rss

Les États-Unis annoncent une aide humanitaire supplémentaire pour le peuple syrien

English English, العربية العربية, Русский Русский

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 30 juin 2020

 

Aujourd’hui, lors de la quatrième conférence de Bruxelles sur l’« Aide à apporter pour l’avenir de la Syrie et des pays de la région » organisée par l’Union européenne, le représentant spécial pour l’engagement en Syrie, l’ambassadeur James Jeffrey, a annoncé plus de 696 millions de dollars d’aide humanitaire supplémentaire pour le peuple syrien en réponse à la crise en cours causée par le régime de Bachar el Assad, ainsi que par les forces russes et iraniennes. Cela porte la réponse humanitaire des États-Unis à plus de 11,3 milliards de dollars au total depuis le début de la crise en Syrie.

Les États-Unis restent le plus grand donateur d’aide humanitaire, à la fois en Syrie et dans le monde entier. Cette aide est une composante de notre Stratégie de sécurité nationale, qui nous commande de continuer d’occuper le premier rang mondial en termes d’aide humanitaire, tout en assurant un plus grand partage de la charge globale, et de soutenir les populations déplacées près de leurs foyers pour les aider à répondre à leurs besoins jusqu’à ce qu’elles puissent rentrer chez elles de leur plein gré et en toute sécurité. Nous apprécions le soutien de l’Union européenne à travers l’organisation de la conférence et nous félicitons tous les donateurs qui ont apporté leur contribution aujourd’hui, tout en encourageant les autres à faire davantage. La communauté internationale, tant les donateurs traditionnels que les nouveaux donateurs, doivent continuer de s’engager à répondre aux besoins croissants du peuple syrien, une responsabilité que le régime d’Assad s’est montré peu disposé à assumer. Au lieu de cela, il a donné la priorité au financement de sa campagne militaire irresponsable et destructrice, à la rétribution des loyalistes du régime et à la détention arbitraire continue de pas moins de 130 000 civils syriens, dont des femmes et des enfants.

L’annonce relative à l’aide humanitaire faite aujourd’hui par le département d’État et l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) s’inscrit dans le cadre des actions menées par les États-Unis pour fournir des denrées salvatrices, de la nourriture, des abris, de l’éducation, des soins médicaux, des moyens de subsistance, de l’eau potable, des produits pour l’hygiène et des installations sanitaires améliorées, ainsi que des soins de santé mentale et un soutien psychosocial afin d’aider des millions de Syriennes et de Syriens dans le besoin, et notamment celles et ceux fuyant les bombardements dévastateurs du régime d’Assad et de ses alliés dans le nord-ouest de la Syrie. Elle vient également en soutien des programmes de guidance et de protection indispensables pour les groupes les plus vulnérables, notamment les enfants, les femmes, les personnes handicapées et les personnes âgées. Cette aide vitale sera fournie par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Programme alimentaire mondial (PAM), des organisations non gouvernementales et d’autres.

La communauté internationale compte sur un accès transfrontalier et d’être en mesure de franchir les lignes de conflit pour acheminer l’aide humanitaire, et les Syriens comptent sur cette aide pour survivre. Au total, 6,5 millions de Syriennes et Syriens restent déplacés à l’intérieur de la Syrie et 5,6 millions supplémentaires ont fui vers les pays voisins. De décembre à mars, en réponse aux bombardements du régime d’Assad, des forces russes et iraniennes, près d’un million de personnes dans le nord-ouest de la Syrie, dont plus de 80 % étaient des femmes et des enfants, ont fui, craignant pour leur vie. À la suite d’un cessez-le-feu au début du mois de mars, plus de 270 000 personnes sont retournées dans leurs régions d’origine dans le nord-ouest de la Syrie, mais environ 700 000 sont toujours déplacées de force.

Les États-Unis soutiennent fermement la recommandation du secrétaire général des Nations unies, M. Guterres, de rétablir l’accès transfrontalier entre le nord-est de la Syrie et l’Iraq pour acheminer l’aide et les médicaments. La Russie et la Chine ont cyniquement conspiré pour entraver la capacité de la communauté internationale à fournir une aide humanitaire dans les zones vulnérables de la Syrie par le biais de la résolution 2504 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui a réduit de quatre à deux le nombre de points de passage de la frontière vers la Syrie à des fins humanitaires, qui a raccourci le processus d’autorisation à six mois et qui a stoppé 40 % de l’aide médicale destinée au nord-est de la Syrie, aggravant ainsi une lacune déjà importante pour ce qui est de répondre aux besoins humanitaires en cette période de pandémie mondiale.

Les États-Unis soutiennent la liberté de mouvement pour tous, y compris les personnes déplacées de force, de même que les Syriennes et les Syriens touchés par le conflit, ainsi que le retour ou la réinstallation, et la réintégration, en toute sécurité, de plein gré et dans la dignité, des réfugiés et des personnes déplacées dans leur propre pays, dans le cadre d’un processus exempt de toute forme de coercition. Nous réaffirmons notre engagement en faveur d’une solution politique crédible et inclusive, dirigée par la Syrie et facilitée par les Nations unies, conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous