rss

Déclaration de la porte-parole relative aux sanctions des départements du Trésor et d’État à l’encontre du régime d’Assad

English English, العربية العربية, Русский Русский

La Maison-Blanche
Le 17 juin 2020

 

Aujourd’hui, à la demande du président Trump, le département du Trésor et le département d’État ont annoncé d’importantes désignations à titre de sanctions contre des personnes et entités soutenant activement le régime meurtrier et barbare d’Assad en Syrie. Les désignations d’aujourd’hui font usage de toute une gamme d’autorités de sanctions pour cibler le régime d’Assad, en particulier la disposition Caesar Act de la Loi National Defense Authorization Act (NDAA) pour l’exercice fiscal 2020, qui autorise des sanctions à l’encontre de personnes qui soutiennent le gouvernement syrien.

Les cibles des sanctions d’aujourd’hui sont en particulier des financiers syriens proches du régime qui participent aux activités de reconstruction corrompues, ainsi que des personnes activement impliquées dans la rupture du cessez-le-feu dans le nord de la Syrie.

Depuis le début du conflit syrien en 2011, le régime d’Assad a commis d’innombrables atrocités contre des Syriens, notamment des détentions arbitraires, la torture, des violences sexuelles et des assassinats. Ces actes ignobles ont dévasté la population, les infrastructures et l’économie du pays, entraînant le déplacement de plus de la moitié de la population syrienne.

Les désignations d’aujourd’hui sont un message clair selon lequel aucune personne physique ou morale ne devrait faire affaires avec un régime aussi vil ou l’enrichir de toute autre manière.

De manière importante, les actions d’aujourd’hui en vertu de la loi César, et des décrets présidentiels 13894, 13582 et 13573, ne visent pas à porter préjudice au peuple syrien, mais plutôt à faire en sorte que le régime meurtrier d’Assad assume la responsabilité de ses actes. Elles ne visent pas le peuple syrien.

Cette administration est déterminée à aboutir à une solution politique durable. Le régime d’Assad et ses protecteurs doivent admettre qu’une résolution politique reste le seul mécanisme viable pour mettre un terme pacifique au conflit syrien.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous