rss

Le secrétaire Michael R. Pompeo et le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita à l’occasion de la signature de l’accord relatif à la consolidation des privilèges et de l’immunité diplomatiques avec le Maroc

English English

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 1er septembre 2020
EXTRAITS

 

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE POMPEO : Nasser, merci. Monsieur le ministre, c’est un grand plaisir de vous revoir aujourd’hui. Il est dommage que nous n’ayons pas pu le faire en personne. C’est formidable d’être ici en compagnie des ambassadeurs Fischer et Khales. Merci de m’avoir accueilli lors de ma visite au Maroc en décembre dernier. Il semble que beaucoup de temps s’est écoulé depuis. Vous m’avez accueilli avec beaucoup de chaleur et de générosité, et je vous en remercie. Avant de parler de l’excellent accord que nous signerons aujourd’hui, je tiens à souligner l’approfondissement de nos relations sous l’administration Trump. Nous avons élargi notre partenariat stratégique avec l’accord de libre-échange entre les États-Unis et le Maroc, renforcé la coopération en matière de sécurité et intensifié nos efforts communs en faveur de la promotion de la tolérance et de la liberté religieuses.

Votre gouvernement a soutenu avec nous le gouvernement légitime de Juan Guaido au Venezuela et a travaillé avec nous pour trouver plus d’opportunités pour les entreprises américaines au Maroc. Nous vous remercions beaucoup pour votre partenariat. Nos liens étroits, comme vous l’avez dit, n’ont rien de surprenant. Le Maroc et les États-Unis sont de vieux amis – il s’agit de la première nation à nous avoir reconnus en décembre 19 – excusez-moi, 1777. Peu de temps après, nos nations ont signé le Traité de paix et d’amitié en 1787, qui est maintenant le plus ancien traité de l’histoire des États-Unis. Nous n’oublions pas non plus la gentillesse du sultan Suleiman qui a fait don du bâtiment de la légation de Tanger aux États-Unis. Il s’agit du plus ancien de nos bâtiments diplomatiques dont nous fêterons déjà les 200 ans l’année prochaine comme vous l’avez dit, et du seul monument historique national des États-Unis situé en dehors de notre territoire.

Aujourd’hui, nos pays écrivent une autre page mémorable de notre histoire diplomatique. Merci d’avoir travaillé avec nous sur cet accord relatif à la consolidation des privilèges et de l’immunité diplomatiques, élaboré avec le soutien de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Le personnel consulaire de nos pays mérite les mêmes privilèges et protections que celui de notre ambassade. C’est ce que prévoit justement cet accord qui témoigne également du service incroyable de nos équipes cette année. Plus de 200 ans après que les États-Unis ont envoyé leur premier consul au Maroc pour faciliter la protection des navires américains passant par Gibraltar, nos diplomates continuent d’y servir les citoyens de notre nation.

Je suis extrêmement fier de notre équipe du consulat de Casablanca qui a organisé le rapatriement de plus de 2700 citoyens américains sur 16 vols au cours du printemps et de cet été. Nous sommes également reconnaissants de l’aide de nos amis marocains dans cette noble mission. Vous avez tous tout simplement été formidables. Cet accord, et le nouveau consulat dont nous commencerons la construction à Casablanca cette année, témoignent de l’importance que nos deux nations attachent à la sécurité et au moral de nos équipes et de leurs familles. Il s’agit encore une fois du fruit de notre amitié de longue date qui, si Dieu le veut, se poursuivra pendant de longues années. Merci.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous