nouvelle aide vient s’ajouter à un investissement américain à long terme au Monténégro d’un total de plus de 332 millions de dollars, dont plus de 1 million de dollars pour le secteur de la santé.
  • Macédoine du Nord : 1,5 million de dollars d’aide sanitaire aide à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre autres choses. Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont investi plus de 738 millions de dollars au total au niveau de l’aide à la Macédoine du Nord, dont près de 11,5 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Roumanie : Une aide médicale de 800 000 $ pour lutter contre l’épidémie. Le gouvernement américain a par ailleurs entièrement financé une opération de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) pour transporter des équipements de protection individuelle (EPI) de la Corée du Sud à la Roumanie. Les États-Unis investissent en Roumanie depuis des dizaines d’années, avec une aide totale de près de 700 millions de dollars au cours des 20 dernières années, dont plus de 55 millions de dollars dans le domaine médical.
  • Serbie : Une aide de plus de 2 millions de dollars dans le domaine de la santé permet d’élargir les tests, d’activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, de déployer une expertise technique supplémentaire dans le cadre de la réponse et de la préparation, de renforcer la communication sur les risques et l’engagement communautaire, et d’améliorer les pratiques d’hygiène domestique. Les États-Unis ont investi plus d’un milliard de dollars dans l’aide totale à la Serbie au cours des 20 dernières années, dont près de 5,4 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Turquie : Une aide humanitaire de près de 5,7 millions de dollars dans le domaine MRA appuiera les actions de lutte contre la COVID-19 pour les réfugiés et leurs communautés d’accueil en Turquie. Ce nouveau financement s’ajoute aux 18 millions de dollars pour l’aide aux réfugiés syriens en Turquie annoncés le 3 mars, et vient s’ajouter aux près de 1,4 milliard de dollars d’aide totale des États-Unis à la Turquie depuis 20 ans, dont plus de 3 millions de dollars dans le domaine médical, qui sert de fondement aux actions actuelles.
  • Ukraine : 15,5 millions de dollars d’aide totale, dont 13,1 millions sous la forme d’aides médicale et humanitaire dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes aideront les institutions de santé locales à soigner les malades et lutter contre la poursuite de la propagation de la COVID-19 tout en renforçant les actions de communication pour limiter les risques de contagion. Ces fonds permettront également de limiter les impacts secondaires tels que la perte de moyens de subsistance et de services publics pour les populations vulnérables, en particulier dans les communautés affectées par le conflit dans l’Est de l’Ukraine. Cette aide prévoit également 2,4 millions de dollars d’assistance MRA pour aider les populations vulnérables pendant la pandémie. Les États-Unis ont investi près de 5 milliards de dollars au total sous forme d’aide à l’Ukraine au cours des 20 dernières années, dont près de 362 millions de dollars dans le domaine médical.
  • Actions régionales en Europe et en Eurasie : 5 millions de dollars du fonds de soutien économique permettront aux acteurs de la société civile de protéger les institutions démocratiques et de faire en sorte que les citoyens puissent faire entendre leur voix pendant la pandémie. Le financement aidera également les organisations de la société civile à assurer la surveillance citoyenne des efforts de leurs gouvernements pour répondre à la COVID-19.

Amérique latine et Caraïbes :

  • Argentine : Une nouvelle aide humanitaire MRA de 300 000 $ facilitera les actions en réponse à la COVID-19 au bénéfice des réfugiés et des communautés d’accueil. Ces fonds viennent s’ajouter au financement américain pour l’Argentine au cours des 20 dernières années, soit 95,1 millions de dollars au total, dont près de 696 000 dollars pour la santé.
  • Bahamas : Une assistance sanitaire de 750 000 $ permettra de financer la communication sur les risques et l’engagement communautaire, la prévention et le contrôle des infections, la surveillance et les interventions rapides, et de renforcer la gestion des cas. Cette aide vient s’ajouter à des décennies d’investissement américain aux Bahamas, dont près de 143,1 millions de dollars d’aide totale au cours des 20 dernières années, dont 264 800 dollars pour la santé.
  • Belize : 300 000 $ d’aide sanitaire préalablement annoncés pour lutter contre l’épidémie et améliorer la capacité opérationnelle et la gestion des cas. Cette nouvelle aide s’inscrit dans le cadre des investissements américains antérieurs au Belize, qui représentent au total plus de 120 millions de dollars sur les 20 dernières années, dont près de 12 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Bolivie : Une aide médicale de près de 900 000 $, dont 750 000 $ préalablement annoncée pour renforcer les capacités de diagnostic de la COVID-19 et améliorer la surveillance épidémiologique, et 130 000 dollars sous forme de nouvelle aide humanitaire MRA contribueront aux actions de riposte à la COVID-19 pour les réfugiés et les communautés d’accueil. Cette nouvelle aide vient s’ajouter aux investissements à long terme des États-Unis en Bolivie, soit près de 2 milliards de dollars d’aide totale au cours des 20 dernières années, dont 200 millions de dollars dans le secteur de la santé.
  • Brésil : Près de 3,5 millions de dollars, dont 2 millions de dollars de nouveaux fonds pour la santé permettront d’apporter une assistance immédiate aux communautés vulnérables de l’Amazone, en particulier dans le cadre d’actions de communication des risques et d’implication communautaire, de prévention et de contrôle des infections, d’actions liées à l’eau et à l’assainissement, et à la surveillance et aux interventions rapides ; 500 000 dollars d’aide humanitaire MRA supplémentaire pour faciliter les activités de riposte à la COVID-19 au bénéfice des réfugiés et des communautés d’accueil ; et 950 000 dollars de fonds de soutien économique préalablement annoncés permettront d’encourager les investissements du secteur privé visant à atténuer les impacts de la COVID non liés à la santé sur les populations rurales et urbaines vulnérables. Cette aide vient s’ajouter aux  investissements américains antérieurs au Brésil de plus de 617 millions de sur les 20 dernières années, dont près de 103 millions pour la santé.
  • Chili : Une nouvelle aide humanitaire MRA de 20 000 dollars pour faciliter les actions de riposte à la COVID-19 pour les réfugiés et les communautés d’accueil. L’aide des États-Unis au Chili se monte au total à 105,9  millions de dollars sur les 20 dernières années, dont 914 000 dollars pour la santé.
  • Colombie : Près de 13,2 millions de dollars d’aide pour la réponse de la Colombie à la COVID-19, dont 8,5 millions de dollars d’aide humanitaire annoncée précédemment dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes, aident à surveiller la propagation du virus, à la fournitures d’eau et la prestation de services d’assainissement, à gérer les cas de COVID-19, etc. Par ailleurs, près de 4,7 millions de dollars sous forme d’assistance humanitaire MRA nouvelle et précédemment annoncée viendront renforcer les actions pour aider les populations vulnérables pendant la pandémie, en particulier les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et les communautés d’accueil. En Colombie, les États-Unis ont déjà investi un total près de 12 milliards de dollars au titre de l’assistance au cours des 20 dernières années, dont environ 32,5 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Costa Rica : Près de 900 000 dollars au total pour la riposte à la COVID-19 dont 800 000 dollars sous forme de nouvelle assistance sanitaire et 80 000 dollars sous forme de nouvelle assistance humanitaire MRA pour faciliter la réponse à la COVID-19 pour les réfugiés, les migrants vulnérables et les communautés d’accueil. Le financement des États-Unis au bénéfice du Costa Rica s’est monté à 207 millions de dollars au cours des 20 dernières années, dont 19,2 millions de dollars sous forme d’aide à la santé.
  • République dominicaine : Un financement total pour la réponse à la COVID-19 de près de 3,7 millions de dollars comprend 275 000 dollars d’aide humanitaire MRA pour faciliter les actions de réponse à la COVID-10 au bénéfice des réfugiés, des migrants vulnérables et des communautés d’accueil. Ce financement vient s’ajouter à une aide sanitaire déjà annoncée de 1,4 million de dollars pour faire face à l’épidémie, et faciliter l’analyse et les projections épidémiologiques, l’identification des chaînes de contacts, ainsi que la surveillance pandémique ; et 2 millions de dollars de nouveaux fonds de soutien économique pour faire face aux besoins critiques dans les domaines de la protection sociale, du soutien psychologique, de l’éducation, de l’eau et de l’assainissement, et de la sécurité alimentaire dans les communautés vulnérables. Les États-Unis ont investi dans la santé et le développement à long terme de la République dominicaine grâce à plus de 1 milliard de dollars d’aide totale au cours des 20 dernières années, dont près de 298 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Équateur : Un financement total de plus de 8,5 millions de dollars pour lutter contre la COVID-19 prévoit 540 000 dollars d’aide humanitaire MRA pour faciliter la riposte à la COVID-19 pour les réfugiés et les communautés d’accueil, Cette aide vient s’ajouter à l’aide médicale de 2 millions de dollars déjà annoncée qui permettra d’accroître les capacités de test, de mettre en œuvre des activités de communication des risques et de prévention des infections, et de renforcement de la gestion clinique et 6 millions de dollars en aide humanitaire dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes pour faciliter les transports et la logistique, ainsi que la communication des risques et les actions de sensibilisation communautaire.  L’engagement à long terme des États-Unis en Équateur se traduit par plus de 1 milliard de dollars d’aide totale, dont près de 36 millions de dollars dans le domaine médical au cours des 20 dernières années, pour aider l’Équateur à relever d’autres défis de santé publique majeurs tels que Zika et le paludisme.
  • El Salvador : Un financement total pour la réponse à la COVID-19 de 4,6 millions de dollars qui comprend 2 millions de dollars de fonds précédemment annoncés de soutien économique pour faire face aux impacts indirects de la COVID-19 au Salvador au moyen de la création d’emplois et de l’amélioration de l’accès au crédit, deux facteurs critiques qui conduisent à l’immigration illégale aux États-Unis, et près de 2,6 millions de dollars en assistance sanitaire pour lutter contre l’épidémie. Le soutien portera sur la prévention des infections, leur contrôle et la gestion des cas. Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont investi dans la santé et le développement à long terme du Salvador grâce à une aide totale de plus de 2,6 milliards de dollars, dont 111 millions pour la santé.
  • Guatemala : Une assistance sanitaire de plus de 2,4 millions de dollars déjà annoncée renforcera les institutions médicales du Guatemala face à la COVID-19 dans les domaines de la prévention et du contrôle des infections, de la surveillance, de la communication des risques, et de la gestion clinique des cas. L’investissement à long terme des États-Unis dans la santé et le développement du Guatemala représente plus de 2,6 milliards de dollars d’aide totale, dont 564 millions de dollars dans le secteur de la santé au cours des 20 dernières années.
  • Guyana : Une nouvelle aide humanitaire MRA de 350 000 dollars pour faciliter la riposte à la COVID-19 pour les réfugiés et les communautés d’accueil. Cette assistance vient s’ajouter aux actions régionales de riposte à la COVID-19. Au niveau régional, l’aide américaine se monte au total à 840 millions de dollars depuis 20 ans, dont 236 millions pour la santé.
  • Haïti : Une aide de 13,2 millions de dollars préalablement annoncée à Haïti dans le domaine médical et humanitaire dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes facilitera les efforts de communication sur les risques, l’amélioration de la distribution d’eau et de l’assainissement, la prévention des infections en milieu médical, la gestion des cas de COVID-19, le renforcement des laboratoires, etc. Les États-Unis ont investi un total près de 6,7 milliards de dollars au titre de l’aide, dont plus de 1,8 milliard de dollars dans le domaine de la santé en Haïti au cours des 20 dernières années.
  • Honduras : Plus de 2,4 millions de dollars en assistance sanitaire au Honduras aideront le gouvernement à lutter contre l’épidémie grâce à une aide ciblée dans les domaines du renforcement des laboratoires, de l’amélioration de la surveillance des maladies, et de la gestion clinique des cas de COVID-19. Certains de ces fonds seront également affectés au contrôle des infections dans les communautés d’accueil de migrants. Les États-Unis ont également investi près de 1,9 milliard de dollars dans l’aide totale dont 178 millions de dollars dans le domaine de la santé au Honduras au cours des 20 dernières années.
  • Jamaïque : Des subventions à la santé d’un total d’un million de dollars dont 300 000 dollars de nouveaux fonds permettent de financer les actions de coordination, de prévention, de contrôle et de gestion des infections, de communication des risques, et de surveillance. Cette aide s’appuie sur des investissements américains de près de 619 millions de dollars au total au cours des 20 dernières années, dont près de 87 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Mexique : Une aide humanitaire MRA de plus de 1,8 million de dollars facilitera les efforts de réponse à la COVID-19 au sein des populations de réfugiés, de demandeurs d’asile, de migrants vulnérables et de leurs communautés d’accueil au Mexique. L’investissement à long terme des États-Unis au Mexique a aidé à édifier les fondations de la réponse de ce pays à la COVID-19 – cela représente près de 4,8 milliards de dollars d’aide totale aux États-Unis au cours des 20 dernières années, dont plus de 61 millions pour la santé.
  • Nicaragua : Une aide sanitaire de 750 000 dollars permettra de dispenser des formations dans le domaine de la prévention et du contrôle des infections, de la gestion des pandémies et de faciliter la diffusion de communications ciblées et des activités en faveur de l’implication communautaire, ainsi que la gestion des cas pour les populations les plus à risques face à la COVID-19.
  • Panama : Une aide totale de 825 000 dollars, dont une aide précédemment annoncée de 750 000 $ dans le domaine de la santé pour optimiser la capacité du système de santé à prendre en charge les patients souffrant de la COVID-19 ; et  75 000 dollars d’aide humanitaire MRA pour faciliter la riposte à la COVID-19 pour les réfugiés, les migrants vulnérables et les communautés d’accueil. Les États-Unis ont une longue histoire d’investissement dans le domaine de la santé et du développement à long terme du Panama avec plus de 425 millions de dollars d’aide totale des États-Unis au cours des 20 dernières années, dont plus de 33,5 millions dans le domaine de la santé.
  • Paraguay : Une aide sanitaire de près de 1,4 million de dollars, dont 1,3 millions d’aide sanitaire déjà annoncée, facilitera les efforts de communication des risques, de prévention et de contrôle des infections, la gestion des cas de COVID-19, renforcera les laboratoires et facilitera la surveillance. 95 000 dollars d’aide humanitaire MRA permettront de faciliter la riposte pour les réfugiés et les communautés d’accueil. Les États-Unis investissent à long terme au Paraguay, plus de 456 millions de dollars depuis 20 ans, dont plus de 42 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Pérou : Près de 6 millions de dollars au total sont affectés à la riposte à la COVID-19, dont 415 000 dollars sous forme de nouvelle assistance humanitaire MRA pour faciliter la riposte à la COVID-19 pour les réfugiés et les communautés d’accueil ; 3 millions au titre de fonds de soutien économique déjà annoncés pour faire face aux impacts économiques de la COVID-19 et éviter un recul des actions communes en matière de développement et de sécurité au plus haut niveau, en particulier dans le cadre de la lutte contre le commerce de la drogue ; et 2,5 millions de dollars d’aide sanitaire déjà annoncée pour fournir une assistance technique et une formation à la surveillance, la prévention et au contrôle des infections, et faciliter la communication des risques et l’engagement communautaire. La longue histoire des États-Unis en matière d’investissement dans la santé et le développement à long terme du Pérou a permis de poser les fondations de la riposte de ce pays, avec plus de 3,5 milliards de dollars d’aide totale des États-Unis au cours des 20 dernières années, dont près de 265 millions dans le secteur de la santé.
  • Trinidad-et-Tobago : 250 000 dollars de nouvelle aide humanitaire MRA pour faciliter la réponse à la COVID-19 au sein des populations de réfugiés et des communautés d’accueil. Cette assistance vient s’ajouter aux actions régionales de lutte contre la COVID-19 dans les Caraïbes, et à l’aide passée. Au niveau régional, l’aide américaine se monte à un total de 840 millions de dollars depuis 20 ans, dont 236 millions pour la santé.
  • Uruguay : Un financement de 600 000 dollars au total pour la lutte contre la COVID-19 comprend une nouvelle aide sanitaire de 500 000 dollars pour faciliter la communication des risques et l’engagement communautaire, distribuer des fournitures d’hygiène et médicales dans les locaux médicaux, et atténuer les effets secondaires de l’épidémie en préservant l’accès aux programmes de protection sociale, et une nouvelle aide humanitaire MRA de 100 000 dollars pour faciliter la lutte contre la COVID-19 au sein des populations de migrants, de réfugiés et des communautés d’accueil. Cette assistance vient s’ajouter à l’aide de plus de 22 millions des États-Unis à l’Uruguay au cours des 20 dernières années.
  • Venezuela : Une aide humanitaire totale précédemment annoncée de plus de 12,3 millions de dollars au peuple vénézuélien facilite la surveillance de  la propagation du virus, les services de distribution d’eau et d’assainissement, la gestion des cas de COVID-19, entre autres. Les États-Unis ont investi au Venezuela plus de 278 millions de dollars dans l’aide totale à long terme au cours des 20 dernières années, dont plus de 1,3 million directement dans le secteur de la santé. Au cours de l’année qui vient de s’écouler, les États-Unis ont fourni une aide humanitaire et au développement supplémentaire vitale au Venezuela qui n’a pas été comptabilisée dans les chiffres de la riposte à la COVID-19.
  • Actions régionales en Amérique centrale : Une aide humanitaire MRA de près de 850 000 $ préalablement annoncée facilitera les efforts régionaux visant à faire face à la crise migratoire en Amérique centrale pour aider les populations vulnérables au Salvador, au Guatemala et au Honduras pendant la pandémie.
  • Actions régionales dans les Caraïbes : 2,2 millions de dollars de financement total pour la santé, dont 500 000 dollars de nouveaux fonds pour aider 10 pays des Caraïbes (Antigua-et-Barbuda, Barbade, Dominique, Grenade, Guyana, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Suriname, Trinidad-et-Tobago) à intensifier leurs efforts de communication sur les risques, fournir de l’eau et des installations sanitaires, prévenir et contrôler les maladies infectieuses dans les établissements de santé, gérer les cas de COVID-19, renforcer les capacités des laboratoires et la surveillance. Cette aide s’inscrit dans la continuité de décennies d’investissements américains stratégiques dans la région, dont plus de 840 millions de dollars au total au cours des 20 dernières années, notamment 236 millions de dollars pour la santé.

Moyen-Orient et Afrique du Nord :

  • Algérie : 2 millions de dollars d’aide sanitaire dans le cadre de la réponse de l’Algérie à la COVID-19 pour atténuer son impact sur la société algérienne en renforçant la communication sur les risques et les approches d’engagement communautaire dans le cadre du plan de préparation et de réponse du gouvernement algérien.
  • Iraq : Une aideà la lutte contre la COVID-19 pour l’Iraq de plus de 44 millions de dollars prévoit plus de 33,1 millions de dollars pour la santé et l’aide humanitaire dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes pour aider à préparer les laboratoires, à mettre en œuvre un plan d’urgence de santé publique pour les points d’entrée, à activer la détection des cas et la surveillance événementielle des maladies de type grippal, entre autres. Le financement comprend plus de 10,8 millions de dollars d’aide humanitaire MRA pour aider les populations vulnérables pendant la pandémie, en particulier les réfugiés et les communautés d’accueil. Cette nouvelle aide s’inscrit dans la continuité des investissements à long terme en Iraq qui représentent un total de plus de 70 milliards de dollars d’aide des États-Unis depuis 20 ans, dont près de 4 milliards de dollars dans le seul secteur de la santé.
  • Jordanie : Une assistance de plus de 8,4 millions de dollars comprend 6,9 millions de dollars d’aide humanitaire MRA pour faciliter les actions de riposte à la COVID-19 pour aider les populations vulnérables en Jordanie, en particulier les réfugiés et les communautés d’accueil, et 1,5 million de dollars d’assistance sanitaire, qui faciliteront la prévention et le contrôle des infections pour mettre fin à la propagation de la maladie, ainsi que le renforcement des laboratoires pour les tests de dépistage de la COVID-19 à grande échelle. Les États-Unis sont également les principaux donateurs d’aide au gouvernement jordanien, coordonnent une assistance vitale et priorisent les investissements permettant de réagir rapidement maintenant et de programmer des actions à mesure de l’évolution de la menace. Nos investissements au cours des seules 20 dernières années se sont montés à un total de près de 18,9 milliards de dollars au titre de l’aide, dont plus de 1,8 milliard pour la santé.
  • Liban : Une assistance de 13,3 millions de dollars pour le Liban prévoit 5,3 millions de dollars d’aide humanitaire dans le cadre de l’aide internationale face aux catastrophes pour les activités d’intervention contre la COVID-19 ciblant les Libanais vulnérables, telles que le soutien aux établissements de santé privés pour trier, gérer et orienter correctement les patients, assurer la continuité des services de santé essentiels, mener des activités de communication sur les risques et de sensibilisation communautaire, et accroître l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène. Une aide humanitaire de 8 millions de dollars permettra de soutenir les efforts de réponse face à la COVID-19 pour aider les réfugiés et leurs communautés d’accueil au Liban. Cette aide s’inscrit dans le cadre de près de 4,9 milliards de dollars d’aide bilatérale, dont plus de 187 millions de dollars pour la santé, que les États-Unis ont fournis au Liban au cours des 20 dernières années. Outre le financement bilatéral, les États-Unis ont mobilisé plus de 2,3 milliards de dollars d’aide humanitaire pour faire face à la crise syrienne au Liban.
  • Lybie : 12,4 millions de dollars pour lutter contre la COVID-19 comprennent 3,5 millions de dollars du fonds de soutien économique pour aider les municipalités à formaliser leurs fonctions d’intervention en cas de crise, à élaborer des plans de gestion des urgences et à former des équipes aux interventions d’urgence en cas de crise. En outre, l’aide facilitera une diffusion plus large des principaux messages de sensibilisation, d’éducation et d’orientation du public pendant la crise COVID-19. Une aide humanitaire de 6 millions de dollars dans le cadre des actions d’aide internationale face aux catastrophes est également prévue pour aider la Lybie dans le cadre de la facilitation de la communication sur les risques, de l’amélioration de la gestion des cas, du renforcement de la coordination pour une réponse à la COVID-19 efficace, et de la facilitation de la prévention et du contrôle des infections. Près de 3 millions de dollars d’aide humanitaire MRA sont aussi affectés à l’aide aux populations vulnérables pendant la pandémie, en particulier les réfugiés, les migrants vulnérables et les communautés d’accueil.
  • Maroc : Le financement total de la riposte à la COVID-19 de près de 7,7 millions de dollars se répartit de la façon suivante : 4 millions de fonds de soutien économique pour faciliter le rétablissement socio-économique au sein des populations urbaines et rurales marginalisées et vulnérables dans le cadre d’un programme d’aide en espèce, et une aide de près de 3,7 millions de dollars dans le domaine de la santé pour faciliter la préparation des systèmes de laboratoire, activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, renforcer la communication sur les risques, entre autres. Cette aide s’appuie sur des investissements américains à long terme au Maroc de plus de 2,6 milliards de dollars d’aide totale au cours des 20 dernières années, dont 64,5 millions pour le secteur de la santé.
  • Syrie : Les plus de 31 millions de dollars d’aide humanitaire affectés à la réponse à la COVID-19 en Syrie facilitent la communication sur les risques, la surveillance des maladies, les programmes d’eau, d’assainissement et d’hygiène, la prévention et la lutte contre les infections. Cette assistance s’inscrit dans la continuité de décennies d’investissements américains pour le peuple syrien, dont plus de 10 milliards de dollars d’aide humanitaire pour les personnes dans le besoin en Syrie, les réfugiés syriens et leurs communautés d’accueil depuis le début du conflit. L’assistance humanitaire, en particulier les médicaments et les fournitures médicales, fait l’objet d’un certain nombre d’exemptions aux sanctions et d’autorisations dans l’ensemble de la Syrie.
  • Tunisie : Une assistance médicale de 600 000 dollars aidera à préparer les systèmes de laboratoire, à activer la détection des cas et la surveillance basée sur les événements, à soutenir les experts techniques dans le cadre de la réponse et de la préparation, à renforcer la communication sur les risques, entre autres choses. Les États-Unis ont investi un total de plus de 1,3 milliard de dollars sous forme d’aide en Tunisie au cours des 20 dernières années, dont plus de 7 millions de dollars dans le domaine de la santé.
  • Cisjordanie/Gaza : Une assistance internationale en cas de catastrophe d’environ 5 millions de dollars permet d’apporter une aide immédiate et vitale en Cisjordanie.
  • Yémen : Une aide humanitaire de plus de 2,5 millions de dollars appuiera les efforts de riposte à la COVID-19 pour aider les réfugiés, les migrants vulnérables, les personnes déplacées dans leur propre pays et les communautés d’accueil. Au cours des 20 dernières années, les États-Unis ont fourni une aide totale de près de 4 milliards de dollars en faveur du développement à long terme du Yémen, dont près de 132 millions dans le domaine de la santé.
  • Actions régionales au Moyen-Orient : une aide humanitaire MRA de 3 millions de dollars au service des populations vulnérables pendant la pandémie.

Au niveau mondial :

  • Des programmes d’aide humanitaire et sanitaire internationaux et régionaux d’environ 92,1 millions de dollars sont assurés au niveau mondial par le biais d’organisations internationales et d’ONG, notamment des programmes qui facilitent la gestion de la chaîne d’approvisionnement, de nouveaux partenariats, le suivi et l’évaluation, etc.
  • 23 millions de dollars pour fournir des ventilateurs à des partenaires clés et des alliés dans le monde entier, conformément aux généreuses promesses du président Trump.   
  • Une assistance humanitaire MRA de près de 9,8 millions de dollars pour la réponse à la COVID-19 dans le monde entier afin de relever les défis présentés par la pandémie dans les communautés de réfugiés, de migrants vulnérables, de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays, et au sein de leurs communautés d’accueil.
  • 5 millions de dollars au titre du FSE pour le bureau pour la Démocratie, les Conflits et l’Assistance humanitaire de l’USAID (DCHA) soutiendront les organisations de la société civile (OSC) pour promouvoir une gouvernance centrée sur le citoyen, le respect des libertés de la presse et des citoyens grâce à la surveillance des protections juridiques des journalistes et des OSC, offrir une assistance juridique lorsque les lois promulguées en raison de l’urgence liée à la COVID ont été utilisées pour restreindre les droits, s’assurer que les mesures de santé publique ne sont pas discriminatoires et contrer les efforts visant à blâmer ou stigmatiser les groupes marginalisés en lien avec la COVID-19, promouvoir l’intégrité des médias et la communication d’informations responsables sur la COVID-19, lutter contre la désinformation et les fausses informations, assurer la viabilité financière des médias indépendants, et épauler les défenseurs des droits humains dans le cadre de leur important travail.
  • Près de 4,3 millions de dollars au titre du FSE pour le bureau de la Croissance économique, de l’Éducation et de l’Environnement (3E) de l’USAID pour développer le commerce et l’accès à l’éducation. Avec environ 750 000 $, l’USAID fournira une assistance technique et des capacités supplémentaires aux gouvernements partenaires et aux missions de l’USAID en ce qui concerne les réponses en matière d’éducation à la COVID-19, formera un groupe de travail mondial sur l’enseignement à distance en situation de crise et lancera un centre virtuel d’excellence pour l’enseignement à distance pour les pays en développement. Grâce à une dotation de 3,5 millions de dollars, l’USAID financera un partenariat public-privé mondial pour aider les gouvernements partenaires à réduire les barrières commerciales sur les dispositifs médicaux et les kits / instruments de test, et encourager le respect par les gouvernements des normes internationales applicables aux équipements médicaux.
  • 8 millions de dollars au titre du fonds de soutien économique pour le bureau pour la Résilience et la Sécurité alimentaire (RFS) de l’USAID soutiendront un effort multipartenaires pour atténuer les chocs liés à la pandémie au sein du système alimentaire et agricole mondial. Certaines réponses politiques à la pandémie dans des économies émergentes ont déjà un impact négatif sur les systèmes alimentaires locaux, et l’insécurité alimentaire, la faim et la malnutrition sont de plus en plus préoccupantes. L’USAID produira des données et des analyses pour aider les pays à mettre en œuvre des politiques prospectives, aider les petites et moyennes entreprises agroalimentaires à changer de modèle économique et à résister aux impacts les plus significatifs, et diffuser rapidement des informations dans les économies émergentes en ce qui concerne les modalités possibles de participation sans danger des consommateurs aux activités et aux marchés alimentaires et agricoles pendant la pandémie de COVID-19. Le partenariat prévoit une collaboration avec des interlocuteurs du secteur financier pour débloquer le financement des petites et moyennes entreprises agroalimentaires.
  • Un montant de 2 millions de dollars au titre du FSE est prévu pour le bureau du secrétaire d’État chargé des Questions relatives aux femmes dans le monde (S/GWI) afin de garantir aux survivantes de violences sexistes un accès à une aide d’urgence, à de meilleures protections et à la justice. Les fonds visent également à soutenir des campagnes de plaidoyer et de sensibilisation sur les implications économiques, en termes de de gouvernance et de sécurité des violences sexistes, en particulier dans le cadre de la pandémie de COVID-19.
  • Les États-Unis sont le contributeur le plus important et le plus fiable à des dizaines d’organisations internationales, dont l’UNICEF et le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires. Ces contributions comprennent des investissements importants au niveau des budgets de fonctionnement de base, qui permettent de financer la structure organisationnelle et les fonctions de soutien nécessaires à l’action mondiale humanitaire, en faveur du développement, et à la consolidation de la paix, entre autres, et garantissent une supervision constante et l’efficacité et l’efficience de l’assistance du gouvernement des États-Unis dans le monde entier.

Pour en savoir plus sur le financement holistique du gouvernement des États-Unis en réponse à cette crise, veuillez contacter [email protected]

Pour en savoir plus sur les actions nationales spécifiques, veuillez vous adresser à l’USAID à [email protected].

Pour en savoir plus sur les contributions à l’aide humanitaire MRA dans le cadre de la lutte contre la COVID-19, veuillez vous adresser au Bureau chargé de la Population, des Réfugiés et des Migrations du département d’État à [email protected].  


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous