rss

Préserver la sécurité mondiale face au programme nucléaire iranien

English English, العربية العربية, हिन्दी हिन्दी, Русский Русский, اردو اردو, 中文 (中国) 中文 (中国)

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 27 mai 2020

 

Aujourd’hui, j’annonce la fin de l’exemption de sanctions couvrant tous les projets nucléaires restants émanant du JCPOA en Iran : la conversion du réacteur d’Arak, la fourniture d’uranium enrichi pour le réacteur de recherche de Téhéran, et l’exportation du combustible irradié et des déchets du réacteur de recherche iranien. L’exemption de sanctions couvrant ces activités prendra fin à l’issue d’une période finale de réduction progressive des opérations de 60 jours permettant aux entreprises et entités impliquées dans ces activités d’y mettre un terme.

J’annonce également la désignation de Majid Agha’i et d’Amjad Sazgar, conformément au décret présidentiel 13382, pour s’être livrés ou avoir tenté de se livrer à des activités ayant contribué de manière substantielle, ou risquant de contribuer de manière substantielle, à la prolifération d’armes de destruction massive. M. Sazgar est le directeur général de l’Organisation de l’énergie atomique d’Iran, entité responsable de la production à l’échelle industrielle de machines d’enrichissement de l’uranium par centrifugation gazeuse. En 2019, M. Sazgar a géré et supervisé l’installation de centrifugeuses à l’usine iranienne d’enrichissement de combustible de Fordow. Par le biais de ces activités, M. Sazgar a contribué à l’expansion provocatrice et déstabilisatrice continue des capacités nucléaires de l’Iran. M. Agha’i a également joué un rôle central dans les opérations d’enrichissement de l’uranium par centrifugation en Iran, et il est le responsable chargé de la recherche et du développement de centrifugeuses avancées au sein de l’Organisation de l’énergie atomique d’Iran.

Le régime iranien a poursuivi sa politique de la corde raide dans le domaine nucléaire en développant des activités sensibles en matière de prolifération. Ces actions d’escalade sont inacceptables et, en conséquence, je ne peux justifier le renouvellement de l’exemption pour ces activités liées au JCPOA. Le chantage au nucléaire du régime entraînera une pression accrue sur l’Iran et isolera davantage le régime de la communauté internationale. De plus, le personnel nucléaire iranien doit faire un choix : travailler pour les organisations iraniennes de prolifération et risquer d’être sanctionné ou mettre ses compétences au service du peuple iranien dans des activités qui sortent du domaine de la prolifération.

Alors que l’exemption couvrant les activités liées au JCPOA arrive à son terme, les États-Unis accordent une prolongation de 90 jours de l’exemption couvrant le soutien international en cours à l’unité 1 de la centrale nucléaire de Bouchehr afin de garantir la sécurité des opérations. Nous continuerons à surveiller de près tous les développements du programme nucléaire iranien et pourrons modifier cette exemption à tout moment.

Un régime qui a invoqué il y a quelques jours à peine « La Solution finale » et qui menace régulièrement de rayer Israël de la carte ne doit jamais se doter d’une arme nucléaire. Les États-Unis se félicitent que la communauté internationale ait largement condamné les récentes déclarations antisémites du régime. La vile rhétorique du régime ne fait que renforcer la détermination de la communauté internationale à contrer ses menaces.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous