rss

Allocution du secrétaire d’État Michael R. Pompeo lors d’un point presse

English English, العربية العربية, हिन्दी हिन्दी, Português Português, Русский Русский, Español Español, اردو اردو, 中文 (中国) 中文 (中国)

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 15 juillet 2020

 

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE POMPEO : Bienvenue. Je veux commencer par marquer deux anniversaires. Premièrement, le 11 juillet, les États-Unis et le Vietnam ont célébré le 25ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays. Une belle réussite.

Et deuxièmement, cette semaine marque les anniversaires de deux attaques terroristes du Hezbollah soutenu par l’Iran : l’attentat de 1994 contre le centre communautaire juif AMIA à Buenos Aires, en Argentine, et l’attentat suicide de 2012 visant des touristes israéliens en Bulgarie.

Nous continuons à exercer une pression maximale sur Téhéran et appelons toutes les nations responsables à se joindre à nous.

Passons maintenant aux événements de la journée.

Hier, le président Trump a signé la loi sur l’autonomie de Hong Kong et a annoncé une série d’actions par le biais d’un décret présidentiel.

Comme il l’a dit en mai, si la Chine traite Hong Kong comme un seul pays et un système unique, nous le devons aussi.

Le secrétaire général Xi Jinping a fait le choix de violer les promesses du Parti communiste chinois à Hong Kong en – des promesses qui ont été faites dans le cadre d’un traité déposé auprès de l’ONU. Il n’était pas obligé de le faire. C’est le choix qu’il a fait.

Nous devons traiter avec la Chine telle qu’elle est, pas telle que nous la souhaitons.

D’autres nations en arrivent à la même conclusion. L’Australie et le Canada ont suspendu leurs traités d’extradition avec le territoire.

Je pars lundi pour un bref déplacement au Royaume-Uni et au Danemark, et je suis sûr que le Parti communiste chinois et le danger qu’il représente pour les peuples libres du monde feront partie des priorités de l’ordre du jour de ces rencontres.

Nous parlerons certainement de la décision louable du Royaume-Uni d’interdire les équipements Huawei dans ses réseaux 5G et de les supprimer progressivement de ses réseaux existants. Le Royaume-Uni s’associe aux États-Unis et à de nombreuses autres démocraties pour rejoindre les rangs des « pays propres » – des nations qui ne traitent qu’avec des fournisseurs 5G fiables. De la même manière, de nombreuses grandes sociétés de télécommunications comme Telefonica, Telco Italia et NTT sont devenues des « opérateurs propres ».

Après mon escale à Londres, c’est également avec grand plaisir que je rencontrerai mes homologues du royaume du Danemark. Cela va être un voyage formidable.

Et les États-Unis procèderont à leur propre annonce au sujet de Huawei aujourd’hui.

Le département d’État imposera des restrictions en matière de visas à certains employés de sociétés chinoises – de sociétés de technologie chinoises comme Huawei qui fournissent une aide matérielle à des régimes coupables de violations des droits de l’homme dans le monde entier.

Dernière remarque sur la Chine : lundi, nous avons explicité pour la première fois notre politique sur la mer de Chine méridionale de manière on ne peut plus claire. Il ne s’agit pas de l’empire maritime de la Chine. Si Pékin viole le droit international et si les nations libres ne font rien, l’histoire a montré que le PCC s’appropriera simplement plus de territoires. C’est ce qui s’est produit pendant la dernière administration.

Notre déclaration apporte un soutien important aux dirigeants de l’ANASE qui ont déclaré que les différends en mer de Chine méridionale doivent être résolus par le droit international, et non par la loi du plus fort.

Ce que le PCC fait au peuple chinois est déjà suffisamment regrettable, mais le monde libre ne devrait pas lui aussi tolérer les abus de Pékin.

Continuons. Aujourd’hui, le département d’État met à jour les directives publiques relatives aux pouvoirs de la CAATSA afin d’inclure Nord Stream 2 et la deuxième ligne de TurkStream 2.

Cette action expose les investissements ou autres activités liés à ces pipelines d’exportation d’énergie russes au risque de sanctions américaines. C’est un avertissement clair pour les entreprises qui se font complices des projets d’influence malveillante de la Russie que cela ne sera pas toléré. Mettez fin à ces relations dès maintenant ou préparez-vous à en subir les conséquences.

Je tiens à être clair : il ne s’agit pas de projets commerciaux.

Ce sont les outils essentiels du Kremlin pour exploiter et accroître la dépendance européenne à l’égard des approvisionnements énergétiques russes, des outils qui visent à affaiblir l’Ukraine en coupant les voies de transit de gaz par cette démocratie critique, un outil qui nuit en dernier lieu à la sécurité transatlantique.

Les États-Unis sont toujours prêts à aider nos amis européens à répondre à leurs besoins énergétiques. Je suis accompagné aujourd’hui du secrétaire adjoint du Bureau des ressources énergétiques, Frank Fannon, qui répondra aux questions ici lorsque j’aurai terminé en ce qui concerne cette action.

Deuxième question liée à la Russie : je tiens à exprimer la profonde tristesse des États-Unis après l’annonce hier du meurtre d’un médecin militaire ukrainien.

Nous nous joignons au peuple ukrainien pour condamner l’agression constante et brutale de forces dirigées la Russie dans le Donbas, et nous rendons hommage aux Ukrainiens tués et blessés au combat pour la défense de leur démocratie.

Passons à l’Afrique :

Les États-Unis et le Kenya ont lancé le 8 juillet le premier cycle de négociations en vue d’un accord de libre-échange bilatéral. Nous entendons conclure un accord global de très haut niveau avec le Kenya susceptible de servir de modèle pour l’ensemble du continent.

Dans la région du Caucase, les États-Unis sont profondément préoccupés par la récente violence meurtrière le long de la frontière internationale entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Nous présentons nos condoléances à toutes les victimes. Nous exhortons les parties à désamorcer immédiatement la crise et à rétablir un dialogue significatif et un cessez-le-feu pour reprendre les négociations de fond avec le Groupe de Minsk en tant que coprésidents.

Un peu plus près de chez nous. Aujourd’hui, j’annonce des restrictions de visa aux personnes responsables ou complices de l’affaiblissement de la démocratie au Guyana. Les membres de la famille immédiate de ces personnes peuvent également faire l’objet de restrictions. Le gouvernement Granger doit respecter les résultats des élections démocratiques et se retirer.

Il y a quelques semaines, ici même je crois, j’ai dénoncé l’absence de divulgation par l’Organisation panaméricaine de la santé des détails du programme Mais Medicos qui a eu recours à la traite de médecins cubains esclaves pour récolter plus d’un milliard de dollars. Aujourd’hui, je salue la décision de cette organisation – la décision de l’OPS de lancer un examen indépendant.

En ce qui concerne le Venezuela, l’ONU a mis en lumière des preuves encore plus accablantes de violations flagrantes des droits de l’homme par le régime illégitime de Maduro. Elle fait état de plus de 1300 exécutions extrajudiciaires pour des raisons politiques rien qu’en 2020. La pression internationale sur Maduro doit se poursuivre jusqu’à ce que le peuple vénézuélien puisse rétablir sa démocratie.

Un dernier point concernant le continent américain ce matin : les États-Unis assument officiellement la présidence du processus du Sommet des Amériques depuis vendredi dernier. Nous avons hâte d’accueillir le neuvième Sommet des Amériques en 2021.

Depuis la dernière fois que je vous ai parlé, le département [d’État] a informé le Congrès de près de 25 milliards de dollars de ventes militaires potentielles supplémentaires, dont un projet de vente au Japon de 105 avions de combat F-35 Lightning d’une valeur allant jusqu’à 23 milliards de dollars. Il s’agit de la deuxième vente en importance – la plus grande notification de vente de l’histoire des États-Unis. Cette vente et les autres qui l’accompagnent continuent de témoigner de la forte demande mondiale de partenariats de défense avec les États-Unis.

Nous aidons également le monde par d’autres moyens. Aujourd’hui, nous fournissons 208 millions de dollars supplémentaires aux pays les plus vulnérables pour surmonter la pandémie de COVID-19, ce qui porte maintenant notre total à plus de 1,5 milliard de dollars depuis le début de l’épidémie. Il s’agit là d’une remarquable générosité du peuple américain.

Mais aucune exportation américaine, aucune somme d’argent n’est aussi importante que nos principes. Demain, je serai au Centre national de la Constitution de Philadelphie. Je présenterai le rapport public de la Commission des droits inaliénables du département d’État.

Comme je l’ai expliqué au Claremont Institute l’année dernière et de nouveau à l’université du Kansas à l’occasion d’une conférence de la série Landon, cette administration ancre notre pratique de la politique étrangère dans les principes fondateurs de l’Amérique. Il n’y a rien de plus fondamental à notre identité que notre respect pour les droits inaliénables, les droits fondamentaux accordés par Dieu à chaque être humain.

Qu’il s’agisse de défendre le peuple américain contre les menaces, de soutenir la liberté de culte dans le monde ou d’encourager les pays à garantir les droits de propriété en respectant l’état de droit, l’Amérique défend les droits et fait le bien dans le monde. Et demain, vous pourrez entendre certaines de mes réflexions sur les excellentes recommandations de la commission qui figurent dans le rapport sur lequel elle travaille maintenant avec tant de diligence et depuis si longtemps.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous