rss

Les promesses creuses de la république populaire de Chine en Afrique

Português Português, English English

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 24 juin 2020

 

Le peuple américain continue de se tenir aux côtés de ses partenaires africains pour faire face aux défis posés par la pandémie de COVID-19. Nous avons investi plus de 100 milliards de dollars dans les secteurs de la santé publique en Afrique subsaharienne au cours des 20 dernières années et plus de 360 millions de dollars dans la riposte à la COVID-19 jusqu’à présent. Voilà à quoi ressemble un partenariat à long terme visant à construire une Afrique plus saine et plus prospère. Si notre gouvernement, les philanthropes américains et les entreprises américaines investissent massivement dans la santé de l’Afrique, c’est parce qu’une population en bonne santé rend l’Afrique, et le reste du monde, plus sûre et plus prospère.

Lors du sommet Chine-Afrique de la semaine dernière, nous avons malheureusement entendu davantage de promesses creuses et de platitudes rebattues de la part du Parti communiste chinois (PCC). Lorsque le président Xi a déclaré : « Nous devons toujours mettre notre peuple et sa vie au premier plan », il a omis de promettre une réelle transparence et une obligation de rendre des comptes pour le rôle de la Chine dans le déchaînement de ce virus mortel. Il ne plaçait pas les vies au premier plan lorsque le PCC a dissimulé la vérité à propos de la COVID-19 au monde entier jusqu’à ce qu’il soit trop tard, et maintenant nous continuons de subir les résultats désastreux de ces actions.

Nous prenons note de l’engagement pris par la Chine de mettre « sérieusement » en œuvre l’initiative de suspension du service de la dette du G20 (Debt Service Suspension Initiative ou DSSI), car ce n’est un secret pour personne que la Chine est de loin le plus grand créancier bilatéral des gouvernements africains, ce qui crée un fardeau de la dette insoutenable. En revanche, la majeure partie de l’aide des États-Unis à l’étranger prend la forme de subventions plutôt que de prêts, afin de promouvoir une croissance économique transparente, menée par le secteur privé et qui profite à toutes les parties. La divulgation publique des prêts officiels permet de tenir les gouvernements responsables de leurs décisions et d’éviter la corruption, un comportement qui prive les citoyens d’opportunités et sape la souveraineté nationale. Le PCC doit aller au-delà de vagues déclarations publiques et commencer à mettre pleinement en œuvre et de manière transparente la DSSI conformément à ses engagements pris envers le G20.

Les États-Unis restent le partenaire le plus engagé de l’Afrique dans la promotion de la transparence et dans la lutte contre le fléau des maladies infectieuses. Les promesses creuses et la propagande trompeuse ne nous aideront pas à nous rapprocher de la vérité.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous