rss

Déclaration de la porte-parole au sujet de la poursuite de l’imposition de sanctions des départements du Trésor et d’État à l’encontre du régime d’Assad

English English, العربية العربية, Русский Русский

La Maison-Blanche
Le 29 juillet 2020

 

Aujourd’hui, à la demande du président Donald J. Trump, le département du Trésor et le département d’État ont annoncé des désignations à titre de sanctions à l’encontre de quatre personnes et dix entités qui soutiennent activement le régime meurtrier et barbare d’Assad en Syrie. Ces désignations s’appuient sur plusieurs pouvoirs de sanctions pour cibler le régime d’Assad, notamment la disposition Caesar Act de la loi sur l’autorisation de la défense nationale (NDAA) pour l’exercice fiscal 2020, qui autorise les sanctions contre les personnes qui apportent un soutien au gouvernement syrien.

Les cibles des sanctions d’aujourd’hui sont en particulier un homme d’affaires syrien corrompu, coupable de complicité dans le cadre du soutien au régime, et neuf entités qui ont permis l’enrichissement du régime syrien par le biais de la construction de biens immobiliers de luxe. Les États-Unis ont également désigné trois personnalités du régime d’Assad, parmi lesquelles un général de haut rang qui contribue à perpétuer le conflit en Syrie, ainsi que la première division de l’Armée arable syrienne contrôlée par le régime pour obstruction à un cessez-le-feu en Syrie.

Les sanctions d’aujourd’hui s’inscrivent dans la continuité des mesures récentes de l’administration Trump à l’encontre de personnes qui se font complices de la violence et la terreur que fait régner le régime d’Assad. Le 17 juin 2020, les États-Unis ont désigné 40 personnes physiques et morales qui soutiennent également activement le régime d’Assad. D’autres sanctions suivront dans le cadre d’une campagne soutenue de pression économique et politique visant à priver le régime d’Assad des ressources auxquelles il a recours dans le cadre de sa guerre au peuple syrien.

Ces désignations permettent également de réaffirmer la position simple mais ferme de l’administration selon laquelle aucune personne physique ou morale ne doit effectuer des opérations  commerciales avec un régime aussi ignoble ou l’enrichir d’une autre manière. Il est important de noter que les mesures annoncées aujourd’hui ont pour objet de responsabiliser le régime meurtrier d’Assad. Elles ne visent pas le peuple syrien que les États-Unis soutiennent dans ses efforts pour parvenir à la paix, la stabilité et l’état de droit.

Cette administration reste attachée à une solution politique durable. Le régime d’Assad et ses protecteurs doivent reconnaître qu’une résolution politique est le seul mécanisme viable pour mettre fin pacifiquement au conflit syrien.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous