rss

La DFC approuve 3,6 milliards USD de nouveaux investissements dans le développement mondial, un record trimestriel

Português Português, English English

DFC, la Société de financement du développement international des États-Unis
Le 9 septembre 2020

 

WASHINGTON – Le Conseil d’administration de la Société de financement du développement international des États-Unis (DFC) a approuvé pour ce trimestre des investissements atteignant plus de 2,5 milliards USD, répartis sur neuf projets qui feront progresser le développement en Afrique, en Amérique latine et dans des marchés émergents du monde entier. De plus, 30 autres investissements atteignant plus de 1 milliard USD au total avaient été approuvés par la DFC depuis sa dernière réunion trimestrielle de juin, ce qui porte la somme des investissements approuvés ce trimestre à plus de 3,6 milliards USD.

« Les investissements approuvés aujourd’hui marquent le point culminant d’un trimestre à l’impact exceptionnel, a déclaré le directeur général de la DFC, Adam Boehler. Le travail réalisé par la DFC ces trois derniers mois permettra de débloquer des milliards de dollars en faveur de plusieurs pays parmi les plus appauvris de la planète. Ces projets aideront à stabiliser des communautés du monde entier et à les préparer afin qu’elles puissent s’épanouir au cours des années à venir. Je suis extrêmement fier de l’équipe de la DFC et reconnaissant envers nos nombreux partenaires pour le leadership dont ils ont continué à faire preuve face à la pandémie. »

La réunion du Conseil d’administration qui s’est tenue aujourd’hui portait notamment sur l’approbation de deux transactions, s’élevant au total à 1,7 milliards USD, qui aideront à transformer le Mozambique, un des pays les plus pauvres du monde. Plusieurs investissements placeront également entre les mains de propriétaires de petites entreprises et d’autres personnes ayant peu de possibilités d’emprunter les capitaux dont ils ont grand besoin au lendemain de la COVID-19, y compris dans plusieurs marchés de tout le continent américain qui ont été durement touchés par la pandémie.

Au cours du trimestre écoulé, la DFC a continué à employer ses outils d’investissement afin de relever des défis de développement complexes, notamment à travers les premières transactions structurées par l’unité Mission Transaction de la DFC – composée de personnel de l’ancienne Autorité de crédit au développement de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) –, qui apporteront des capitaux très attendus aux États fragiles du Sahel africain. D’autres investissements approuvés constituent des avancées par rapport au mandat de politique étrangère de la DFC, depuis le renforcement de la sécurité énergétique en Ukraine, à travers la facilitation de l’augmentation des importations d’énergie depuis les États-Unis, jusqu’aux investissements d’appui aux minerais essentiels.

Nombre des investissements approuvés bénéficient à l’Initiative pour les femmes 2X de la DFC ainsi qu’à l’Initiative pour le développement et la prospérité des femmes dans le monde (W-GDP), lancée de façon plus générale par l’Administration. D’autres investissements appuient par ailleurs des initiatives de la DFC telles que le Portfolio pour l’impact et l’innovation (PI2), l’Initiative en faveur de la santé et de la prospérité, et Connect Africa, ainsi que des initiatives de l’Administration, Prosper Africa et América Crece.

Plus de 60 % des investissements approuvés par la DFC ce trimestre sont situés dans des pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire de la tranche inférieure.

Vous pouvez consulter le rapport au Conseil d’administration d’Adam Boehler.

Voici quelques investissements approuvés par le Conseil d’administration :

  • Catalyser le développement à travers la production d’énergie au Mozambique : Une assurance des risques politiques à hauteur de près de 1,5 milliard USD viendra appuyer la commercialisation des réserves de gaz naturel du Bassin du Rovuma au Mozambique – un projet qui pourrait faire du pays un exportateur d’énergie majeur. Lorsqu’il sera achevé, le projet devrait augmenter le PIB du Mozambique de 15 milliards USD par an en moyenne, mettant ainsi un des pays les plus pauvres du monde en position d’obtenir une croissance économique durable à long terme. Ce projet stimulera le développement de tout le Mozambique, puisqu’on s’attend à ce que les bénéfices associés au PIB rejaillissent dans des secteurs autres que le pétrole et le gaz. L’assurance des risques politiques fournie par la DFC couvrira la conception, la construction et le fonctionnement d’une usine côtière de liquéfaction, ainsi que d’autres installations auxiliaires.
  • Construire des infrastructures électriques au Mozambique : Un prêt de 200 millions USD en faveur de la Central Térmica de Temane financera la conception, la construction et le fonctionnement d’une centrale électrique de 420 MW et d’une ligne d’interconnexion de 25 km au Mozambique. L’électricité quittera l’usine en empruntant une ligne de 560 km qui a bénéficié de l’assistance technique de l’initiative Power Africa, lancée par le gouvernement des États-Unis. Cette usine diversifiera le bouquet de sources d’énergie du pays, réduira le coût de l’électricité et se servira des ressources nationales de gaz pour augmenter la production électrique dans un pays qui est un des moins électrifiés au monde. Elle favorisera aussi les plans du gouvernement mozambicain visant à développer le réseau électrique national.
  • Employer les technologies mobiles pour distribuer des marchandises essentielles au Kenya : Des capitaux propres de 5 millions USD aideront Copia Global à développer sa plateforme commerciale mobile et son réseau logistique, qui distribue des denrées essentielles comme des aliments, des produits d’hygiène personnelle et des fournitures scolaires à des consommateurs de revenu faible et intermédiaire des zones rurales et péri-urbaines du Kenya. Le modèle commercial de Copia est conçu pour atteindre des communautés peu desservies, notamment les femmes et les personnes gagnant moins de 10 USD par jour, environ 70 % des clients étant employés dans des petites entreprises ou des fermes.
  • Augmenter l’indépendance énergétique de l’Ukraine : Une assurance supplémentaire des risques politiques, à hauteur de 62 millions USD, viendra appuyer la croissance d’Energy Resources of Ukraine (ERU) Trading, qui importe, stocke et vend actuellement autour de 10 % de la totalité des besoins annuels de gaz du pays. Le projet favorisera l’indépendance énergétique de l’Ukraine en diversifiant ses importations de gaz et en réduisant sa dépendance vis-à-vis de la Russie.
  • Promouvoir la stabilité des marchés financiers africains : Un prêt de capitaux propres tier 2 de près de 250 millions USD viendra renforcer l’Africa Finance Corporation (AFC), lui permettant de continuer à offrir ses services aux emprunteurs du continent, nouveaux et existants, en tant que source de financement à faible coût au lendemain de la COVID-19. Avec l’appui de la DFC, cette institution de financement du développement, dirigée par des acteurs africains et détenue majoritairement par le secteur privé, continuera à donner la priorité à des investissements en emprunts et en actions dans des projets cruciaux d’infrastructures, dont l’énergie, les télécommunications et le transport.
  • Stimuler le petit entrepreneuriat au Mexique : Un prêt de près de 100 millions USD au Crédito Real appuiera les prêts aux petites et moyennes entreprises (PME) du Mexique, en mettant l’accent sur l’accès au crédit de celles qui sont détenues ou dirigées par des femmes. Le projet cherchera à combler une lacune importante en matière de crédit affectant les petites entreprises au Mexique, puisque même avant la forte récession économique due à la COVID-19, on estime que seuls 15 % des besoins de financements des PME trouvaient satisfaction.
  • Autonomiser les femmes du Rwanda et du Kenya à travers l’accès numérique aux produits de santé : Des capitaux propres de 1 million USD aideront Kasha à étendre sa plateforme d’e-commerce, distribuant des produits essentiels de santé et d’hygiène personnelle – dont les équipements de protection personnelle – à des femmes et filles de tout le Rwanda et le Kenya. Permettre un meilleur accès aux produits d’hygiène personnelle réduira par ailleurs l’absentéisme des filles à l’école, leur permettant d’améliorer leur scolarité. La plateforme mobile de Kasha, accessible avec ou sans Internet ou smartphone, vend des produits directement à des femmes de revenu faible ou intermédiaire, à la fois dans les zones rurales et urbaines. Le projet, qui correspond au premier investissement de la DFC répondant à tous les Critères 2X, devrait par ailleurs créer plus de 350 emplois formels, dont 90 % seront occupés par des femmes.
  • Améliorer l’inclusion financière en Colombie : Un prêt de capitaux propres tier 2 de près de 250 millions USD à la Banco Davivienda rendra plus accessibles les prêts aux petites entreprises et les prêts au logement pour faibles revenus en Colombie, où l’accès limité aux financements demeure un obstacle majeur à la croissance économique et n’a fait qu’empirer depuis la pandémie de COVID-19. Cette banque donnera la priorité aux prêts accordés aux femmes et aux PME détenues par des femmes.
  • Soutenir la reprise économique au Costa Rica : Un prêt de près de 150 millions USD permettra à la BAC San José d’étendre ses crédits à des emprunteurs qui n’y avaient pas accès au Costa Rica, en consacrant au moins la moitié des procédures d’emprunt aux femmes et 30 % aux PME. Ce financement de la DFC injectera au Costa Rica des liquidités dont il a grand besoin suite à l’épidémie de COVID-19 qui a durement frappé le pays, entraînant des restrictions généralisées et prolongées de l’activité économique.

Parmi les projets supplémentaires approuvés par la DFC depuis sa dernière réunion trimestrielle du Conseil d’administration, on trouve :

  • Accélérer le retour à la normale après la pandémie au Brésil : Un prêt de 400 millions USD à la Banco Itaú appuiera les prêts aux PME suite à la grave épidémie de COVID-19 qui a frappé le Brésil, en se concentrant sur les bénéficiaires femmes et les États les moins développés du pays. Ce financement de la DFC a été approuvé en vertu de son mécanisme Rapid Response Liquidity Facility dans le cadre de la COVID-19.
  • Soutenir les communautés réfugiées du monde entier : Un prêt de 20 millions USD aidera le Kiva Refugee Investment Fund à accorder des microprêts à des réfugiés du monde entier, surmontant ainsi un obstacle majeur pour ces personnes qui se voient souvent barrer l’accès au crédit à cause du risque supposé qu’elles représentent.
  • Favoriser la stabilité grâce à l’accès au crédit dans les États fragiles d’Afrique de l’Ouest : Une garantie de portefeuille de prêts de 14,75 millions USD en faveur de Stitching Cordaid appuiera des financements en faveur de PME et d’institutions de microfinance qui créent des opportunités économiques et consolident la prospérité des communautés au Burkina Faso, en Sierra Leone, en Guinée et au Mali. Cette transaction repose sur un modèle de financement mixte où le capital de première tranche de pertes sera apporté par le West Africa Trade and Investment Hub de l’USAID.
  • Préparer les petits exploitants agricoles aux intempéries à l’échelle mondiale : Un prêt de 37,5 millions USD aidera le InsuResilience Investment Fund à améliorer l’accès mondial à l’assurance contre les conditions météorologiques extrêmes et les autres catastrophes naturelles qui ont un impact sur les récoltes, surtout en faveur des petits exploitants agricoles.
  • Inciter à prêter aux femmes au Costa Rica : Un prêt de 15 millions USD à la Banco Improsa permettra des crédits en faveur des PME du Costa Rica, avec une structure de taux d’intérêts qui incite la banque à prêter à des entreprises détenues ou dirigées par des femmes.
  • Fournir des services essentiels à des communautés du monde entier qui n’y ont pas accès : Un prêt de 15 millions USD à Global Partnerships générera des produits et services qui peuvent changer la vie des gens, comme des microfinancements, des soins médicaux et des technologies, destinés essentiellement à des pays de faible revenu ou de revenu intermédiaire de la tranche inférieure d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes, en mettant l’accent sur les bénéficiaires femmes.
  • Renforcer la chaîne de valeur agricole en Inde : Un prêt de 20 millions USD aidera Samunnati à étendre son assistance financière et technique en faveur des agriculteurs et entreprises de faibles revenus dans toute la chaîne de valeur agricole indienne, afin qu’ils puissent augmenter leur productivité, améliorer leurs bénéfices et atteindre de nouveaux marchés.
  • Aider le petit entrepreneuriat mondial à rebondir après la pandémie de COVID-19 : Un prêt de 45 millions USD appuiera un fonds de crédit qui a pour vocation principale d’aider des PME de pays à faible revenu et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure à supporter les difficultés dues à la COVID-19.
  • Soutenir les micro-entreprises grâce aux services bancaires mobiles au Kenya : Une garantie de prêt de 2,9 millions USD aidera 4G Capital à accorder des microprêts abordables qui seront reçus et remboursés par les entrepreneurs à travers une plateforme bancaire mobile.
  • Stimuler la croissance économique dans une région peu développée du Brésil grâce à un investissement dans les minerais essentiels : Un investissement de 25 millions USD permettra à TechMet Limited de stimuler la capacité de production d’une mine de cobalt et de nickel à Piauí au Brésil, créant ainsi des emplois dans un des États les moins développés du pays tout en faisant respecter des normes élevées des États-Unis.
  • Développer le secteur de l’aquaculture au Vietnam : Un prêt de 11 millions USD permettra à Australis Aquaculture d’agrandir une ferme piscicole en eau libre au Vietnam en y introduisant de nouvelles technologies, ce qui aidera le pays à diversifier son économie et devrait créer 400 emplois locaux.
  • Investir en faveur des femmes dans le monde pendant la pandémie : Un prêt de 20 millions USD aidera SEAF COVID-19 Global Gender Lens Emergency Loan Finance LLC à apporter des financements cruciaux à des PME du monde entier détenues ou dirigées par des femmes, qui subissent souvent un impact disproportionné lors de crises comme celle de la COVID-19. La majorité des fonds sont censés soutenir des emprunteuses de pays du monde à faible revenu et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure.
  • Augmenter la capacité de production électrique en Inde : Un prêt de 53,5 millions USD aidera ReNew Power à soutenir la conception, la construction et le fonctionnement d’une centrale électrique solaire de 105 MW à Gujarat en Inde.
  • Fournir des logements abordables au Salvador : Un prêt de 10 millions USD aidera La Hipotecaria à proposer des prêts immobiliers abordables au Salvador suite à l’épidémie de COVID-19, qui n’a fait qu’aggraver le manque de logements pour les communautés de faibles revenus du monde entier.
  • Approvisionner en intrants agricoles clés en Zambie : Une assurance des risques politiques, à hauteur de 32 millions USD, appuiera le développement de Zambia Seed Company, qui produit des semences qu’elle distribue à des petits exploitants agricoles de Zambie et d’autres pays d’Afrique subsaharienne.
  • Répondre à des besoins de financement dans toute l’Amérique latine : Un prêt de 20 millions USD à Locfund Next permettra un meilleur accès au financement en devises – localement très réduit –, combiné à une assistance technique, en faveur d’institutions de microfinance qui offrent des services à des communautés peu desservies d’Amérique latine.
  • Autonomiser la communauté de la diaspora en Bosnie-Herzégovine : Une garantie de portefeuille de prêts de 5,18 millions USD appuiera des crédits accordés par la ProCredit Bank à des PME détenues par des familles de la diaspora bosniaque ou des membres de cette diaspora qui sont récemment revenus au pays. En effet, ces groupes ont de grandes difficultés à accéder aux financements à cause des cautions et documentations limitées dont ils disposent.
  • Combler les besoins de crédit au Mexique : Une garantie de prêt de 14 millions USD permettra à la Banco Compartamos d’améliorer l’accès au microcrédit au Mexique, surtout en faveur des femmes, qui représentent presque 90 % du portefeuille actuel de microfinancements de cette banque.
  • Financer des panneaux solaires de toit pour les PME en Inde : Avec le soutien de la mission de l’USAID en Inde, une garantie de portefeuille de prêts de 12,5 millions USD aidera à financer les investissements réalisés par des PME indiennes dans des solutions énergétiques renouvelables, notamment l’installation de panneaux solaires sur les toits, permettant à ces entreprises d’accéder à une source fiable d’électricité et de réduire leurs coûts.
  • Faire progresser des solutions de technologie financière dans les zones rurales de Colombie : Une garantie de prêt de 9,75 millions USD permettra à Finsocial de développer sa plateforme numérique de prêt, utilisée par des enseignants et retraités qui autrement ont un accès limité au financement, dans des zones de Colombie rurales et à faible revenu.
  • Stimuler la production agricole en Namibie : Une assurance des risques politiques, à hauteur de 36 millions USD, aidera Achill Island Investments à agrandir son exploitation viticole produisant du raisin de table en Namibie, créant ainsi des emplois et stimulant l’économie locale.
  • Injecter des liquidités cruciales dans le secteur de l’énergie en Inde : Un prêt de 75 millions USD aidera ReNew Power à combler des besoins de liquidités découlant du COVID-19, ce qui permettra à des projets énergétiques déjà ficelés de démarrer dans toute l’Inde.
  • Répondre aux besoins de financement des populations rurales d’Équateur : Une garantie de prêt de 9,75 millions USD aidera la Cooperativa de Ahorro y Crédito Jardín Azuayo à améliorer l’accès au financement dans des zones rurales du sud de l’Équateur, en mettant l’accent sur l’accès au crédit des entreprises détenues ou dirigées par des femmes.
  • Promouvoir l’inclusion financière au Cambodge : Un prêt de 50 millions USD à Hattha Kaksekar Limited (HKL) permettra un meilleur accès au microcrédit des femmes et des PME au Cambodge, surtout dans les zones rurales du pays.
  • Stimuler le développement d’entreprises au Mexique : Un prêt de 45 millions USD aidera Mexarrend à améliorer l’accès des PME du Mexique au financement par crédit-bail, permettant ainsi à des entreprises des secteurs de la santé, de la consommation et de la fabrication d’acquérir des actifs qui accéléreront leur croissance et leur productivité.
  • Donner un coup de fouet à l’activité économique en Ukraine : Un prêt de 27 millions USD appuiera la construction et le fonctionnement d’un hôtel Sheraton à Kiev en Ukraine, ce qui créera des emplois, mettra en place des chaînes d’approvisionnement locales et encouragera le commerce, l’investissement et la croissance économique.
  • Apporter des crédits à ceux qui n’y ont pas accès au Salvador : Une garantie de prêt de 9,75 millions USD aidera la Sociedad de Ahorro y Crédito Apoyo Integral à améliorer l’accès aux prêts immobiliers et à d’autres solutions de crédit en faveur de personnes à faible revenu au Salvador, surtout dans les zones rurales du pays.
  • Faire parvenir des capitaux aux entreprises ayant un fort impact en Inde : Un prêt de 15 millions USD à Sabre Partners Fund et un accord de co-investissement de 10 millions USD financera des investissements en faveur de PME qui proposent des solutions innovantes dans des secteurs à fort impact comme les soins médicaux, les services financiers et les technologies dans toute l’Inde.
  • Produire de l’énergie solaire au Costa Rica : Un prêt de 15 millions USD aidera GoSolar à concevoir, installer et financer des panneaux solaires placés sur les toits qui fourniront une énergie abordable aux propriétaires et entreprises du Costa Rica.
  • Augmenter l’accès des femmes à la microfinance en Inde : Une garantie de prêt de 14,625 millions USD permettra à Asirvad d’agrandir son portefeuille de microfinance à destination de femmes rurales de toute l’Inde ayant de faibles revenus.

Nombre de ces investissements doivent faire l’objet d’une notification au Congrès.

### 

La Société de financement du développement international des États-Unis (DFC) est la banque de développement des États-Unis. La DFC s’associe au secteur privé pour financer des solutions aux défis les plus critiques auxquels le monde en développement est confronté aujourd’hui. Nous investissons dans des secteurs tels que l’énergie, les soins de santé, les infrastructures essentielles et la technologie. La DFC fournit également des financements aux petites entreprises et aux femmes entrepreneurs afin de créer des emplois sur les marchés émergents. Les investissements de DFC adhèrent à des normes élevées et respectent l’environnement, les droits de l’homme et les droits des travailleurs.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous